Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note abrégée sur le commerce Québec-Italie

Mars 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie italienne

Italie
Principaux indicateurs, 2016
*Nombre d'unités d'euros par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2017.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), février 2018.
Population (en millions) 60,7
PIB (en G$ US courants) 1 850,7
PIB par habitant (en $ US courants) 30 507,2
Taux de croissance du PIB réel (%) 1,1
Taux d'inflation (%) -0,1
Taux de chômage (%) 11,7
Taux de change* 0,6826
Exportations de marchandises et services (en G$ US courants) 562,2
Importations de marchandises et services (en G$ US courants) 506,6

Le contexte économique en abrégé

L'économie italienne connaît une reprise progressive, après avoir subi durant plusieurs années les effets pervers de la crise financière de 2008-2009, puis ceux de la crise de la dette souveraine qui a sévi dans la zone euro dès 2011.

Le produit intérieur brut (PIB) a passé le cap du point de pourcentage (1,0 %) de croissance. Un regain est observé du côté de la demande intérieure et de la consommation des ménages, soutenues par le crédit. Du côté des entreprises, les investissements sont en hausse grâce, d'une part, aux incitations fiscales généreuses à l'investissement et, d'autre part, à cause de la nécessité de renouvellement des capacités productives des entreprises. Par ailleurs, les exportations sont dynamiques, dopées par la demande extérieure.

Tous ces signes de bonne performance et de progrès ont été favorisés par plusieurs facteurs, dont la politique budgétaire légèrement expansionniste ainsi que la confiance améliorée des entreprises (investissement) et des ménages (consommation).

Toutefois, le taux d'emploi reste parmi les plus faibles des pays de l'OCDE et le taux de chômage figure parmi les plus élevés.

Sur le plan des finances publiques, les initiatives, les réformes ainsi que les autres mesures (collectif budgétaire en 20171, révision des dépenses publiques2) ne semblent améliorer que très faiblement la situation. La dette publique en proportion du PIB3 reste très élevée même si ce ratio semble se stabiliser. En 2015, il avoisinait 160 % (158,9 %) du PIB, puis il a baissé à 157,3 % en 2016 et à 157,0 % en 2017. Les estimations de l'OCDE situent ce ratio à 155,2 % du PIB en 2018 et à 153,1 % en 2019.

En 2016, selon les données de l'OCDE, les performances de l'économie italienne ont été les suivantes :

  • une croissance du PIB réel de 1,1 %;
  • un taux de chômage de 11,7 %; 
  • un taux d'inflation (déflation) de −0,1 %;
  • une légère baisse du déficit budgétaire : 2,6 % du PIB en 2015, 2,5 % en 2016 et 2,1 % en 2017.

Toujours en 2016, selon les données du FMI, le PIB4 de l'Italie se situait au 9e rang mondial.

Les perspectives économiques à court terme sont bonnes, voire robustes. À long terme, elles restent cependant incertaines et tributaires de la croissance mondiale et de la reprise vigoureuse de l'activité économique en Europe, principalement dans la zone euro.

Les prévisions de l'OCDE indiquent une croissance de l'économie italienne de 1,5 % en 2018 et de 1,3 % en 2019.

Les principaux défis à venir sont les suivants :

  • assainir les finances publiques par la réduction des dépenses publiques jugées encore trop élevées;
  • poursuivre les réformes structurelles pour favoriser la croissance et la réalisation d'excédents en vue de réduire le ratio de la dette publique, promouvoir l'emploi et stimuler la confiance ainsi que le potentiel productif et compétitif de l'économie à long terme;
  • neutraliser l'orientation de la politique budgétaire en limitant progressivement son usage et son expansion;
  • s'assurer que la rigueur budgétaire n'aura pas de répercussions négatives plus importantes que prévu sur l'économie;
  • poursuivre l'ouverture du secteur des services publics à la concurrence.

En 2016, selon les données de l'OMC, le commerce extérieur total de marchandises de l'Italie s'élevait à 866,4 G$ US, dont 461,7 G$ US en exportations et 404,7 G$ US en importations.

