Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note abrégée sur le commerce Québec-Autriche

Mai 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie autrichienne

Autriche
Principaux indicateurs, 2017

1. Nombre d'unités d'euros par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2017.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et développement économique (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Direction des politiques et de l'analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), mai 2018.

Population (en millions) 8,8
PIB en G$ US courants 416,8
PIB par habitant en $ US courants 47 290,0
Taux de croissance du PIB réel (%) 3,0
Taux d'inflation (%) 2,2
Taux de chômage (%) 5,4
Taux de change1 0,6826
Exportations de marchandises et services en G$ US courants 227,5
Importations de marchandises et services en G$ US courants 224,5

Le contexte économique

L'Autriche est un pays riche et stable dont le produit intérieur brut (PIB) par habitant et le taux d'emploi sont supérieurs à la moyenne de l'OCDE (source : OCDE). Cependant, depuis les années 1990 la croissance potentielle de la production s'est affaiblie. De plus, par rapport aux autres pays, la croissance de l'investissement a été moindre en Autriche depuis 2012, même si le coefficient d'investissement demeure relativement élevé (à environ 23 % du PIB, selon l'OCDE).

En 2016, l'économie du pays a retrouvé plus de vigueur après des années de croissance timide. La performance économique de l'Autriche s'est accélérée grâce à la réforme fiscale1 qui est entrée en vigueur en 2015-20162, et également grâce au raffermissement des échanges internationaux.

Le taux de croissance du PIB a dépassé 1 % pour la première fois depuis 2011 grâce à la bonne tenue de la consommation et de l'investissement privés.

Au chapitre des finances publiques, la reprise économique s'est traduite par une amélioration des soldes budgétaires. Le déficit public devrait diminuer légèrement pour atteindre 0,8 % en 20183. De même, le ratio de la dette publique par rapport au PIB a amorcé une tendance baissière.

La politique budgétaire a été active et favorable à la croissance de l'économie autrichienne en 20164. L'inflation demeure plus élevée en Autriche que dans l'ensemble de la zone euro. Le chômage s'est accru en 2016 par rapport à 2015.

Le système bancaire du pays s'est remis de la crise financière, et les bénéfices des banques se sont accrus ces dernières années, malgré le contexte de taux d'intérêt bas.

Cette embellie du contexte macroéconomique a accru le sentiment de confiance des entreprises ainsi que celui des ménages, et les perspectives à court terme s'annoncent favorables.

Cependant, sur le plan de la révolution numérique, la transition de l'Autriche se fait à pas de tortue. L'adaptation des entreprises est certes effective, mais elle est plus lente que dans les pays les plus avancés.

En 2016, selon les données de l'OCDE, les performances de l'économie autrichienne ont été les suivantes :

  • une croissance du PIB réel de 3,0 %;
  • un taux de chômage de 5,4 %; 
  • un taux d'inflation de 2,2 %;
  • une légère hausse du déficit budgétaire à 1,6 % du PIB en 2016 contre 1,1 % en 2015. Ce solde financier des administrations publiques devrait s'améliorer pour se situer à 0,8 % en 2018.

Toujours en 2016, selon les données de la Banque mondiale, le PIB5 de l'Autriche se situait au 28e rang mondial6.

Les perspectives économiques restent bonnes à court terme. Selon l'OCDE, au cours de la période à venir, la consommation privée sera dopée par la progression du revenu disponible sous l'effet de la réforme fiscale et de l'évolution favorable du marché du travail.

L'investissement devrait prendre de l'ampleur. L'accélération des échanges internationaux stimulera la croissance des exportations.

Les échanges internationaux semblent se redresser plus rapidement que prévu. La croissance des exportations pourrait être plus soutenue et stimuler l'investissement et la croissance plus fortement qu'anticipé. Dans l'ensemble, les facteurs de vulnérabilité macrofinancière sont moins marqués qu'en 2007.

Les prévisions indiquent une croissance de l'économie autrichienne de 2,6 % en 2018, de 1,95 % en 2019 et de 1,5 % en 2020.

