Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Le Québec, c'est la collaboration

Des partenaires de classe mondiale

Le Québec est un écosystème fertile pour établir des collaborations en matière de recherche en santé. On y trouve :

Cinq centres de recherche de centres hospitaliers universitaires ouverts à la collaboration

Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de l’Université de Montréal (CR-CHUM)

Six axes de recherche :

  • Cancer
  • Maladies cardiométaboliques
  • Insulte tissulaire, infection, immunité et inflammation
  • Imagerie et ingénierie
  • Neurosciences
  • Carrefour de l’innovation et de l’évaluation en santé

Site Web : Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de l’Université de Montréal.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM)

Onze axes de recherche :

  • Cancer
  • Endocrinologie, diabète, nutrition et maladies rénales
  • Génétique médicale et génomique
  • Infection et immunité
  • Maladies cardiovasculaires et soins intensifs
  • Maladies mentales et toxicomanie
  • Neurosciences
  • Recherche évaluative en santé
  • Reproduction humaine et développement
  • Santé respiratoire
  • Troubles musculosquelettiques

Site Web : Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.

Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CR-CHU Sainte-Justine)

Cinq axes de recherche à vocation pédiatrique :

  • Cerveau et développement de l’enfant
  • Maladies musculosquelettiques et réadaptation
  • Maladies virales, immunitaires et cancers
  • Pathologies fœtomaternelles et néonatales
  • Santé métabolique et maladies complexes

Site Web : Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.

Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de l’Université de Sherbrooke (CR-CHUS)

Six axes de recherche :

  • Cancer :
    • biologie
    • pronostic
    • diagnostic
  • Diabète, obésité et complications cardiovasculaires
  • Imagerie médicale
  • Inflammation et douleur
  • Mère-enfant
  • Santé :
    • populations
    • organisation
    • pratiques

Site Web : Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de l’Université de Sherbrooke.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.

Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec (CR CHU de Québec)

Sept axes de recherche :

  • Endocrinologie et néphrologie
  • Maladies infectieuses et immunitaires
  • Médecine régénératrice
  • Neurosciences
  • Oncologie
  • Reproduction, santé de la mère et de l’enfant
  • Santé-populations et pratiques optimales en santé

Site Web : Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.

Des organismes ouverts à la collaboration

Commercialisation

Centre de commercialisation en immunothérapie du cancer (C3i)

Créé en 2015, le C3i.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. accélère l’accès des patients aux immunothérapies novatrices du cancer en offrant une structure intégrée pour l’élaboration, l’application et la commercialisation d’immunothérapies révolutionnaires.

Il propose des tests de biomarqueur et de diagnostic de pointe aux patients, des normes de bonnes pratiques de fabrication ainsi qu’un accès rapide à des essais cliniques et à un soutien en matière de réglementation afin que les Canadiens et le monde entier aient plus rapidement accès à des traitements plus efficaces et abordables.

Ce centre permet au Québec d’être un chef de file du domaine de l’immunothérapie du cancer.

Le C3i facilite l’accès des professionnels de la santé et des patients du Québec à des thérapies prometteuses qui sont à l’étape de développement.

Des partenariats importants établis entre le C3i et des entreprises pharmaceutiques ont ouvert la voie à la réalisation au Québec des premiers essais cliniques utilisant des technologies de pointe basées sur la thérapie cellulaire.

Le Centre d’excellence en thérapie cellulaire (CETC) fait partie des unités que le C3i représente. Le CETC est un laboratoire entièrement opérationnel et à la fine pointe de la technologie spécialisé dans la mise au point de thérapies cellulaires selon les bonnes pratiques de fabrication (BPF) actuelles, notamment de traitements d’immunothérapie du cancer.

Situées à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, les installations du CETC sont validées et répondent aux exigences des organismes de réglementation canadiens, de l’EMA et de la FDA.

Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – commercialisation de la recherche (IRICoR)

IRICoR.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. est un centre intégré de découverte et de commercialisation de médicaments à but non lucratif créé en 2008 et affilié à l’IRIC. Son mandat est de cibler les projets les plus prometteurs provenant de l’IRIC, des autres unités de l’Université de Montréal et de diverses organisations et d’en assurer le développement dans le but de favoriser des partenariats financiers et stratégiques pour accélérer la commercialisation de nouvelles thérapies dans le domaine du cancer et de l’immunologie et des champs connexes.

À ce jour, IRICoR a :

  • conclu cinq partenariats majeurs avec des compagnies biopharmaceutiques, dont Bristol-Myers Squibb, Pfizer, Merck et Pharmascience;
  • amorcé des essais cliniques par suite de la validation de cibles et de l’identification de molécules candidates;
  • créé deux compagnies dérivées (ExCellThera et Domain Therapeutics North America);
  • élaboré 24 familles de brevets.

Ainsi, l’institut a pu générer 6 $ de revenus pour chaque dollar de financement accordé au début du projet.

Recherche clinique

Centre de coordination des essais cliniques de Montréal (MHICC) et Institut de cardiologie de Montréal (ICM)

Le MHICC.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., division de l’ICM.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., est un organisme de recherche clinique universitaire. Il offre une gamme complète de services et sert la communauté universitaire, les industries pharmaceutique et biotechnologique, ainsi que le secteur des appareils médicaux, dans les domaines suivants :

  • cardiologie;
  • neurologie;
  • oncologie;
  • dermatologie;
  • endocrinologie;
  • pharmacogénomique.

Affilié à l’Université de Montréal, l’ICM est un centre hospitalier ultraspécialisé en cardiologie. Bénéficiant d’investissements moyens de plus de 705 500 $ par chercheur, l’ICM se positionne comme chef de file au Canada quant à l’intensité de la recherche.

Consortium de recherche en oncologie clinique du Québec (Q-CROC)

Le Q-CROC.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. est une interface provinciale de recherche clinique sur le cancer qui fait le pont entre les acteurs :

  • de l’industrie;
  • du gouvernement;
  • des établissements de soins de santé;
  • du milieu de la recherche.

Le Consortium met à profit un savoir qui vise à rendre plus compétitive la recherche clinique effectuée au Québec, tout en attirant davantage d’études dans la province.

Il contribue également à l’essor d’une niche de recherche liée à la découverte et à la validation de biomarqueurs qui permettront de prédire la réponse ou la résistance aux traitements.

Recherche précompétitive

CQDM

Le CQDM.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. est un consortium de recherche précompétitive sur la découverte de médicaments dont la mission est de financer la mise au point de technologies et d’outils novateurs afin d’améliorer la productivité de la recherche et du développement biopharmaceutique.

Ce consortium est cofinancé par le gouvernement du Québec et neuf grandes entreprises pharmaceutiques :

  • Pfizer;
  • Merck;
  • AstraZeneca;
  • Eli Lilly;
  • Boehringer Ingelheim;
  • GSK;
  • Novartis;
  • Janssen;
  • Sanofi.

Technologies médicales

Institut TransMedTech

L’Institut TransMedTech.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. vise la mise au point de technologies médicales pour le diagnostic et le traitement, principalement dans les domaines de l’orthopédie, des maladies cardiovasculaires et de l’oncologie. Il regroupe l’École polytechnique Montréal et plusieurs centres de recherche d’hôpitaux universitaires.

Il est fondé sur une approche dite de recherche ouverte en innovation, au sein de laquelle des ingénieurs, des scientifiques du domaine biomédical, des cliniciens, des patients, des soignants, des étudiants, des intervenants du système de santé et des décideurs sont au cœur d’un écosystème d’innovation ouverte.

Les activités de R-D réalisées par l’Institut TransMedTech sont directement axées sur les besoins des patients, des professionnels de la santé et du système de santé.

Valorisation des données

L’Institut de valorisation des données (IVADO)

IVADO.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., mené par Campus Montréal, qui regroupe l’Université de Montréal, HEC Montréal et l’École polytechnique Montréal, a pour objectif de créer des synergies entre ses trois champs d’expertise, soit :

  • l’analytique des données;
  • la recherche opérationnelle;
  • l’intelligence artificielle.