Les cinq principaux clients de l'Italie étaient :

  • l'Union européenne (UE-28);
  • les États-Unis;
  • la Suisse;
  • la Chine;
  •  la Turquie.

Ses cinq principaux fournisseurs étaient :

  • l'UE-28;
  • la Chine;
  • les États-Unis;
  • la Russie;
  • la Suisse.

Le commerce de marchandises5 entre le Québec et l'Italie6

L'évolution des échanges

En 2017, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et l'Italie se chiffraient à 3,0 G$, ce qui représentait 28,8 % des échanges entre le Canada et l'Italie ainsi qu'une hausse de 8 % par rapport à l'année 2016.

Cette hausse s'explique par l'augmentation à la fois des exportations (+42 M$) et des importations (+181 M$).

Au cours de la période considérée (2013-2017), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges a été positive (+8,6 %).

Toujours en 2017, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et l'Italie représentait 9,2 % de la valeur des échanges entre le Québec et l'UE-28 et 1,7 % des échanges internationaux du Québec.

Cette même année, l'Italie se classait au 5e rang des partenaires commerciaux du Québec au sein de l'UE-28 et au 9e rang de ses partenaires commerciaux à l'échelle internationale.

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et l'Italie, 2013-2017
(en millions de dollars)
2013 2014 2015 2016 2017
* Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, février 2018.
Exportations 371,7 520,7 327,6 437,2 478,7
Importations 1 789,3 1 916,6 2 261,1 2 347,6 2 528,5
Commerce total* 2 161,0 2 437,3 2 588,7 2 784,8 3 007,2

Les exportations

En 2017, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de l'Italie s'établissait à 479 M$ et représentait 20,9 % de la valeur des exportations totales canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une hausse de 9,5 % par rapport à l'année 2016. Cette hausse est attribuable principalement aux exportations d'huiles de pétrole raffinées (+23,3 M$), de fèves de soya même concassées (+15,1 M$) ainsi que de cuirs et de peaux bruts de bovins (+7,1 M$).

La même année, les exportations de marchandises du Québec vers l'Italie représentaient 4,8 % des exportations québécoises de marchandises vers l'UE-28 et 0,6 % du total des exportations internationales de marchandises du Québec.

Au cours de la période considérée (2013-2017), la valeur des exportations québécoises de marchandises vers l'Italie a enregistré une croissance annuelle moyenne de 6,5 %.

Toujours en 2017, l'Italie était le 8e client du Québec au sein de l'UE-28 et le 16e à l'échelle internationale.

En 2017, les cinq produits en tête de liste des exportations étaient les suivants :

  • les turboréacteurs, les turbopropulseurs et les autres turbines à gaz (19,3 % du total);
  • les cendres et les résidus contenant du métal ou des composés métalliques (11,7 %);
  • les parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens (10,3 %);
  • les huiles de pétrole raffinées (4,9 %);
  • les fèves de soya, même concassées (4,2 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers l'Italie représentait 64,7 % de la valeur de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2017, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés du Québec à destination de l'Italie se répartissait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (36,4 %);
  • les produits de haute technologie (23,5 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (21,9 %);
  • les produits de faible technologie (18,3 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), les produits de moyenne-haute technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de l'Italie sauf en 2014 et en 2016.

Les importations

En 2017, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de l'Italie était de 2,5 G$, soit une hausse de 7,7 % par rapport à l'année 2016. Celle-ci correspondait à 31,2 % de la valeur totale des importations canadiennes en provenance de ce pays.

La hausse des importations s'explique surtout par l'augmentation :

  • des importations de carreaux et de dalles de pavement ou de revêtement en céramique (+42,3 M$);
  • de voitures de tourisme et d'autres types de véhicules (37,3 M$);
  • de machines à laver la vaisselle, à emballer, etc. (+28,2 M$).

En 2017, les importations de marchandises du Québec en provenance de l'Italie représentaient 11,2 % des importations québécoises de marchandises en provenance de l'UE-28 et 2,8 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Toujours en 2017, l'Italie était le 4e fournisseur du Québec au sein de l'UE-28 et le 8e au plan international.