Les principaux défis à venir sont les suivants :

  • veiller à ne pas altérer l'évolution de la dette sur le long terme, malgré les investissements supplémentaires souhaitables et hautement prioritaires (pour la garde des enfants et l'assistance aux personnes âgées, les écoles maternelles, les programmes d'intégration pour les immigrants et les demandeurs d'asile, etc.);
  • stimuler et accroître la productivité;
  • accélérer la transition vers la société numérique ou accélérer la révolution numérique;
  • accroître la compétitivité des entreprises;
  • parvenir à une redistribution optimale des revenus, surtout avec le vieillissement de la population.

Le commerce de marchandises entre le Québec et l'Autriche

L'évolution des échanges

En 2017, les échanges commerciaux7 de marchandises8 entre le Québec et l'Autriche se chiffraient à 793,3 M$, ce qui représentait 35,4 % des échanges entre le Canada et ce pays et une hausse de 28,3 % par rapport à l'année 2016.

Cette hausse (28,3 %) s'expliquait par l'augmentation conjointe des exportations (+101,7 M$) et des importations (+73,4 M$).

Au cours de la période considérée (2013-2017), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges a été faiblement positive (+0,8 %).

Toujours en 2017, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et l'Autriche représentait 2,4 % de la valeur des échanges entre le Québec et l'Union européenne (UE-28) et 0,4 % de ses échanges internationaux de marchandises.

Cette même année, l'Autriche se classait au 11e rang des partenaires commerciaux du Québec de l'UE-28 et au 25e rang de ses partenaires commerciaux à l'échelle internationale.

Les exportations

En 2017, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de l'Autriche s'établissait à 200,3 M$ et représentait 57,8 % de la valeur des exportations totales canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une hausse de 103,1 % par rapport à l'année 2016.

Cette hausse était attribuable presque entièrement (à plus de 80 %) aux exportations du secteur de l'aéronautique (avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux : +102,4 M$).

La même année, les exportations de marchandises du Québec vers l'Autriche représentaient 2,0 % des exportations québécoises de marchandises vers l'UE-28 et 0,2 % du total des exportations internationales de marchandises du Québec.

Au cours de la période considérée (2013-2017), la valeur des exportations québécoises de marchandises vers l'Autriche a enregistré une croissance annuelle moyenne négative (−2,0 %).

Toujours en 2017, l'Autriche était le 12e client du Québec au sein de l'UE-28 et le 28e à l'échelle internationale.

En 2017, les cinq produits en tête de liste des exportations étaient les suivants :

  • les avions, les hélicoptères et les autres véhicules aériens ou spatiaux (80,9 % du total);
  • les turboréacteurs, les turbopropulseurs et les autres turbines à gaz (2,4 %);
  • les machines et les appareils pour la fabrication de la pâte, du papier ou du carton (1,8 %);
  • les ouvrages en aluminium (1,2 %);
  • les parties et les accessoires de véhicules automobiles (0,6 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers l'Autriche représentait 89,5 % de la valeur de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2017, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés du Québec à destination de l'Autriche se répartissait comme suit :

  • les produits de haute technologie (87,6 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (7,0 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (3,0 %);
  • les produits de faible technologie (2,4 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), les produits de haute technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de ce pays.

Les importations

En 2017, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de l'Autriche était de 593,0 M$ et correspondait à 31,3 % de la valeur totale des importations canadiennes en provenance de ce pays. Elle représentait également une hausse de 14,1 % par rapport à l'année 2016.

Cette hausse était surtout attribuable aux importations :

  • d'échangeurs d'ions à base de polymères (+24 M$);
  • de constructions et de parties en fonte, en fer et en acier (+8,9 M$);
  • de motocycles à moteur à piston (+7,6 M$);
  • de machines et d'appareils pour le travail du caoutchouc (+6,1 M$).

En 2017, les importations de marchandises du Québec en provenance de l'Autriche représentaient 2,6 % des importations québécoises de marchandises en provenance de l'UE-28 et 0,6 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Toujours en 2017, l'Autriche était le 10e fournisseur du Québec au sein de l'UE-28 et le 23e à l'échelle internationale.

Cette même année, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • les parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens (11,2 % du total);
  • les motocycles à moteur à piston (10,0 %);
  • les échangeurs d'ions à base de polymères (5,3 %);
  • les garnitures, les ferrures et les articles similaires en métaux communs pour meubles (2,5 %);
  • les transformateurs électriques (2,2 %).

