Investissement Québec
En

La page est en cours de chargement...  

Technologies financières

Le marché des fintech à Toronto

Toronto est la capitale canadienne des services financiers. En effet, on y trouve un grand nombre de banques, de compagnies d’assurance et le Toronto Stock Exchange. Les sièges sociaux opérationnels des cinq plus grandes banques du Canada, connues sous le nom de « Big 5 », se trouvent d’ailleurs à Toronto:

  1. Banque Toronto Dominion (TD)
  2. Banque Royale du Canada
  3. Banque Scotia
  4. Banque de Montréal
  5. Banque Canadienne Impériale de Commerce (CIBC)

De plus, six des huit principales caisses de retraite publiques canadiennes (le groupe des huit) ont également des bureaux en Ontario:

  • Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP);
  • Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS);
  • Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (RREO);
  • Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC);
  • Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public (Investissements PSP, Ottawa)
  • Alberta Investment Management Corporation (AIMCo, Toronto).


Selon le Conference Board of Canada, Toronto est le deuxième centre financier d'Amérique du Nord en matière d’emploi et compte parmi les plus importants au monde. Le secteur des services financiers de la ville continue de croître et exerce une influence considérable sur l'économie locale, la réputation internationale du Canada et le succès des entreprises canadiennes.

Classement des centres financiers nord-américains en matière d’emploi en 2018

  1. New York
  2. Toronto
  3. Chicago
  4. Los Angeles
  5. Boston
  6. Montréal
  7. Washington D.C.
  8. Vancouver
  9. San Francisco
  10. Calgary

(Source: Conference Board of Canada, The Impact of Toronto’s Financial Sector, 2018)

Voici quelques chiffres et données clés :

  • Le secteur des services financiers est le premier moteur économique du secteur privé au PIB de Toronto, le deuxième en Ontario et le troisième au Canada.
  • En 2018, le secteur des services financiers de la ville a généré à lui seul un total de 19,4 milliards de dollars de recettes fiscales pour la ville de Toronto et les gouvernements du Canada, de l'Ontario et d'autres provinces.
  • Le secteur des services financiers, principalement situé à Toronto, a généré un PIB d’approximativement 63 milliards de dollars – soit environ 10 % du PIB total de l’Ontario – et a employé environ 365 000 personnes en 2015-2016 – (Source : Statistique Canada, IDC, Analyse du ministère du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce – Tableau synthèse des services financiers)
  • Au cours des cinq dernières années, la croissance de l'emploi et du PIB dans le secteur des services financiers a dépassé les moyennes de croissance de tous les autres secteurs en Ontario, à Toronto et au Canada.
  • Au cours des dix dernières années, l'emploi dans le secteur des services financiers de Toronto a connu le cinquième plus haut taux de croissance au monde. Au cours de cette période, la ville a connu la croissance la plus rapide en Amérique du Nord de son secteur financier.
  • Toronto a la plus forte concentration d'emplois dans les services financiers en Amérique du Nord, soit 8,3 % en 2018. Seuls le Luxembourg et Singapour ont des concentrations plus élevées. (Sources: The Banker, Ranking Financial centre)
  • Les services financiers représentent la plus grande part des investissements directs étrangers en 2018, atteignant 643 milliards de dollars, soit 50 % du total des investissements directs étrangers au Canada.
  • Le secteur financier a fourni plus de 267 milliards de dollars de crédit aux petites et moyennes entreprises au Canada en 2018.
  • Les cinq plus grandes banques du Canada investissent 850 milliards de dollars dans le financement durable.
  • Le secteur de la finance et de l'assurance est un leader en matière de diversité au niveau de la direction. Il compte l'une des plus fortes proportions de cadres féminins au Canada.

(Source : Statistique Canada; Rapport Toronto Finance International)

Occasions d'affaires

Toronto, pôle d’innovation en technologie financière

Récemment, PricewaterhouseCoopers (PwC) a classé Toronto comme l’une des trois villes du monde à offrir la « triade économique », soit de faibles coûts, la facilité de faire des affaires et l’influence économique.

