Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

Mines

Une industrie à explorer sur le vaste territoire québécois

Avec un développement minier responsable qui s'appuie sur un savoir-faire reconnu, le Québec s'est taillé une place enviable au sein de l'industrie.

Profil

  • Au Québec, les secteurs de l'exploration et de l'extraction minière ainsi que les secteurs de la transformation de métaux et de minéraux représentent 45 000 emplois directs et plusieurs dizaines de milliers d'emplois indirects, lesquels sont répartis dans toutes les régions.
  • Plus de 1 000 000 m de forage au diamant ont été effectués à des fins d'exploration minière.
  • En 2014, les livraisons d'or ont atteint 1,3 million d'onces troy.
  • Les travaux d'exploration et de mise en valeur ont engendré des dépenses de 272 millions de dollars en 2014, selon les données préliminaires de l'Institut de la statistique du Québec.
  • Les investissements miniers totaux ont atteint 3,2 milliards de dollars en 2014.
  • De 2001 à 2014, la valeur des expéditions minières du Québec s'est accrue de plus de 140 % en dollars courants et de près de 90 % en dollars constants. Elle a atteint 8,5 milliards de dollars en 2014, bien au-dessus des niveaux observés au début des années 2000 (3 à 4 milliards de dollars).
  • Plusieurs sociétés minières ont d'importants projets d'investissement concernant l'expansion de leurs mines actives ou la mise en exploitation de nouvelles mines. Plusieurs projets majeurs ont déjà été annoncés, alors que d'autres devraient l'être dans les prochaines années. Ces projets portent sur des substances que le Québec produit déjà, comme le minerai de fer, l'or ou le nickel, ainsi que sur de nouvelles substances qui ne sont pas produites actuellement au Québec, comme le lithium, les terres rares, le diamant ou le graphite.

Prospérez au sein d'un environnement dynamique

Vision stratégique du développement minier au Québec

En 2009, le gouvernement du Québec a adopté sa première stratégie minérale. Cette stratégie visait à augmenter l'activité minière et à en accroître les retombées économiques en accord avec les principes de développement durable, et ce, au bénéfice de tous les Québécois.

Six ans plus tard, la plupart des mesures ont été mises en œuvre. Entretemps, la conjoncture économique a évolué. Au Québec, un nouveau régime d'impôt minier et une nouvelle loi sur les mines ont été adoptés. Ces notions sont devenues la référence dans le domaine minier :

  • d'acceptabilité sociale;
  • protection de l'environnement;
  • conciliation des usages du territoire;
  • transparence;
  • partage des retombées économiques

Le gouvernement dévoilera la Vision stratégique du développement minier au Québec à l'automne. Celle-ci aura une portée plus large que la Stratégie minérale. Elle s'étendra à l'ensemble des filières minières, de l'exploration à la transformation, en passant par l'exploitation et les fournisseurs et équipementiers. Elle sera le résultat de consultations tenues à l'automne 2014 et au printemps 2015 dans plusieurs régions du Québec.

Développement nordique

Le Nord québécois renferme un potentiel minéral d'une richesse incomparable. Le développement nordique vise le développement durable des ressources :

  • énergétiques;
  • minières;
  • forestières;
  • fauniques;
  • touristiques;
  • bioalimentaire;

en préconisant l'adoption de mesures concrètes pour mettre en valeur le potentiel économique de ces ressources. Le secteur minier constituera un véritable moteur de création de richesse.

Une industrie compétitive

En plus de posséder une main-d'œuvre compétente, des établissements de formation, des centres de recherche spécialisés de même que des regroupements et des consortiums destinés à la recherche géologique, le Québec est un chef de file mondial dans le domaine de l'acquisition de données géoscientifiques. Ces forces conduisent à la mise au point de nombreuses innovations qui aident l'industrie minière québécoise à demeurer compétitive à l'échelle mondiale.

Des créneaux d'avenir

Le Québec se distingue par le dynamisme de projets d'exploration et d'exploitation minières axés sur des minéraux à la base de technologies vertes comme le lithium, les terres rares ou le graphite. Ces projets s'inscrivent bien dans la foulée des plans d'action gouvernementaux sur les véhicules électriques et les énergies vertes.

Régime d'imposition et mesures incitatives fiscales

Le gouvernement du Québec contribue à assurer la compétitivité de l'industrie minière et la viabilité de ce secteur en favorisant les activités d'exploration, d'exploitation et de transformation.

À titre d'exemple, dans son budget 2013-2014, le gouvernement du Québec a annoncé la mise en place d'un congé fiscal de dix ans pour les grands projets d'investissement d'au moins 300 millions de dollars. En février 2015, la durée de ce congé a été prolongée à 15 ans et l'investissement minimal a été fixé à 100 millions de dollars, ou à 75 millions de dollars si l'investissement est effectué en région. Cette mesure s'applique à toute entreprise qui investit dans la réalisation d'un projet dans :

  • le secteur manufacturier;
  • le commerce de gros;
  • l'entreposage;
  • les centres de distribution à valeur ajoutée;
  • le traitement et l'hébergement de données.

Les investissements visant la transformation des ressources naturelles bénéficient aussi de cette mesure. La valeur du congé fiscal ne peut excéder 15 % du total des dépenses d'investissement admissibles.

Participation financière du gouvernement

Le gouvernement du Québec a annoncé, dans le cadre du plan budgétaire 2012-2013, la création de Ressources Québec, filiale d'Investissement Québec, qui est responsable de la prise de participation dans des entreprises exploitant les ressources naturelles dans le Nord québécois.

Le gouvernement du Québec a également annoncé, lors du discours sur le budget de 2014-2015, la création du fonds Capital Mines Hydrocarbures (CMH), pour permettre des prises de participation dans des entreprises du secteur des mines et des hydrocarbures. Ce fonds est doté d'une capitalisation de 1 milliard de dollars.

Le gouvernement réaffirme par ce fonds sa volonté d'encourager l'exploitation et la transformation des substances minérales de façon responsable afin de permettre à la collectivité québécoise de participer directement, en tant qu'actionnaire, aux profits des entreprises concernées.

Mise à jour le :  9 octobre 2015

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2016