Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Actualités

5 juin 2017

Mission Activités Économiques revisitée!

En vertu de la Loi sur la sécurité civile (RLRQ, chapitre S-2.3), en cas de sinistre, le gouvernement apporte son appui aux municipalités, qui sont les premières responsables de la sécurité de leurs citoyens. Pour ce faire, le Plan national de sécurité civile (PNSC) définit le rôle des ministères et organismes (MO) gouvernementaux en matière de sécurité civile. Dans le cadre de la refonte du PNSC, les missions des MO ont été revues.

À ce jour, dix missions sur quinze ont été adoptées par l’Organisation de la sécurité civile du Québec (OSCQ), dont la mission Activités économiques (AE) du Ministère.

La mission AE conserve ses fondements, mais quelques modifications y ont été apportées. Avec le soutien de partenaires, le Ministère est responsable des deux activités principales suivantes :

  • Dresser un portrait et évaluer les répercussions économiques d’un sinistre sur les entreprises et les travailleurs autonomes, la main‑d’œuvre et le tissu économique.
  • Coordonner les actions visant le maintien et la reprise des activités économiques et de l’emploi.

La sécurité civile au Québec

Le plus important des sinistres québécois demeure l’inondation. Au cours des quinze dernières années, celles-ci ont eu lieu plus fréquemment et se sont manifestées peu importe la saison.

Les vents violents connaissent aussi une augmentation. Qu’ils se manifestent sous forme de tornades, de microrafales ou de tempêtes post-tropicales, ils ne laissent personne à l’abri et peuvent entraîner de graves conséquences.

L’érosion côtière, surtout en Côte-Nord, en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et dans le Bas-Saint-Laurent, a pour diminuer la superficie des zones côtières, nécessitant la délocalisation d’habitations, voire une remise en question quant à la possibilité de continuer à vivre à certains endroits.

Finalement, des glissements de terrain sont signalés par centaine chaque année, surtout dans les zones argileuses. De plus, certaines zones sont plus vulnérables aux secousses sismiques, notamment Charlevoix, Kamouraska, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord et la vallée de l’Outaouais.

Consultez les cartes des principaux sinistres survenus au Québec au cours des dernières années.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..