  • Un bassin de clients vaste et diversifié (40 % de la population canadienne s’établit en Ontario);
  • Un marché riche pour les produits et services financiers personnels;
  • Un riche bassin de professionnels talentueux;
  • Une forte concentration d’entreprises de technologies de l’information (quelque 20 000 entreprises emploient 281 700 personnes);
  • Une diversité des communautés qui présente un grand potentiel pour les banques étrangères (l’Ontario est la province la plus multiculturelle du Canada : la moitié des nouveaux immigrants choisissent de s’y établir);
  • 40 % des sièges sociaux des entreprises situées au Canada, la plupart d’entre eux se trouvent à Toronto (double de Montréal et triple de Calgary);
  • L’un des systèmes bancaires les plus stables au monde, selon le Forum économique mondial (le Canada est doté de divers organismes de réglementation fédéraux, provinciaux et industriels qui veillent à la solidité du système financier);
  • Les sièges sociaux de quatre grandes banques du Canada (Banque Toronto Dominion (TD), Banque Royale du Canada (RBC), Banque Scotia, Banque Canadienne Impériale de Commerce (CIBC);
  • Les sièges sociaux de plus de la moitié des 10 banques les plus importantes au monde sur le plan de la capitalisation boursière;
  • Le neuvième marché boursier en importance au monde sur le plan de la capitalisation boursière;
  • 45 des 56 banques étrangères situées au Canada (Source : Invest Ontario).
    • Exemples : Banque Amex du Canada, Citibank Canada, Banque Walmart du Canada, Crédit Suisse, Barclays, Deutsche Bank, Bank of China, la Bank of Tokyo, Mitsubishi UFJ, LTD, l’Industrial and Commercial Bank of China, Banque ICICI, Shinhan Bank Canada, etc.

En conclusion, la concentration de leaders mondiaux en technologie, d’institutions financières solides et de professionnels ultra-talentueux crée un excellent milieu pour développer, tester et présenter de nouvelles technologies en Ontario et en fait une région propice aux affaires.

Analyse et tendances du marché

Toronto, la capitale économique des fintech

Toronto, un leader dans les tendances technologiques

  • Intelligence artificielle
    • Toronto possède la plus forte concentration de jeunes entreprises d'IA au monde.
    • Accueil du leader mondial Vector Institute.
  • Quantique - Des instituts reconnus mondialement tels que :
    • Institut d'informatique quantique
    • Institut Perimeter pour la physique théorique
    • Installation NanoFab de Quantum
    • Le premier programme d'apprentissage sur machine quantique au monde au Creative Destruction Lab
  • Blockchain :
    • Toronto abrite également le principal groupe de réflexion sur les Blockchains au Canada : le Blockchain Research Institute.
    • La moitié des jeunes pousses canadiennes de la technologie des grands livres distribués (DLT) ont déjà leur siège social à Toronto.
  • Cybersécurité :
    • Le Canada est le 4e pays le plus actif au monde en matière de cybersécurité.
    • Le gouvernement du Canada a dévoilé une stratégie nationale de cybersécurité à la mi-2018 pour se concentrer sur la lutte contre la cybercriminalité.

