Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note sur l'économie et le commerce de la Norvège

Février 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie norvégienne

Norvège
Principaux indicateurs, 2016

* Nombre d'unités de couronnes par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours 2016.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économique, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), novembre 2017.

Population (en millions) 5,3
PIB (en G$ US courants) 370,6
PIB par habitant (en $ US courants) 70 553,1
Taux de croissance du PIB réel (%) 1,1
Taux d'inflation (%) 3,5
Taux de chômage (%) 4,7
Taux de change* 6,3371
Exportations de biens et services (en G$ US courants) 125,8
Importations de biens et services (en G$ US courants) 119,7

Le contexte économique en abrégé

Depuis la fin des années 1960, l'économie norvégienne est l'une des plus performantes au monde. Cette prospérité économique est grandement attribuable à la découverte de champs pétroliers et gaziers dans la mer du Nord ainsi qu'au contrôle partiel par l'État de l'exploitation de ces champs. Afin de faire fructifier les revenus de l'exploitation des hydrocarbures par ses entreprises, l'État transfère les profits dans un fonds du pétrole.

La Norvège est sensible aux aléas de la conjoncture mondiale, puisqu'elle est fortement dépendante de l'exportation de ses hydrocarbures. Cette dépendance aurait été l'une des raisons pour lesquelles le pays a été durement touché par la crise économique et financière mondiale de 2008. Cependant, selon l'OCDE, grâce aux revenus cumulés provenant de l'exploitation du pétrole, le pays a été en mesure de se redresser rapidement à la suite de cette crise, tout comme après celle causée par la chute du prix du pétrole en 2014.

La période de 2012 à 2015 s'est déroulée sous le signe de la croissance, bien que celle-ci ait été inégale, selon les données du FMI. Effectivement, chacune des années de modeste croissance (2,8 % en 2012 et 1,9 % en 2014) a été suivie par une baisse (1,0 % en 2013 et 1,6 % en 2015). Selon l'OCDE, l'accumulation des recettes pétrolières a donné à l'État la capacité financière d'agir rapidement afin de stimuler l'économie et d'accélérer sa croissance.

Du point de vue des finances publiques, l'État possède deux fonds souverains1 qui sont financés par les revenus des hydrocarbures. L'objectif de ces fonds est de soutenir financièrement l'État social dans le temps. Le premier fonds a pour mandat de fournir des capitaux aux entreprises du pays, alors que le deuxième investit exclusivement à l'étranger.

Au courant de la dernière décennie, dans une perspective de diversification de l'économie, de réduction de l'empreinte environnementale et d'amélioration de la protection sociale, l'État a privatisé quelques-unes de ses entreprises pétrolières.

En 2016, la Norvège a enregistré les résultats économiques suivants :

  • une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 1,1 %;
  • une inflation de 3,5 %;
  • un taux de chômage de 4,7 %;
  • un solde budgétaire excédentaire correspondant à 3,1 % du PIB.

Cette même année, la Norvège comptait pour 0,3 % du PIB mondial, ce qui en faisait la 48e économie au monde.

Les perspectives économiques de l'OCDE sont faiblement optimistes pour la Norvège. La récupération amorcée après l'effondrement du prix du pétrole en 2014 devrait se poursuivre, mais la croissance économique prévue sera modeste, soit 2,1 % en 2017 et 1,8 % en 2018.

Le commerce de marchandises entre le Québec et la Norvège

L'évolution des échanges

En 2016, les échanges commerciaux de marchandises2 entre le Québec et la Norvège3 se chiffraient à 534,4 M$, ce qui représentait une baisse de 51,1 % par rapport à l'année 2015. Cette baisse s'explique par la diminution des importations (−618,1 M$ ou −66,8 %), puisque les exportations ont augmenté (+60,2 M$ ou +36,0 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges était négative (−28,7 %).

En 2016, la valeur de ces échanges représentait 17,3 % des échanges commerciaux de biens entre le Canada et la Norvège.