Le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de l'Autriche se répartissait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (49,2 %);
  • les produits de haute technologie (20,1 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (15,4 %);
  • les produits de faible technologie (15,4 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), les produits de moyenne-haute technologie ont dominé les importations du Québec en provenance de l'Autriche.

Les sociétés et les investissements sous contrôle étranger9

En 2016, le nombre de filiales d'entreprises autrichiennes établies au Québec s'élevait à 1510. Ce nombre représentait 27,8 % des filiales autrichiennes (54) établies au Canada et situait l'Autriche au 16e rang parmi les pays ayant des filiales installées au Québec.

Annexe

Tableau 1

Évolution des échanges de biens entre le Québec et l'Autriche, 2013-2017
(en millions de dollars canadiens)*
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économique, MESI, mai 2018.
2013 2014 2015 2016 2017
Exportation de biens 217 143 181 99 200
Importations de biens 552 566 571 520 593
Échanges totaux 769 709 752 618 793

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec par groupes de produits à destination de l'Autriche, 2013-2017
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
k$ % k$ % k$ % k$ % k$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, mai 2018.
Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux 191,6 88,1 111,6 78,1 153,8 84,9 59,6 60,4 162,0 80,9
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 0,6 0,3 1,5 1,0 1,4 0,8 2,5 2,6 4,8 2,4
Machines et appareils pour la fabrication de la pâte, du papier ou du carton 0,0 0,0 0,3 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 3,6 1,8
Ouvrages en aluminium 3,5 1,6 3,0 2,1 3,6 2,0 2,7 2,7 2,4 1,2
Parties et accessoires de véhicules automobiles 0,7 0,3 0,9 0,7 0,9 0,5 1,1 1,2 1,3 0,6
Plaques, feuilles, bandes, baguettes et profilés, en caoutchouc 0,0 0,0 0,1 0,0 0,3 0,1 0,4 0,4 1,2 0,6
Machines, appareils et engins agricoles, horticoles ou sylvicoles 0,0 0,0 0,5 0,3 0,8 0,4 0,8 0,8 1,1 0,6
Fruits, non cuits ou cuits à l'eau ou à la vapeur, sucrés ou non, congelés 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 1,1 0,5
Provitamines et vitamines, naturelles ou reproduites par synthèse 0,2 0,1 0,4 0,3 0,4 0,2 0,8 0,9 1,0 0,5
Instruments et appareils pour analyses physiques ou chimiques 0,9 0,4 0,8 0,6 1,0 0,6 1,9 1,9 1,0 0,5
10 principaux produits ci-dessous* 197,6 90,9 119,1 83,3 162,2 89,6 70,0 70,9 179,3 89,5
Autres produits* 19,9 9,1 23,9 16,7 18,9 10,4 28,6 29,1 21,0 10,5
TOTAL* 217,4 100,0 143,0 100,0 181,1 100,0 98,6 100,0 200,3 100,0
Québec/Canada   51,5   52,6   55,1   43,0   57,8

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec par groupes de produits en provenance de l'Autriche, 2013-2017
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, mai 2018.
Parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens 32,1 5,8 44,7 7,9 55,9 9,8 61,9 11,9 66,2 11,2
Motocycles à moteur à piston 21,7 3,9 26,4 4,7 40,7 7,1 51,4 9,9 59,0 10,0
Échangeurs d'ions à base de polymères 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 7,1 1,4 31,1 5,3
Garnitures, ferrures et articles similaires en métaux communs pour meubles 10,0 1,8 12,4 2,2 11,9 2,1 13,1 2,5 15,0 2,5
Transformateurs électriques 22,3 4,0 2,5 0,4 14,3 2,5 22,9 4,4 13,2 2,2
Meubles et leurs parties 10,6 1,9 11,1 2,0 9,6 1,7 12,0 2,3 12,6 2,1
Constructions et parties en fonte, en fer et en acier 3,1 0,6 4,7 0,8 5,2 0,9 3,3 0,6 12,2 2,1
Briques, dalles, carreaux et pièces céramiques analogues de construction 11,6 2,1 9,7 1,7 18,5 3,2 11,9 2,3 10,2 1,7
Machines et appareils pour le travail du caoutchouc 5,7 1,0 4,7 0,8 8,1 1,4 3,6 0,7 9,7 1,6
Bigues, grues et blondins, ponts roulants, portiques de déchargement 2,0 0,4 4,1 0,7 3,3 0,6 4,5 0,9 9,1 1,5
10 principaux produits ci-dessous* 119,0 21,6 120,3 21,3 167,6 29,3 191,6 36,9 238,3 40,2
Autres produits* 432,6 78,4 445,5 78,7 403,7 70,7 328,0 63,1 354,7 59,8
Total* 551,6 100,0 565,8 100,0 571,2 100,0 519,6 100,0 593,0 100,0
Québec/Canada   37,2   33,6   31,9   29,7   31,3

