Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Le Québec, votre partenaire d'affaires

Des coûts d’exploitation parmi les plus bas en Amérique du Nord

Selon le rapport de KPMG Choix concurrentiels 2016.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., les coûts totaux d’exploitation dans les grandes villes québécoises sont non seulement parmi les plus avantageux en Amérique du Nord, mais aussi plus faibles qu’en Europe.

Plus particulièrement, les villes de Québec et de Montréal se démarquent par leurs coûts d’exploitation en R-D, parmi les plus bas des principales métropoles nord-américaines du secteur des sciences de la vie.

Un appui gouvernemental important

La Stratégie québécoise des sciences de la vie 2017-2027

Le gouvernement du Québec met en place la Stratégie québécoise des sciences de la vie 2017-2027. Elle vise à renforcer la position d’excellence de l’industrie québécoise des sciences de la vie à l’échelle internationale et à accélérer la croissance économique du Québec, tout en tirant pleinement profit des transformations qu’a connues le secteur au cours des dernières années et des occasions futures.

Cette stratégie est dotée d’une enveloppe de 205 millions de dollars pour les cinq premières années de sa mise en œuvre.

Plusieurs mesures seront mises en place dont ces mesures phares :

  • 75 millions de dollars pour le Fonds d’accélération des collaborations en santé.
  • 11,1 millions de dollars pour l’amélioration des processus de recherche clinique.
  • 100 millions de dollars pour soutenir des projets d’investissement privés et faire du Québec un endroit privilégié pour les projets de biofabrication.
  • 26,5 millions de dollars pour la mise en place du Bureau de l’innovation en santé et en services sociaux et le soutien de ses actions.
Des mesures fiscales avantageuses

Les entreprises actives en sciences de la vie au Québec bénéficient :

  • de crédits d’impôt provinciaux pouvant atteindre 30 % des dépenses en R-D;
  • de crédits d’impôt fédéraux pouvant atteindre 35 % des dépenses en R-D.

Les chercheurs et les experts étrangers établis au Québec bénéficient :

  • d’un congé fiscal pouvant durer jusqu’à cinq ans.
Un soutien financier pour favoriser la croissance des entreprises au Québec

Le gouvernement du Québec a récemment annoncé un nouveau programme de prêt participatif, BioMed Propulsion.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.. Doté d’une enveloppe de 100 millions de dollars, ce programme s’adresse aux entreprises en sciences de la vie établies ou s’établissant au Québec. Pour être admissible, une entreprise doit notamment réaliser une nouvelle levée de fonds représentant trois fois le montant de l’aide financière demandée.

En plus de cette initiative, les entreprises peuvent compter sur le programme Essor .  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.pour soutenir leur projet d’investissement privé. Le programme ESSOR couvre jusqu’à 50 % des coûts du projet.

Un soutien financier pour favoriser la recherche-développement au Québec

Le gouvernement du Québec soutient d’importantes initiatives de partenariat public-privé, tels les projets appuyés par l’intermédiaire du Fonds de partenariat pour un Québec innovant et en santé.

Le gouvernement a confirmé en mai dernier un investissement de 75 millions de dollars pour la création d’un Fonds d’accélération de collaboration en santé, qui permettra de financer directement la réalisation d’initiatives structurantes et de projets collaboratifs, en partenariat public-privé, pour une valeur totale de 150 millions de dollars.

Les investissements porteront en priorité sur des projets occupant des créneaux transversaux porteurs, soit la médecine de précision et l’exploitation des mégadonnées en santé, ainsi que sur des projets soulevant des enjeux de santé ciblés par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Il y aura en tout trois appels de propositions, à l’automne 2017, à l’hiver 2019 et au printemps 2020.

Du capital de risque disponible pour des projets innovateurs

Le Québec a attiré en moyenne plus du tiers des investissements canadiens en capital de risque dans le secteur des sciences de la vie au cours des trois dernières années.

Les entreprises ont accès à des fonds tels les suivants :

  • Fonds de solidarité FTQ;
  • Teralys Capital;
  • Sanderling;
  • TVM Science de la vie VII;
  • Lumira Capital II;
  • Fonds de biosciences Merck Lumira;
  • Fonds d’innovation des sciences de la vie de GSK Canada;
  • Fonds CTI Sciences de la vie;
  • Emerillon Capital;
  • Versant Ventures;
  • BDC Capital.

De plus, un fonds d’amorçage destiné au secteur, le fonds AmorChem II, sera mis sur pied avec une capitalisation de 50 millions de dollars. Le gouvernement du Québec, Merck et le Fonds de solidarité FTQ seront coinvestisseurs dans ce nouveau fonds qui permettra de soutenir des projets prometteurs.

Des succès récents
  • ProMetic Sciences de la vie.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. a obtenu en avril 2017 un financement de 25 millions de dollars.
  • Thérapeutiques Modulate a obtenu en février 2016 un financement de 16,5 millions de dollars auprès de TVM Life Science Ventures VII.
  • Thrasos Therapeutics.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.* a bénéficié en mars 2015 d’un autre tour de financement de 26,6 millions de dollars. L’entreprise québécoise avait conclu le plus important tour de financement en sciences de la vie au Canada en 2012, d’une valeur de 42,5 millions de dollars.
  • Clementia Pharmaceuticals.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. a conclu en 2015 un tour de financement mezzanine d’une valeur de 60 millions de dollars.
  • enGene.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.* a conclu en 2015 un tour de financement de 13,5 millions de dollars.

*En anglais seulement.

Un emplacement stratégique en Amérique du Nord

Pour plus d'information : sciencesdelavie@economie.gouv.qc.ca

Une abondante main-d’œuvre talentueuse et qualifiée

Des programmes de formation diversifiés et adaptés aux besoins de l’industrie

  • Treize établissements d’enseignement supérieur offrent des programmes en sciences de la vie, dont quatre facultés de médecine et deux de pharmacie.
  • Deux écoles de génie offrent des programmes spécialisés en technologies de la santé.
  • Deux universités québécoises sont classées parmi les cent universités les meilleures au monde dans le secteur des essais cliniques et précliniques en santé et en sciences de la vie, soit l’Université de Montréal et l’Université McGill.

Une main-d’œuvre technique compétente est formée grâce à des programmes pointus, cela pour soutenir le développement et la fabrication de produits pharmaceutiques.

Voici quelques exemples de programmes :

  • Techniques de santé animale;
  • Technologie d’analyses biomédicales;
  • Technologie des procédés et de la qualité des aliments;
  • Techniques de génie mécanique;
  • Techniques de génie chimique;
  • Techniques de laboratoire;
  • Techniques de procédés chimiques;
  • Technologie de la production pharmaceutique.

Mise à jour le : 14 juin 2017

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2016