Comptant plus de 900 scientifiques affiliés, IVADO assure un lien entre les diverses expertises universitaires et les besoins des entreprises, qu’il s’agisse de multinationales ou de jeunes entreprises en démarrage (startups).

Centres et organismes de recherche

Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC)

L’IRIC.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. de l’Université de Montréal, un centre de recherche sur le cancer, a adopté un modèle unique au Canada. Sa mission est d’étudier les mécanismes du cancer et d’accélérer la découverte de thérapies plus efficaces contre cette maladie.

L’équipe de l’IRIC est formée de près de 500 personnes. De plus, l’IRIC possède le plus impressionnant parc technologique en recherche biomédicale du Canada, le mettant à la disposition des autres centres de recherche.

Génome Québec et Centre d’innovation Génome Québec de l’Université McGill

Génome Québec.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et le Centre d’innovation Génome Québec de l’Université McGill.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. emploient plus de 80 personnes. Le Centre d’innovation constitue la principale plateforme de génomique du Canada.

En appuyant près de 80 projets et 900 chercheurs et en assurant la gestion des activités du Centre d’innovation Génome Québec de l’Université McGill, Génome Québec contribue à accélérer l’arrivée de nouvelles applications dans des secteurs stratégiques tels les suivants :

  • santé personnalisée;
  • foresterie;
  • environnement;
  • agroalimentaire.

Au fil des ans, le Centre d’innovation a acquis une vaste expertise dans le domaine des troubles génétiques complexes. Le tiers de ses activités sont actuellement destinées à des clients de l’extérieur du Québec.

NÉOMED R-D, l’Institut NÉOMED et le Centre d’excellence sur la recherche de produits biologiques et de vaccins

En novembre 2012, le gouvernement du Québec s’associait à des partenaires privés, AstraZeneca et Pfizer, pour lancer NÉOMED et l’Institut NÉOMED.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Depuis 2016, cette initiative peut également compter sur l’engagement de Janssen et de Purdue Pharma. De plus, GSK investira 47 millions de dollars dans le Centre d’excellence sur la recherche de produits biologiques et de vaccins, créé en 2015. Ce centre est unique au Canada.

NEOMED est un consortium de recherche à but non lucratif qui mène ses activités telle une compagnie traditionnelle de biotechnologie. NEOMED pilote ses propres projets de création de nouveaux médicaments.

L’Institut NÉOMED occupe depuis 2012 les anciens locaux d’AstraZeneca dans le Technoparc Montréal et, depuis février 2015, ceux également de l’ancien centre de recherche de GSK Vaccins, à Laval, où le Centre d’excellence sur la recherche de produits biologiques et de vaccins a été implanté.

Ces deux infrastructures de pointe en recherche-développement fonctionnent comme des carrefours libres d’accès hébergeant des entreprises et des organismes indépendants, ce qui favorise la collaboration, l’innovation et la créativité.

En moins de cinq ans, 29 entreprises et organisations se sont établies dans les deux installations. Elles emploient maintenant 340 personnes.

Oncopole

Lancé en février 2017, l’Oncopole se veut un pôle de recherche, de développement et d’investissement pour accélérer la lutte contre le cancer.

Celui-ci rassemble différents partenaires au sein d’un projet structurant. Il s’agit d’un partenariat unique de cocréation dont le processus d’idéation et de mise en œuvre est inclusif et branché sur la communauté scientifique.

Le Fonds de recherche du Québec-Santé (FRQS) et Merck ont annoncé conjointement cette initiative. Merck compte y investir 15 millions de dollars d’ici 2020.

Le FRQS et Merck souhaitent que ce premier investissement incite d’autres partenaires à se joindre à l’Oncopole afin de faire de ce projet une plaque tournante d’innovation en oncologie.

Mise à jour le : 15 janvier 2019

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2016