Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note abrégée sur le commerce Québec-Russie

Août 2017

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie Russe

Russie
Principaux indicateurs, 2016
1. Nombre d'unités de roubles russes par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2015.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), août 2017.
Population (en millions) 143,4
PIB (en milliards de dollars américains courants) 1 280,7
PIB par habitant (en dollars américains courants) 8 928,7
Taux de croissance du PIB réel (%) -0,2
Taux d'inflation (%) 7,0
Taux de chômage (%) 5,5
Taux de change1 50,4032
Exportations de marchandises et services (en milliards de dollars américains courants) 331,5
Importations de marchandises et services (en milliards de dollars américains courants) 264,3

Le contexte économique en abrégé

L’économie russe se distingue par son importante dotation en ressources naturelles, issues particulièrement des hydrocarbures (gaz et pétrole) et des mines. Les ressources naturelles comptent d’ailleurs pour les deux tiers des exportations de la Russie. Le secteur secondaire y est aussi important (30 % du produit intérieur brut [PIB]). Pour sa part, le secteur des services, comprenant les télécommunications, la finance et la distribution, a connu un important développement au cours de la dernière décennie; il représente aujourd’hui 65 % de l’économie. Enfin, le secteur de l’agriculture y tient une place relativement petite (5 %).

De 2000 à 2008, selon le FMI, la Russie a connu une croissance économique moyenne de 7 %. Puis, comme la plupart des pays du monde (surtout industrialisés), elle a été touchée durement par la crise financière et économique. En 2009, elle est entrée en récession, enregistrant un taux de croissance économique négatif (-8 %).

Grâce à la bonne tenue des prix mondiaux des produits de base, dont ceux des hydrocarbures, et à l’augmentation de la demande intérieure, l’économie russe a renoué avec la croissance en 2010 (4,5 %) et en 2011 (4,0 %).

Cependant, dès 2012, un ralentissement économique a été observé en Russie, lequel s’est poursuivi en 2013 (1,3 %) et s’est amplifié en 2014 avec une croissance du PIB de 0,7 %.

Ce ralentissement économique s’explique par l’atténuation des facteurs internes de croissance, par exemple trop axée sur la demande intérieure, ainsi que par la faiblesse de la productivité du travail (investissement insuffisant en formation brute de capital fixe) et de la compétitivité des exportations autres que celles des hydrocarbures.

D’autres facteurs ont contribué à maintenir ce ralentissement, dont la chute des cours pétroliers et les incertitudes géopolitiques engendrées par la crise en Ukraine et les sanctions occidentales à l’encontre de la Russie, qui se sont traduites par une forte contraction des investissements nationaux et étrangers ainsi que par une fuite massive des capitaux. En 2016, selon les données du FMI, l’économie de la Russie a enregistré les résultats suivants : 

  • une croissance du PIB réel de -0,2 %;
  • un taux de chômage de 5,5 %; 
  • un taux d’inflation de 7,0 %;
  • une situation budgétaire globalement équilibrée;
  • une dette publique modérée (17 % du PIB).

Toujours en 2016, selon les données du FMI, le PIB1 de la Russie se situait au 12e rang mondial.

Les perspectives économiques restent incertaines et tributaires du contexte économique et géopolitique mondial. Les sanctions économiques à l’encontre de la Russie continuent d’affecter son économie. Les prévisions du FMI indiquent une croissance de l’économie russe de 1,4 % pour les années 2017 et 2018.

Les défis de la Russie pour les périodes à venir sont nombreux :

  • continuer la mise en œuvre des réformes structurelles entreprises;
  • poursuivre la diversification du tissu économique, l’accroissement de l’investissement et la restructuration de l’industrie lourde;
  • renforcer l’attractivité du pays;
  • trouver une solution aux sanctions actuelles;
  • poursuivre l’amélioration des infrastructures de transport (routes, rails et aéroports);
  • encourager l’essor d’une économie inclusive.

Le commerce de marchandises entre le Québec et la Russie

L'évolution des échanges

En 2016, les échanges commerciaux de marchandises2 entre le Québec et la Russie3 se chiffraient à 595 M$, ce qui représentait une régression de 8,2  % par rapport à l’année 2015. Ce recul s’explique principalement par la diminution des exportations (-42,5 %), alors que les importations ont augmenté.

En 2016, la valeur de ces échanges représentait 38,7 % des échanges commerciaux de biens du Canada avec ce pays.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges était négative (-10,7 %).