Cette même année, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • le vin de raisins frais (8,7 % du total);
  • les voitures de tourisme et les autres types de véhicules (5,3 %);
  • les médicaments présentés sous forme de doses (4,5 %);
  • les meubles et leurs parties (2,6 %);
  • les machines à laver la vaisselle, à emballer, etc. (2,5 %).

La valeur des dix principaux produits québécois dédouanés au Québec en provenance de ce pays représentait 34,5 % de la valeur de l'ensemble des importations du Québec en provenance de ce pays.

Le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de l'Italie se répartissait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (39,9 %);
  • les produits de faible technologie (36,4 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (14,0 %);
  • les produits de haute technologie (9,7 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), les produits de moyenne-haute technologie ont dominé les importations du Québec en provenance de l'Italie.

Les sociétés et les investissements sous contrôle étranger7

En 2016, le nombre de filiales d'entreprises italiennes établies au Québec s'élevait à 29. Ce nombre représentait 22,8 % des filiales (127) italiennes installées au Canada.

Annexe

Tableau 1

Commerce de marchandises entre le Québec et l'Italie, 2013-2017
(en millions de dollars canadien)
  2013 2014 2015 2016 2017
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, février 2018.
Exportations de biens 372 521 328 437 479
Importations de biens 1 789 1 917 2 261 2 348 2 529
Échanges totaux* 2 161 2 437 2 589 2 785 3 007

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de l'Italie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, février 2018.
Turbopropulseurs, turboréacteurs et autres turbines à gaz 97,5 26,2 102,0 19,6 87,3 26,6 99,1 22,7 92,3 19,3
Cendres et résidus contenant du métal ou des composés métalliques 4,7 1,3 58,8 11,3 44,6 13,6 55,4 12,7 55,8 11,7
Parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens 10,4 2,8 11,9 2,3 16,3 5,0 57,1 13,1 49,1 10,3
Huiles de pétrole raffinées 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 23,3 4,9
Fèves de soja, même concassées 1,8 0,5 1,9 0,4 1,6 0,5 5,0 1,2 20,1 4,2
Papiers et cartons kraft 12,3 3,3 14,1 2,7 13,7 4,2 23,0 5,3 19,7 4,1
Simulateurs de vol et leurs parties 13,7 3,7 1,9 0,4 1,0 0,3 16,9 3,9 15,3 3,2
Pâtes mi-chimiques de bois 26,7 7,2 15,4 3,0 9,9 3,0 15,7 3,6 14,8 3,1
Cuirs et peaux bruts de bovins 3,8 1,0 4,2 0,8 2,1 0,7 3,4 0,8 10,5 2,2
Appareils à rayons X utilisant les radiations alpha, bêta ou gamma 5,3 1,4 6,1 1,2 11,0 3,4 8,7 2,0 8,9 1,9
10 principaux produits ci-dessus* 176,2 47,4 216,3 41,5 187,6 57,3 284,4 65,1 309,8 64,7
Autres produits* 195,5 52,6 304,4 58,5 140,0 42,7 152,8 34,9 168,8 35,3
Total* 371,7 100,0 520,7 100,0 327,6 100,0 437,2 100,0 478,7 100,0
Québec/Canada   19,0   12,5   14,4   18,7   20,9