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de l'Autriche selon le niveau de technologie, 2013-2017
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, mai 2018.
Haute technologie 197,1 90,8 122,0 85,9 160,8 89,3 70,6 78,0 173,6 87,6
Moyenne-haute technologie 9,3 4,3 10,7 7,6 9,9 5,5 11,4 12,6 13,9 7,0
Moyenne-faible technologie 6,8 3,2 5,5 3,9 5,5 3,1 5,0 5,5 6,0 3,0
Faible technologie 3,8 1,8 3,8 2,7 3,9 2,1 3,6 3,9 4,7 2,4
Total manufacturier* 217,1 100,0 142,1 100,0 180,1 100,0 90,5 100,0 198,2 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de l'Autriche selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, mai 2018.
Haute technologie 60,3 18,6 75,0 21,2 88,8 21,3 86,3 20,9 98,0 20,1
Moyenne-haute technologie 160,7 49,5 145,0 41,0 208,1 49,8 200,9 48,7 239,9 49,2
Moyenne-faible technologie 52,0 16,0 80,2 22,7 65,5 15,7 61,5 14,9 75,1 15,4
Faible technologie 51,7 15,9 53,7 15,2 55,2 13,2 64,2 15,5 75,0 15,4
Total manufacturier* 324,7 100,0 354,0 100,0 417,6 100,0 412,8 100,0 487,9 100,0

1. La réforme fiscale lancée en 2015 a pour principal objectif de stimuler la croissance et se caractérise par une baisse des impôts sur les revenus du travail et sur les bénéfices des sociétés. Cette orientation tranche nettement avec la période d'avant la crise, lorsque les impératifs d'assainissement des finances publiques ont conduit les pouvoirs publics à augmenter les impôts sur les revenus du travail et à relever les taux de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Source : OCDE.

2. La réforme fiscale, qui a eu pour effet d'augmenter le revenu disponible des ménages d'à peu près 3,0 % à compter de 2016, a stimulé la consommation privée. Source : OCDE.

3. Le Programme de stabilité autrichien de 2017 prévoit une orientation budgétaire globalement neutre. Le déficit public devrait diminuer légèrement, pour atteindre 1,0 % en 2017 et 0,8 % en 2018. Une fois exclus les coûts liés à la crise des réfugiés et à la lutte contre le terrorisme, le déficit structurel « ajusté » devrait s'établir en dessous de 0,5 % du PIB en 2017 et en 2018, conformément aux engagements de l'Autriche envers l'Union européenne.

4.Le taux de l'impôt sur le revenu des personnes physiques pour la tranche d'imposition la plus basse a été ramené de 36,5 % à 25,0 %, soit une perte de recettes fiscales d'environ 1,4 % du PIB. Concernant les dépenses, malgré les pressions dues aux coûts imprévus liés aux réfugiés et à la sécurité, les objectifs ont été atteints, aux échelons fédéral et infranational. Le déficit public s'est creusé pour passer de 1,1 % du PIB en 2015 à 1,6 % du PIB en 2016, et le déficit structurel (selon la méthodologie nationale) s'est hissé à 1,1 %, alors que la situation était à l'équilibre en 2015. Toutefois, la dette publique en pourcentage du PIB diminue, en partie sous l'effet de la liquidation des actifs des banques nationalisées et des instruments de désendettement. Source : OCDE.

5. PIB valorisé en dollars américains courants.

6. Par contre, l'Autriche se situait au 45e rang sur la base d'un classement réalisé avec un PIB évalué en parité de pouvoir d'achat.

7. Voir les tableaux 1 à 5 de l’annexe pour des données additionnelles

8. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

9. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés [CD-ROM], 4e trimestre de 2016.

10. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés [CD-ROM], 4e trimestre de 2016