Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Études et analyses

Compilation des résultats du sondage réalisé en 2018

Ce sondage découle du plan d’action du Ministère relatif à sa mission Activités économiques du Plan national de sécurité civile.

Il a été réalisé à l’été 2018 auprès de 45 % des entreprises déterminantes de toutes les régions du Québec afin de connaître l’état d’avancement de leur démarche de gestion de la continuité des activités.  

Faits saillants

  • Une proportion de 33 % des entreprises dit avoir déjà subi un sinistre.
  • Au total, 45 % des entreprises croient que les phénomènes liés aux changements climatiques font ou feront augmenter leur risque de subir un sinistre un jour.
  • En tout, 52 % des entreprises déterminantes ont prévu des mesures d’urgence regroupées dans un plan de continuité des activités ou un document semblable.
  • Les entreprises estiment que les principaux avantages d’avoir un plan de continuité des activités sont :
    • de pouvoir réagir plus efficacement au moment d’un incident (25 %);
    • de mieux se préparer face aux situations imprévisibles (17 %);
    • de pouvoir poursuivre leurs activités critiques (16 %);
    • de connaître la marche à suivre (8 %).
  • Les cinq raisons les plus importantes selon les entreprises pour préparer un plan de continuité des activités sont :
    • la demande des clients (74,5 %);
    • la demande de l’assureur (72,8 %);
    • une obligation légale (58,9 %);
    • la demande du banquier ou des investisseurs (48,7 %);
    • un incitatif financier (46,6 %).
  • Les principales raisons justifiant l’absence de plan de continuité des activités sont les suivantes :
    • l’entreprise n’y a pas pensé ou elle a d’autres priorités (40 %);
    • l’entreprise n’en voit pas l’utilité (14 %);
    • la préparation prend trop de temps ou est trop coûteuse (11 %);
    • le risque de sinistre est faible (11 %).
  • Au total, 29 % des entreprises estiment que la perte de production est la principale conséquence découlant de sinistres subis ou anticipés, la deuxième étant la perte matérielle (16 %).