Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note abrégée sur le commerce Québec-Espagne

mars 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie espagnole

Espagne
Principaux indicateurs, 2017
* Nombre d'unités d'euros par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2017.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), mars 2018.
Population (en millions) 46,3
PIB (en G$ US courants) 1 307,2
PIB par habitant (en $ US courants) 28 212,5
Taux de croissance du PIB réel (%) 3,1
Taux d'inflation (%) 2,0
Taux de chômage (%) 17,2
Taux de change* 0,6826
Exportations de marchandises et services (en G$ US courants) 415,4
Importations de marchandises et services (en G$ US courants) 381,9

Le contexte économique en abrégé

L'économie espagnole se redresse progressivement, après avoir connu une période de décroissance de 2011 à 2013. Selon l'OCDE, ce retour à la croissance est le résultat d'un vaste programme de réformes structurelles, d'une politique monétaire très expansionniste, d'une politique fiscale simplifiée ainsi que d'un système bancaire restructuré et réformé. La mise en place de ces mesures avait pour objectif de redresser l'économie du pays à la suite des effets conjugués de l'éclatement d'une bulle immobilière, de la crise financière mondiale de 2008 et de la crise de la dette souveraine à partir de 2011.

Selon les données de l'OCDE, la période de 2012 à 2016 s'est déroulée en deux temps, soit une période de deux années de décroissance en 2012 et en 2013 suivie d'une période de croissance. D'ailleurs, en 2016, l'Espagne s'est classée au 5e rang des pays de la zone euro1 et au 11e rang parmi l'ensemble des pays membres de l'OCDE2 en ce qui a trait à la croissance économique la plus forte. De plus, selon l'OCDE, l'Espagne a connu l'une des meilleures récupérations d'après‑crise parmi l'ensemble de ses pays membres.

Toujours selon l'OCDE, la croissance du produit intérieur brut (PIB) espagnol en 2017 s'est maintenue à un niveau élevé grâce à une amélioration de la demande intérieure, laquelle a été alimentée par les baisses de l'impôt, de l'inflation et du prix du pétrole. Cependant, les tensions politiques en Catalogne ont augmenté l'incertitude.

Du point de vue des finances publiques en général et budgétaire en particulier, l'Espagne s'efforce, depuis 2012, de réduire son déficit budgétaire, qui, en 2012, équivalait à 10,5 % de son PIB. La réduction du déficit a été réalisée grâce, notamment, à une coupe dans les dépenses des gouvernements centraux et régionaux et à des modifications au taux d'imposition des entreprises afin d'augmenter les recettes de l'État.

En 2016, selon les données du FMI, l'Espagne comptait pour 1,4 % du PIB mondial et pour 8,4 % du PIB de l'UE-283, ce qui en faisait la 16e économie au monde – derrière l'Arabie saoudite, mais devant le Canada – et la 5e de l'UE-28.

Ainsi, en 2017, selon les données de l'OCDE, l'économie espagnole affichait :

  • un taux de croissance du PIB réel de 3,1 %;
  • un taux de chômage de 17,2 % (au 2e rang des taux de chômage les plus hauts des pays membres de l'OCDE);
  • un taux d'inflation de 2,0 %;
  • un déficit budgétaire correspondant à 3,2 % du PIB.

Les prévisions économiques sont relativement positives à l'endroit de l'Espagne. Selon les projections de l'OCDE, les perspectives de croissance pour l'économie espagnole s'établissent à 2,3 % pour 2018 et à 2,1 % pour 2019. En comparaison, pour les pays de la zone euro, les prévisions de croissance sont de 2,2 % en 2018 et de 1,9 % en 2019.

L'OCDE mentionne que le ralentissement de la croissance espagnole serait dû à l'affaiblissement de la demande intérieure. Cette dernière, qui a été propulsée par des facteurs comme la chute du prix du pétrole et la baisse de l'impôt, devrait diminuer à la suite de la hausse de ces deux éléments. Cependant, la poursuite de la création d'emplois et la mise en place de conditions de financement favorables vont soutenir la consommation et l'investissement privé.

Le commerce de marchandises4 entre le Québec et l'Espagne5

L'évolution des échanges

En 2017, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et l'Espagne totalisaient 2,2 G$, ce qui représentait une hausse de 16,8 % par rapport à l'année 2016. Cette augmentation s'expliquait uniquement par la hausse des importations (+353,0 M$ ou +43,7 %) puisque les exportations avaient légèrement diminué (−42,6 M$ ou −4,1 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges était positive (+23,3 %).