Fintech

  • Plus de 190 fintech offrent un éventail complet de services financiers majeurs, avec la plus forte concentration dans les paiements (21 %). Alors que les jeunes entreprises de fintech développent leurs produits et services, les offres de devises numériques ont doublé pour atteindre 12 %, contre 6 % il y a quelques années. (Source : Toronto Finance International)
  • Accélération de l’adoption des fintech de prêt
  • 19 sociétés de capital de risque
  • Plus de 20 incubateurs/accélérateurs comme MaRS, Communitech et DMZ sont établis en Ontario et appuient les entreprises de technologie financière en démarrage en facilitant les partenariats avec le gouvernement, les institutions financières et les investisseurs.
    • La DMZ de l'université Ryerson a été classée premier incubateur universitaire au monde.
    • En 2017, l'accélérateur américain Techstars est devenu le premier accélérateur international à ouvrir un bureau à Toronto
  • Toronto est la troisième plus grande grappe informatique.
  • Le corridor Toronto-Waterloo est classé deuxième plus forte densité de jeunes entreprises technologiques au monde.
    • Située à une heure d’avion de New York, de Boston et de Chicago, cette région dynamique de six millions de personnes est le cœur du secteur des services financiers du Canada et est l’un des écosystèmes de technologie financière les plus dynamiques au monde.
  • L'Université de Waterloo et l'Université de Toronto sont des leaders mondiaux pour leurs atouts en matière de technologies de pointe, de jeunes entreprises, de programmes d'accélération et de talents technologiques.
  • Toronto accueille actuellement la conférence technologique qui connaît la plus forte croissance en Amérique du Nord, appelée Collision.
  • De 2010 à 2018, Toronto a connu le taux de croissance le plus élevé au monde pour les investissements dans les technologies de pointe.
  • Apple, Alphabet, Microsoft et Amazon font tous de la R et D en Ontario.
  • Le gouvernement de l’Ontario soutient les entreprises de la technologie financière par l’entremise d’encouragements fiscaux significatifs destinés aux investissements en recherche, en développement et en technologies novatrices.
  • Toronto est un lieu de rencontre et de collaboration entre jeunes entreprises et institutions financières.
    • Les entreprises de technologie financière et les grandes institutions financières peuvent s’associer pour obtenir le meilleur des deux mondes : offrir aux entreprises de technologie financière en démarrage l’accès aux infrastructures et fournir aux institutions financières des moyens d’élargir leur portée et leur part de marché, en tirant parti des diverses options à faible coût créées par les innovateurs de la technologie financière.
  • L’Ontario est un leader des paiements mobiles et de l’adoption des nouvelles technologies financières. Au pays, les paiements sans espèces représentent 90 % de la valeur totale des paiements des consommateurs.
  • Des leaders mondiaux en paiement mobile, et notamment des fournisseurs internationaux de solutions tels que Square, MasterCard, VISA, Gemalto, Ingenico et Giesecke & Devrient, mènent des activités en Ontario

Concurrence

  • Par rapport au Royaume-Uni, à l'Australie et aux États-Unis, le Canada accuse du retard en ce qui a trait à l'adoption des technologies financières. En 2016, seulement 8,2 % des Canadiens utilisaient des produits de technologies financières, comparativement à 15,5 % à l'échelle mondiale.
    • Toutefois, la compréhension et le niveau de confiance des consommateurs ont augmenté malgré les risques associés à la cybersécurité et à la protection de la vie privée.
    • Parmi les raisons qui poussent les consommateurs canadiens à faire appel aux fintech, on mentionne les taux et frais avantageux (42 %), la facilité d’ouverture de compte (19 %) et l’accès à des produits et services plus novateurs (10 %).
  • Le Canada apporte actuellement des changements réglementaires et politiques afin d’aider le pays à rattraper son retard.
  • L’Ontario est plus avancée que le Québec en matière d’adoption des nouvelles technologies financières.
  • Les jeunes entreprises collaborent beaucoup avec les grandes institutions financières en Ontario.
  • L’investissement en fintech continue de s’accroître en Ontario alors qu’il y a peu de fonds d’investissement spécialisés dans le secteur au Québec.

Obstacles au développement d'affaires

  • Une réglementation trop lourde
  • Lente adoption des technologies financières (manque de connaissances)
  • La nécessité d’accroître la collaboration et les partenariats
  • Faciliter des procédures plus souples et moins complexes pour les jeunes entreprises

Stratégie d'entrée sur le marché

Le marché fintech a évolué très rapidement. Beaucoup de sociétés n’étaient pas vues comme des concurrents sérieux par les grandes institutions bancaires. La situation a changé quand les entreprises de fintech ont commencé à développer leurs propres solutions ou à envisager des acquisitions.