Cette même année, la Norvège se classait au 17e rang des partenaires commerciaux du Québec en Europe, derrière la Russie et devant le Portugal, et au 32e rang des partenaires commerciaux internationaux du Québec.

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et la Norvège, 2012-2016
2012 2013 2014 2015 2016
* Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Exportations 221,5 159,4 154,1 167,3 227,5
Importations 1 573,9 2 698,3 1 205,2 925,0 306,9
Commerce total 1 795,5 2 857,7 1 359,4 1 092,3 534,4

Les exportations

En 2016, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la Norvège s'établissait à 227,5 M$ et représentait 15,0 % de la valeur des exportations totales canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une hausse de 36,0 % par rapport à l'année précédente. Cette hausse était principalement attribuable à l'augmentation des exportations d'aluminium sous forme brute (+33,5 M$).

Toujours en 2016, les exportations de marchandises du Québec vers la Norvège représentaient 2,1 % des exportations québécoises vers l'Europe et 0,3 % du total des exportations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Les exportations québécoises de marchandises vers l'Europe représentaient alors 13,5 % des exportations internationales totales de marchandises du Québec.

La même année, la Norvège était le 11e client du Québec en Europe, derrière l'Italie, et le 23e client international du Québec.

En 2016, les cinq produits en tête de liste des exportations étaient les suivants :

  • l'aluminium sous forme brute (29,8 % du total);
  • les fèves de soja, même concassées (27,0 %);
  • les turboréacteurs, les turbopropulseurs et les autres turbines à gaz (15,3 %);
  • les huiles de pétrole raffinées (6,5 %);
  • les simulateurs de vol et leurs parties (4,4 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers la Norvège représentait alors 91,0 % de la valeur de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2016, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés du Québec à destination de la Norvège se répartissait comme suit :

  • les produits de moyenne-faible technologie (52,9 %);
  • les produits de haute technologie (26,3 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (14,6 %);
  • les produits de faible technologie (6,2 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de haute technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de la Norvège.

Les importations

En 2016, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Norvège était de 306,9 M$, ce qui représentait 19,5 % de la valeur totale des importations canadiennes en provenance de ce pays et correspondait à une baisse de 66,8 % par rapport à l'année 2015. Cette baisse était principalement attribuable à la diminution des importations d'huiles brutes de pétrole (−631,6 M$).

Toujours en 2016, les importations de marchandises du Québec en provenance de la Norvège représentaient 1,3 % des importations québécoises en provenance de l'Europe et 0,4 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

La Norvège était alors le 16e fournisseur du Québec en Europe et le 33e au monde.

Cette même année, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • les huiles de pétrole raffinées (36,7 % du total);
  • les ferroalliages (14,6 %);
  • les huiles brutes de pétrole (13,4 %);
  • les filets de poisson et autre chair de poisson (5,4 %);
  • les fromages et la caillebotte (4,9 %).

La valeur des dix principaux produits norvégiens importés au Québec représentait alors 84,1 % de la valeur de l'ensemble des importations québécoises en provenance de la Norvège.

En 2016, le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Norvège se présentait comme suit :

  • les produits de moyenne-faible technologie (65,0 %);
  • les produits de faible technologie (16,8 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (11,8 %);
  • les produits de haute technologie (6,4 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de moyenne-faible technologie ont dominé les importations.

Les sociétés et les investissements sous contrôle étranger

En 2016, le nombre de filiales d'entreprises norvégiennes établies au Québec s'élevait à 13. Ce nombre représentait 24,5 % des filiales (53) norvégiennes installées au Canada. Cela situe la Norvège au 19e rang en ce qui a trait au nombre de sociétés étrangères implantées au Québec4.

Les données touristiques

De 2009 à 2013, l'évolution du nombre de touristes norvégiens au Québec et celle du nombre de touristes québécois en Norvège ont toutes deux connu une baisse, sauf en 2012, où il y a eu une hausse du nombre de touristes norvégiens au Québec.