En 2017, la valeur de ces échanges représentait 48,5 % des échanges commerciaux de biens entre le Canada et ce pays.

Toujours en 2017, le commerce de marchandises entre le Québec et l'Espagne représentait 5,9 % du commerce québécois avec l'Europe6 et 1,2 % de l'ensemble du commerce international de marchandises du Québec.

La même année, le commerce québécois de marchandises avec l'Europe représentait 20,6 % de l'ensemble du commerce international de marchandises du Québec.

L'Espagne était alors le 6e partenaire commercial du Québec en Europe et le 12e au monde.

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et l'Espagne, 2013-2017
(en millions de dollars)
* Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mars 2018.
2013 2014 2015 2016 2017
Exportations 358,8 411,7 527,3 1 043,1 1 000,5
Importations 597,0 755,0 769,0 808,0 1 161,0
Commerce total* 955,8 1 166,7 1 296,3 1 851,1 2 161,5

Les exportations

En 2017, la valeur des exportations du Québec vers l'Espagne s'établissait à 1,0 G$, ce qui correspondait à une baisse de 4,1 % par rapport à 2016. Cette baisse découlait principalement de la diminution des exportations d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens ou spatiaux (−175,5 M$).

Cette même année, la valeur des exportations québécoises à destination de l'Espagne correspondait à 60,5 % de la valeur des exportations canadiennes vers ce pays.

Toujours en 2017, les exportations de marchandises du Québec vers l'Espagne représentaient 8,6 % des exportations québécoises vers l'Europe et 1,2 % du total des exportations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Les exportations québécoises de marchandises vers l'Europe représentaient 13,7 % des exportations internationales totales de marchandises du Québec.

L'Espagne était, par ailleurs, le 5e client en Europe et le 9e client international du Québec pour ce qui est des exportations de marchandises.

Toujours en 2017, les principaux produits du Québec exportés vers l'Espagne étaient les suivants :

  • le minerai de fer et ses concentrés (34,7 % du total);
  • les avions, les hélicoptères et les autres véhicules aériens ou spatiaux (17,3 %);
  • les fèves de soja, même concassées (8,5 %);
  • les huiles de pétrole raffinées (6,6 %);
  • les turboréacteurs, les turbopropulseurs et les autres turbines à gaz (6,2 %).

Les dix principaux produits québécois exportés vers l'Espagne représentaient 86,2 % des exportations du Québec vers ce pays.

Le contenu technologique des exportations de biens manufacturés du Québec vers ce pays se présentait comme suit :

    • les produits de haute technologie (47,9 %);
    • les produits de moyenne-faible technologie (20,1 %);
    • les produits de moyenne-haute technologie (19,4 %);
    • les produits de faible technologie (12,7 %).

Les importations

En 2017, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de l'Espagne s'établissait à 1,2 G$, ce qui représentait une hausse de 43,7 % par rapport à l'année précédente. Cette augmentation était notamment liée à la hausse des importations des groupes électrogènes et des convertisseurs rotatifs électriques (+136,4 M$).

Cette même année, la valeur des importations québécoises en provenance de l'Espagne correspondait à 41,4 % de la valeur des importations canadiennes vers ce pays.

Toujours en 2017, les importations de marchandises du Québec en provenance de l'Espagne représentaient 4,7 % des importations québécoises en provenance de l'Europe et 1,3 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Les importations québécoises de marchandises en provenance de l'Europe représentaient 27,1 % des importations internationales totales de marchandises du Québec.

L'Espagne était alors le 6e fournisseur du Québec en Europe et le 12e au monde.

Toujours en 2017, les principaux produits importés au Québec en provenance de l'Espagne étaient les suivants :

  • les groupes électrogènes et les convertisseurs rotatifs électriques (11,7 % du total);
  • les huiles de pétrole raffinées (10,5 %);
  • le vin de raisins frais (6,6 %);
  • les constructions et parties en fonte, en fer et en acier (5,8 %);
  • les pneus neufs en caoutchouc (4,4 %).

Les dix principaux produits espagnols importés au Québec représentaient 52,3 % des importations totales de biens dédouanés au Québec en provenance de ce pays.

Le contenu technologique des importations de biens manufacturés du Québec en provenance de l'Espagne se présentait comme suit :

  • les produits de moyenne-faible technologie (37,0 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (35,2 %);
  • les produits de faible technologie (20,3 %);
  • les produits de haute technologie (7,6 %).