Toujours en 2016, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Russie représentait 0,4 % de la valeur des échanges internationaux de marchandises du Québec.

Cette même année, la Russie occupait le 29e rang des partenaires commerciaux du Québec à l’échelle mondiale.

Les exportations

En 2016, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la Russie s’établissait à 142 M$ et représentait 23,4 % de la valeur totale des exportations canadiennes vers ce pays (41,1 % en 2015). Elle correspondait également à une baisse de 42,5 % par rapport à l’année 2015. Cette baisse était attribuable à la diminution des exportations de simulateurs de vols et de leurs parties (-15,6 M$), ainsi que de turboréacteurs, de turbopropulseurs et de leurs parties (-10 M$).

La Russie occupait le 33e rang des clients internationaux du Québec en 2016.

En 2015, les cinq produits en tête de liste des exportations québécoises étaient les suivants :

  • les fèves de soya, même concassées (13,2 % du total);
  • les ferro-alliages (12,6 %);
  • les simulateurs de vol et leurs parties (7,1 %);
  • les préparations utilisées pour l’alimentation des animaux (6,8 %);
  • les centrifugeuses et les appareils pour la filtration ou l’épuration des liquides ou des gaz (5,8 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers la Russie représentait 61,5 % de la valeur de l’ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2016, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés à destination de la Russie se répartissait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (42,2 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (22,9 %);
  • les produits de haute technologie (18,3 %);
  • les produits de faible technologie (16,6 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), à l’exception des deux dernières années, les produits de faible technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de la Russie.

Les importations

En 2016, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Russie était de 453,6 M$, ce qui représentait une hausse de 12,9 % par rapport à l’année 2015. Cette hausse était attribuable à l’augmentation des importations d’huiles de pétrole raffinées (+42,8 M$), de cuivre affiné (+37 M$), ainsi que de cokes et de semi-cokes de houille (+11,1 M$).

Par ailleurs, cette valeur correspondait à 48,7 % du total des importations canadiennes en provenance de ce pays.

Cette même année, la valeur des importations québécoises de marchandises en provenance de la Russie représentait 0,5 % de la valeur totale des importations internationales de marchandises du Québec.

Toujours en 2016, la Russie se classait au 26e rang des fournisseurs du Québec au monde.

En 2016, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • les huiles de pétrole raffinées (33,9 % du total);
  • le cuivre affiné et les alliages de cuivre sous forme brute (15,9 %);
  • les pneus neufs en caoutchouc (11,3 %);
  • les engrais minéraux ou chimiques azotés (6,3 %);
  • les bois contreplaqués, les bois plaqués et les bois stratifiés similaires (4,6 %).

La valeur des dix principaux produits dédouanés au Québec en provenance de la Russie représentait 85,1 % de la valeur de l’ensemble des importations du Québec en provenance de ce pays.

Le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Russie se présentait comme suit :

  • les produits de moyenne-faible technologie (76,7 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (15,7 %);
  • les produits de faible technologie (7,3 %);
  • les produits de haute technologie (0,3 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de moyenne-faible technologie ont dominé les importations du Québec en provenance de la Russie.

Annexe

Tableau 1

Commerce de marchandises entre le Québec et la Russie, 2012-2016
(en millions de dollars canadiens*)
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, août 2017.
  2012 2013 2014 2015 2016
Exportations de biens 623 544 462 247 142
Importations de biens 312 259 326 402 454
Échanges totaux 935 803 788 649 595

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de la Russie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Fèves de soja, même concassées 0,4 0,1 0,3 0,1 2,9 0,6 1,6 0,7 18,7 13,2
Ferro-alliages 0,0 0,0 0,0 0,0 18,7 4,0 19,7 8,0 17,9 12,6
Simulateurs de vol et leurs parties 17,8 2,9 11,3 2,1 1,6 0,3 27,5 11,1 10,1 7,1
Préparations utilisées pour l'alimentation des animaux 6,9 1,1 7,9 1,5 7,1 1,5 8,5 3,4 9,7 6,8
Centrifugeuses et appareils pour la filtration ou l'épuration des liquides ou des gaz 2,2 0,4 2,5 0,5 6,2 1,3 0,3 0,1 8,2 5,8
Appareils de radiodétection, de radionavigation et de radiotélécommande 0,8 0,1 7,3 1,3 8,8 1,9 6,1 2,5 5,8 4,1
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 31,9 5,1 3,9 0,7 6,2 1,3 14,6 5,9 4,6 3,2
Robinets, valves, clapets et soupapes de retenue 1,0 0,2 2,4 0,4 6,2 1,4 5,2 2,1 4,4 3,1
Machines à trier, à cribler ou à séparer la terre 1,8 0,3 4,6 0,8 2,9 0,6 3,0 1,2 4,0 2,9
Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux 31,2 5,0 109,0 20,1 75,0 16,2 73,5 29,8 4,0 2,8
10 principaux produits ci-dessus* 94,0 15,1 149,3 27,5 135,6 29,3 159,9 64,8 87,2 61,5
Autres produits* 528,6 84,9 394,3 72,5 326,6 70,7 86,8 35,2 54,5 38,5
Total* 622,5 100,0 543,5 100,0 462,3 100,0 246,7 100,0 141,8 100,0
Québec/Canada   37,7   39,1   37,3   41,1   23,4