Au cours de cette période, le nombre moyen de touristes norvégiens au Québec était plus élevé que le nombre moyen de touristes québécois en Norvège.

En 2013, le nombre de touristes norvégiens au Québec est resté plutôt stable (−2,6 %) par rapport à 2012, alors qu'en 2014, le nombre de touristes québécois en Norvège était fortement en hausse (+285,7 %) par rapport à 2013.

L'évolution des dépenses touristiques5 durant la période de 2009 à 2013 montre que les dépenses des touristes norvégiens au Québec ont enregistré une hausse continue, sauf en 2011. En ce qui concerne les dépenses des touristes québécois en Norvège, à l'exception de l'année 2014, elles étaient en baisse de façon continue au cours de la période considérée (2009-2014).

En 2013, les dépenses des touristes norvégiens au Québec étaient considérablement plus élevées que celles des touristes québécois en Norvège. Cette situation a perduré au cours de la période de 2009 à 2013.

Annexe

Tableau 1

Commerce de marchandises entre le Québec et la Norvège, 2012-2016
(en millions de dollars canadiens)
  2012 2013 2014 2015 2016
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : OMC, septembre 2013.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Exportations de biens 222 159 154 167 227
Importations de biens 1 574 2 698 1 205 925 307
Échanges totaux 1 795 2 858 1 359 1 092 534

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de la Norvège, 2012-2016
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Aluminium sous forme brute 135,1 61,0 67,3 42,2 32,6 21,1 34,3 20,5 67,8 29,8
Fèves de soja, même concassées 34,0 15,3 39,4 24,7 56,1 36,4 50,8 30,4 61,5 27,0
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 4,4 2,0 18,6 11,6 23,1 15,0 31,7 19,0 34,7 15,3
Huiles de pétrole raffinées 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 14,7 6,5
Simulateurs de vol et leurs parties 9,9 4,4 0,4 0,2 12,0 7,8 14,8 8,8 10,1 4,4
Instruments et appareils pour analyse physique ou chimique 8,3 3,7 2,0 1,2 2,2 1,4 4,5 2,7 6,3 2,8
Voitures de tourisme et autres types de véhicules 0,0 0,0 0,0 0,0 0,4 0,3 1,9 1,1 5,1 2,2
Crustacés, mollusques et autres invertébrés aquatiques 0,8 0,4 1,9 1,2 1,6 1,1 1,8 1,1 3,0 1,3
Alcool éthylique non dénaturé 0,6 0,3 1,4 0,9 3,2 2,1 2,3 1,4 2,7 1,2
Bombes, grenades, torpilles et autres munitions 7,4 3,3 0,7 0,4 3,1 2,0 1,3 0,8 1,1 0,5
10 principaux produits ci-dessus* 200,6 90,6 131,6 82,5 134,3 87,1 143,4 85,7 206,9 91,0
Autres produits* 20,9 9,4 27,8 17,5 19,8 12,9 23,9 14,3 20,6 9,0
Total* 221,5 100,0 159,4 100,0 154,9 100,0 167,3 100,0 227,5 100,0
Québec/Canada   9,5   7,7   6,9   9,0   15,0