Les sociétés et les investissements sous contrôle étranger7

En 2016, le nombre de filiales d'entreprises espagnoles établies au Québec s'élevait à 188. Ce nombre représentait 13,6 % des filiales espagnoles établies au Canada (132 filiales). L'Espagne se situait ainsi au 13e rang quant au nombre de sociétés étrangères établies au Québec, derrière l'Irlande et devant le Luxembourg.

Les données touristiques9

De 2009 à 2013, l'évolution du nombre de touristes espagnols au Québec a connu une fluctuation importante. En 2013, ce nombre s'établissait à 20 700, soit une hausse de 78,4 % par rapport à 2012, laquelle contraste avec le recul de 58,3 % observé en 2011.

Les dépenses totales des touristes espagnols au Québec ont fortement progressé, passant de 8,8 M$ en 2012 à 30,3 M$ en 2013.

De 2009 à 2014, le nombre de touristes québécois en Espagne a fortement augmenté. Il s'établissait à 101 900 en 2014, soit plus que la moyenne des cinq années précédentes (66 540).

Après avoir connu une hausse importante en 2013, les dépenses totales des touristes québécois en Espagne ont connu une baisse en 2014, s'établissant à 77,2 M$ en 2014 par rapport à 91,6 M$ en 2013.

Annexe

Tableau 1

Commerce de marchandises entre le Québec et l'Espagne, 2013-2017
(en milliards de dollars canadiens)
  2013 2014 2015 2016 2017
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mars 2018.
Exportations de biens 359 412 527 1 043 1 001
Importations de biens 597 755 769 808 1 161
Échanges totaux* 956 1 167 1 296 1 851 2 162

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de l'Espagne, 2013-2017
(en milliers de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mars 2018.
Minerai de fer et ses concentrés 98,2 27,4 86,4 21,0 264,8 50,2 312,4 29,9 347,0 34,7
Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux 0,0 0,0 7,0 1,7 0,0 0,0 348,8 33,4 173,3 17,3
Fèves de soja, même concassées 62,9 17,5 3,0 0,7 1,4 0,3 50,9 4,9 85,4 8,5
Huiles de pétrole raffinées 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 8,5 0,8 65,7 6,6
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 68,5 19,1 86,7 21,1 88,2 16,7 90,2 8,6 62,0 6,2
Alkylbenzènes et akylnaphtalènes en mélanges 16,7 4,6 13,3 3,2 21,8 4,1 38,9 3,7 45,7 4,6
Maïs 0,0 0,0 80,6 19,6 0,0 0,0 7,6 0,7 25,3 2,5
Simulateurs de vol et leurs parties 2,0 0,5 0,2 0,0 3,6 0,7 15,9 1,5 24,6 2,5
Cendres et résidus contenant du métal ou des composés métalliques 0,0 0,0 0,0 0,0 2,4 0,5 8,3 0,8 18,8 1,9
Pâtes mi-chimiques de bois 18,9 5,3 22,1 5,4 20,2 3,8 19,0 1,8 15,1 1,5
10 principaux produits ci-dessus* 267,1 74,4 299,3 72,7 402,5 76,3 900,5 86,3 862,8 86,2
Autres produits* 91,7 25,6 112,4 27,3 124,8 23,7 142,5 13,7 137,7 13,8
Total* 358,8 100,0 411,7 100,0 527,3 100,0 1 043,1 100,0 1 000,5 100,0
Québec/Canada   37,4   36,5   46,8   57,8   60,5

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de l'Espagne, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économique, MESI, mars 2018.
Groupes électrogènes et convertisseurs rotatifs électriques 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 0,1 0,0 0,0 136,4 11,7
Huiles de pétrole raffinées 130,0 21,8 113,0 15,0 99,0 12,9 73,0 9,0 122,1 10,5
Vins de raisins frais 61,0 10,2 61,0 8,1 63,0 8,2 67,0 8,3 76,7 6,6
Constructions et parties en fonte, en fer et en acier 0,0 0,0 5,0 0,7 2,0 0,3 14,0 1,7 67,4 5,8
Pneus neufs en caoutchouc 52,0 8,7 55,0 7,3 54,0 7,0 43,0 5,3 50,6 4,4
Profilés en fer ou en aciers, non alliés 0,0 0,0 11,0 1,5 11,0 1,4 20,0 2,5 37,2 3,2
Voitures de tourisme et autres types de véhicules 0,0 0,0 23,0 3,0 31,0 4,0 35,0 4,3 33,9 2,9
Agrumes, frais ou secs 10,0 1,7 43,0 5,7 36,0 4,7 26,0 3,2 32,1 2,8
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 8,0 1,3 9,0 1,2 9,0 1,2 14,0 1,7 28,4 2,4
Parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens 15,0 2,5 23,0 3,0 30,0 3,9 32,0 4,0 21,8 1,9
10 principaux produits ci-dessus* 276,0 46,2 343,0 45,4 336,0 43,7 324,0 40,1 606,7 52,3
Autres produits* 321,0 53,8 412,0 54,6 433,0 56,3 484,0 59,9 554,3 47,7
Total* 597,0 100,0 755,0 100,0 769,0 100,0 808,0 100,0 1 161,0 100,0
Québec/Canada 35,5 34,2 32,9   34,3   41,4