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de la Russie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Huiles de pétrole raffinées 97,3 31,2 81,4 31,4 84,3 25,9 110,9 27,6 153,7 33,9
Cuivre affiné et alliages de cuivre sous forme brute 0,0 0,0 0,0 0,0 24,1 7,4 44,9 11,2 71,9 15,9
Pneus neufs en caoutchouc 13,3 4,2 14,6 5,7 18,0 5,5 41,1 10,2 50,9 11,2
Engrais minéraux ou chimiques azotés 86,2 27,6 79,8 30,8 60,6 18,6 59,0 14,7 28,4 6,3
Bois contreplaqués. bois plaqués et bois stratifiés similaires 12,3 3,9 17,0 6,5 18,8 5,8 22,9 5,7 20,8 4,6
Houilles, briquettes et boulets obtenus à partir de la houille 12,1 3,9 0,0 0,0 0,0 0,0 12,0 3,0 15,7 3,5
Produits laminés plats en aciers alliés, d'une largeur de 600 mm ou plus 16,7 5,4 9,5 3,7 5,9 1,8 11,7 2,9 13,8 3,0
Produits laminés plats en aciers alliés, d'une largeur inférieure à 600 mm 0,0 0,0 0,0 0,0 3,3 1,0 15,5 3,8 12,6 2,8
Cokes et semi-cokes de houille 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 11,1 2,5
Carbone (noirs de carbone et autres formes de carbone) 0,4 0,1 0,0 0,0 1,8 0,5 5,2 1,3 7,1 1,6
10 principaux produits ci-dessus* 238,2 76,3 202,3 78,0 216,9 66,5 323,2 80,4 386,1 85,1
Autres produits* 74,0 23,7 56,9 22,0 109,2 33,5 78,7 19,6 67,6 14,9
Total* 312,3 100,0 259,2 100,0 326,0 100,0 401,9 100,0 453,6 100,0
Québec/Canada   31,4   30,0   44,2   38,7   48,7

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de la Russie, selon le niveau de technologie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, août 2017
Haute technologie 57,7 9,3 175,5 32,5 99,7 21,8 92,0 37,6 22,2 18,3
Moyenne-haute technologie 135,3 21,9 98,5 18,2 94,7 20,7 98,8 40,4 51,2 42,2
Moyenne-faible technologie 23,2 3,8 28,0 5,2 37,6 8,2 35,8 14,7 27,8 22,9
Faible technologie 402,2 65,0 238,8 44,1 224,8 49,2 17,8 7,3 20,1 16,6
Total manufacturier* 618,5 100,0 540,8 100,0 456,9 100,0 244,3 100,0 121,4 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits en provenance de la Russie, selon le niveau de technologie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, août 2017.
Haute technologie 2,3 0,8 3,5 1,4 1,4 0,4 2,2 0,6 1,2 0,3
Moyenne-haute technologie 125,0 42,2 101,3 39,6 96,4 30,0 109,1 28,5 67,6 15,7
Moyenne-faible technologie 145,1 49,0 121,5 47,5 192,7 60,0 241,0 63,0 331,2 76,7
Faible technologie 23,7 8,0 29,6 11,6 30,5 9,5 30,2 7,9 31,6 7,3
Total manufacturier* 296,2 100,0 255,8 100,0 320,9 100,0 382,4 100,0 431,7 100,0

1. PIB valorisé en dollars américains courants.

2. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

3. Voir les tableaux 1 à 5 de l’annexe pour des données additionnelles.