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de la Norvège, 2012-2016
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Huiles de pétrole raffinées 51,9 3,3 220,8 8,2 87,0 7,2 80,5 8,7 112,5 36,7
Ferroalliages 49,4 3,1 50,5 1,9 51,5 4,3 60,9 6,6 44,7 14,6
Huiles brutes de pétrole 1 343,8 85,4 2 307,2 85,5 950,3 78,8 672,6 72,7 41,0 13,4
Filets de poisson et autre chair de poisson 16,5 1,1 18,9 0,7 22,2 1,8 19,8 2,1 16,7 5,4
Fromages et caillebotte 13,9 0,9 14,2 0,5 17,4 1,4 15,6 1,7 14,9 4,9
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 1,0 0,1 2,3 0,1 0,9 0,1 2,8 0,3 11,4 3,7
Poissons séchés, salés ou en saumure 11,2 0,7 6,6 0,2 1,7 0,1 5,7 0,6 6,2 2,0
Chaînes, chaînettes et leurs parties, en fonte, en fer ou en acier 7,0 0,4 6,5 0,2 7,6 0,6 5,5 0,6 4,4 1,4
Hydrogène, gaz rares et autres éléments non métalliques 0,1 0,0 1,6 0,1 3,5 0,3 0,2 0,0 3,2 1,0
Mobilier pour la médecine, la chirurgie ou l'art dentaire 3,4 0,2 3,4 0,1 3,1 0,3 2,8 0,3 3,0 1,0
10 principaux produits ci-dessus* 1 498,2 95,2 2 632,1 97,5 1 145,2 95,0 866,5 93,7 2 581,1 84,1
Autres produits* 75,5 4,8 66,2 2,5 60,1 5,0 58,5 6,3 48,8 15,9
Total* 1 573,9 100,0 2 698,3 100,0 1 205,2 100,0 925,0 100,0 306,9 100,0
Québec/Canada   42,0   71,1   59,9   54,5   19,5

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec par groupes de produits à destination de la Norvège, selon le niveau de technologie, 2012-2016
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Haute technologie 13,7 7,5 23,4 19,6 26,5 27,4 37,8 34,0 42,7 26,3
Moyenne-haute technologie 17,1 9,4 11,5 9,6 22,0 22,8 27,3 24,5 23,8 14,6
Moyenne-faible technologie 144,3 79,1 70,2 58,7 38,8 40,1 38,1 34,2 86,0 52,9
Faible technologie 7,3 4,0 14,4 12,0 9,4 9,7 8,1 7,3 10,0

6,2

Total manufacturier* 182,4 100,0 119,5 100,0 96,7 100,0 111,3 100,0 162,6 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés du Québec par groupes de produits en provenance de la Norvège, selon le niveau de technologie, 2012-2016
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, novembre 2017.
Haute technologie 19,4 8,6 19,5 5,0 12,8 5,1 16,8 6,7 17,0 6,4
Moyenne-haute technologie 29,0 12,9 28,0 7,2 33,1 13,1 27,0 10,8 31,2 11,8
Moyenne-faible technologie 126,5 56,1 290,9 74,7 157,9 62,5 157,4 63,1 171,8 65,0
Faible technologie 50,7 22,5 50,9 13,1 49,0 19,4 48,1 19,3 44,3

16,8

Total manufacturier* 225,6 100,0 389,4 100,0 252,8 100,0 249,3 100,0 264,3 100,0

Tableau 6

Données sur les échanges touristiques entre le Québec et la Norvège, 2009-2014

*Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes: Personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins de un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont eu recours è un hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Direction des connaissances stratégiques en tourisme, ministère du Tourisme, septembre 2017.
Nombre de touristes norvégiens au Québec et leurs dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
2009 5 300   3 800 500  
2010 4 900 -7,5 4 212 300 10,8
2011 2 700 -44,9 2 624 800 -37,7
2012 3 800 40,7 5 362 800 104,3
2013 3 700 -2,6 7 418 300 38,3
2014 - - - -
Nombre de touristes québécois en Norvège et leurs dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
2009 5 900   3 692 100  
2010 4 400 -25,4 2 546 200 10,8
2011 4 000 -9,1 2 308 800 -9,3
2012 3 800 -5,0 2 121 700 -8,1
2013 700 65,5 142 400 -93,3
2014 2 700 2,7 3 421 500 2302,7

1. Le Fonds de pension global norvégien et le Fonds de pension norvégien.

2. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

3. Voir les tableaux 1 à 5 de l’annexe pour des données additionnelles.

4. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés, [CD-ROM], 4e trimestre de 2016.

5. Voir le tableau 6 de l’annexe pour plus de détails.