C’est pourquoi la tendance est passée aux partenariats. Les fintech amènent un talent créatif, une innovation et une souplesse que les banques n’ont pas. Les banques ont des canaux de distribution très larges, avec beaucoup de clients, et le plus haut taux de confiance de l’industrie. Le marché reste concurrentiel, et donne des occasions d’association intéressantes. Et aujourd’hui, l'adoption du concept de banque ouverte (open banking), qui donne la possibilité aux consommateurs de partager leurs données bancaires avec leur consentement, pourrait amener une autre vague de produits et services financiers innovateurs par de tierces parties et de nouvelles occasions d’affaires collaboratives.

Au cours des deux ou trois dernières années, la région de Toronto a connu une amélioration significative du financement des stades intermédiaires et avancés (série A ou au-delà). Avec la maturation de l'écosystème fintech et l'expansion des jeunes entreprises existantes qui attirent de plus en plus de sociétés de capital de risque américaines recherchant d'autres types de financement que les investissements providentiels ou les investissements d'amorçage. Environ 43 % des transactions de capital de risque en 2018 proviennent d'investisseurs basés aux États-Unis (27 % en 2014). Cela a permis d'améliorer la disponibilité de fonds à Toronto, d’offrir des possibilités de mentorat et d'exposer les jeunes entreprises au marché plus important des États-Unis.

Événements importants

Forum FinTech Canada (Montréal)

Canadian FinTech Summit (avril, Toronto)

Collision (juin, Toronto)

Big Data AI

Payments Canada Summit (solutions de paiement, Toronto)

Canada FinTech Forum (Toronto, généralement au mois d’août)

Semaine FinTech Canada (août)

ITech Conference (dans plusieurs provinces au Canada)

SecTor (cybersécurité, Toronto)

Canadian Conference on AI (intelligence artificielle)

Conseils pratiques

Toronto est une ville dynamique et attrayante pour les affaires! Avant d’entamer des démarches en vue de mener des activités d’exportation, il est important de mesurer la valeur du marché et d’en établir le potentiel. Vous pourrez trouver ci-dessous quelques conseils afin d’optimiser votre séjour et de saisir le maximum d’occasions d’affaires :

Avant la mission :

  • Listez vos objectifs commerciaux de manière réaliste et gardez-les en tête;
  • Établissez des contacts avec le lieu de destination dès votre inscription;
  • Préparez et maîtrisez votre « pitch d’ascenseur »
  • Pensez à avoir des documents (one-pager max) et des cartes d’affaires dans la langue locale;
  • Préparez votre budget.

Pendant la mission :

  • Préparez bien vos rencontres;
  • Maximisez votre temps entre les rencontres pour recueillir davantage de données sur le marché;
  • Parlez au plus grand nombre de personnes durant les activités de réseautage (d’où l’importance de bien maîtriser votre pitch d’ascenseur);
  • Erreurs à ne pas faire :
  • Sous-estimer l’importance des coutumes locales d’affaires;
  • Fonder la réussite de votre projet sur un seul objectif.

Après la mission :

  • Faites une synthèse de votre participation;
  • Rédigez un compte-rendu de votre mission en fonction de vos objectifs initiaux et des nouvelles opportunités recensées;
  • Assurez un suivi rigoureux avec vos nouveaux contacts.

Liens utiles

Rédaction de la fiche

Jouhara Laroussi
Attachée commerciale
Bureau du Québec à Toronto

Pour plus d’informations

Anne-Sophie Prémont
Conseillère spécialisée, Affaires internationales
Direction Export, Marchés de l’Amérique du Nord
Téléphone : 438 469-4172
Courriel : anne-sophie.premonta commercialinvest-quebec.com