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de l'Espagne, selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mars 2018.
Haute technologie 81,0 45,4 105,5 47,3 99,5 41,4 451,4 70,2 244,2 47,9
Moyenne-haute technologie 38,4 21,5 36,9 16,5 56,8 23,6 94,9 14,8 98,9 19,4
Moyenne-faible technologie 13,1 7,3 20,2 9,0 32,0 13,3 35,4 5,5 102,3 20,1
Faible technologie 45,9 25,7 60,7 27,2 52,1 21,7 61,3 9,5 64,5 12,7
Total manufacturier* 178,4 100,0 223,2 100,0 240,4 100,0 643,1 100,0 510,0 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés dédouanés au Québec par groupes de produits en provenance de l'Allemagne selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mars 2018.
Haute technologie 55,5 10,0 49,9 7,4 57,0 8,2 74,7 10,2 81,1 7,6
Moyenne-haute technologie 101,2 18,2 202,5 29,9 182,4 26,2 183,2 25,1 377,4 35,2
Moyenne-faible technologie 252,3 45,5 263,5 38,9 279,7 40,2 268,7 36,8 396,4 37,0
Faible technologie 145,9 26,3 161,1 23,8 175,9 25,3 203,0 27,8 217,4 20,3
Total manufacturier* 554,8 100,0 677,0 100,0 695,0 100,0 729,6 100,0 1 072,3 100,0

Tableau 6

Données sur les échanges touristiques entre le Québec et l'Espagne, 2009-2014

Nombre de touristes espagnols au Québec et leur dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
* Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes : personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins d'un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Direction des connaissances stratégiques en tourisme, ministère du Tourisme, septembre 2017.
2009 33 200   33 412 400  
2010 25 900 -22,0 17 026 800 -49,0
2011 27 800 7,3 20 447 700 20,1
2012 11 600 -58,3 8 849 400 -56,7
2013 20 700 78,4 30 304 700 242,4
2014 - - - -
Nombre de touristes québécois en Espagne et leur dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
* Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes : personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins d'un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Direction des connaissances stratégiques en tourisme, ministère du Tourisme, septembre 2017.
2009 47 700   61 167 100  
2010 54 100 13,4 65 013 000 6,3
2011 60 000 10,9 67 694 500 4,1
2012 62 300 3,8 65 933 600 -2,6
2013 108 600 74,3 91 644 800 39,0
2014 101 900 -6,2 77 192 200 -15,8

1. La zone euro regroupe les pays suivants : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, Chypre, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovaquie et la Slovénie.

2. Les 35 pays membres de l'OCDE sont : l'Allemagne, l'Australie, l'Autriche, la Belgique, le Canada, le Chili, la Corée, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Irlande, l'Islande, l'Israël, l'Italie, le Japon, la Lettonie, le Luxembourg, le Mexique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays‑Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Suède, la Suisse et la Turquie.

3. L'UE-28 regroupe les pays suivants : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la République de Chypre, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, la Lettonie, l'Irlande, l'Italie, la Lituanie, le Luxembourg, la République de Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

4. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

5. Voir les tableaux 1 à 5 de l'annexe pour des données additionnelles.

6. L'Europe regroupe les pays suivants : l'Albanie, l'Allemagne, l'Andorre, l'Arménie, l'Autriche, l'Azerbaïdjan, la Belgique, la République de Biélorussie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, Gibraltar, la Grèce, la Hongrie, les îles Féroé, l'Irlande, l'Islande, l'Italie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine, Malte, le Monténégro, la Norvège, l'Ouzbékistan, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République de Géorgie, la République de Moldavie, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Russie, la Serbie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ukraine.

7. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés, [CD-ROM], 4e trimestre de 2016.

8. Ibid.

9. Voir le tableau 6 de l'annexe pour plus de détails.