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec par groupes de produits en provenance de l'Italie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, février 2018.
Vin de raisins frais 180,7 10,1 174,4 9,1 189,6 8,4 201,5 8,6 220,6 8,7
Voitures de tourisme et autres types de véhicules 45,0 2,5 46,4 2,4 113,4 5,0 95,6 4,1 132,9 5,3
Médicaments présentés sous forme de doses 103,5 5,8 86,0 4,5 77,5 3,4 126,5 5,4 114,7 4,5
Meubles et leurs parties 46,9 2,6 54,0 2,8 64,1 2,8 64,8 2,8 66,1 2,6
Machines à laver la vaisselle, à emballer, etc. 32,6 1,8 34,4 1,8 39,8 1,8 35,9 1,5 64,1 2,5
Parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens 14,1 0,8 14,0 0,7 32,6 1,4 51,2 2,2 62,0 2,5
Turbopropulseurs, turboréacteurs et autres turbines à gaz 31,7 1,8 31,6 1,6 38,8 1,7 46,9 2,0 58,7 2,3
Carreaux et dalles de pavement ou de revêtement en céramique 12,1 0,7 11,7 0,6 14,3 0,6 15,4 0,7 57,6 2,3
Malles, valises, en cuir, en plastique ou en textile 14,1 0,8 17,2 0,9 23,7 1,0 49,2 2,1 51,6 2,0
Machines et appareils mécaniques ayant une fonction propre 35,8 2,0 47,2 2,5 44,3 2,0 48,5 2,1 43,9 1,7
10 principaux produits ci-dessus* 516,4 28,9 517,1 27,0 638,0 28,2 735,4 31,3 872,1 34,5
Autres produits* 1 273,0 71,1 1 399,5 73,0 1 623,0 71,8 1 612,2 68,7 1 656,4 65,5
Total* 1 789,3 100,0 1 916,6 100,0 2 261,1 100,0 2 347,6 100,0 2 528,5 100,0
Québec/Canada   30,7   29,8   30,7   31,1   31,0

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de l'Italie,
selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, février 2018.
Haute technologie 58,1 17,7 62,3 13,1 72,3 23,3 138,2 33,3 101,0 23,5
Moyenne-haute technologie 143,8 43,8 138,9 29,1 124,2 40,0 135,7 32,7 156,5 36,4
Moyenne-faible technologie 49,8 15,2 210,8 44,1 56,7 18,3 70,8 17,1 94,4 21,9
Faible technologie 76,6 23,3 65,7 13,8 57,2 18,4 70,2 16,9 78,6 18,3
Total manufacturier* 328,3 100,0 477,8 100,0 310,4 100,0 414,8 100,0 430,6 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits en provenance de l'Italie,
selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, février 2018.
Haute technologie 175,5 9,9 180,7 9,6 164,4 7,4 235,1 10,2 240,5 9,7
Moyenne-haute technologie 697,4 39,5 760,5 40,3 853,6 38,3 912,5 39,6 985,3 39,9
Moyenne-faible technologie 241,2 13,7 253,6 13,4 436,1 19,6 296,7 12,9 345,5 14,0
Faible technologie 651,0 36,9 693,7 36,7 774,8 34,8 859,9 37,3 897,7 36,4
Total manufacturier* 1 765,1 100,0 1 888,6 100,0 2 229,0 100,0 2 304,1 100,0 2 468,9 100,0

1. Le Parlement italien a approuvé le 15 juin 2017 un décret-loi qui prévoit un ensemble de mesures qui doivent se traduire par une réduction du déficit public de 0,2 point de pourcentage du PIB en 2017, conformément à l'engagement pris précédemment par les autorités italiennes auprès de la Commission européenne pour éviter l'ouverture d'une procédure de déficit excessif. Les principales mesures sont l'extension du paiement scindé (split payment) de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à l'ensemble des administrations, des entreprises publiques et des principales sociétés cotées (celles composant l'indice boursier FTSE MIB), la lutte contre l'utilisation indue des compensations sur créances fiscales, l'augmentation des taxes sur le tabac et les jeux, la réduction des litiges fiscaux ainsi que l'instauration d'une procédure de coopération et de collaboration renforcées pour le règlement des dettes fiscales des groupes internationaux.

2. Mise en place en 2011, la revue des dépenses publiques (spending review) fait partie intégrante du cycle budgétaire italien depuis 2016. Cependant, son efficacité soulève des interrogations chez les autorités.

3. Au sens de la définition de Maastricht, le ratio est légèrement inférieur à la définition standard, mais il reste tout de même très élevé. En effet, il correspondait à 131,6 % en 2015, à 131,9 % en 2016, à 131,6 % en 2017 et à 128,8 % en 2018.

4. PIB valorisé en dollars américains courants.

5. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

6. Voir les tableaux 1 à 5 de l'annexe pour des données additionnelles.

7. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés [CD-ROM], 4e trimestre de 2016.