Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note sur l'économie et le commerce de la Turquie

Septembre 2013

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie turque

Turquie
Principaux indicateurs, 2012
E : Estimation.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction de l'analyse économique, ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MFEQ), août 2013.
Population (en milliers) 74,9
PIB (en milliards de dollars américains courant) 794,5E
PIB par habitant (en milliers de dollars américains courant) 10 609,2E
Taux de croissance du PIB réel (%) 2,2
Taux d'inflation (%) 8,9
Taux de chômage (%) 9,0
Taux de change (1 $ CA exprimé en nouvelle livre turque) 1,901
Exportations de biens et services (en milliards de dollars américains courants) 194,5E
Importations de biens et services (en milliards de dollars américains courants) 255,5E

Le contexte économique

En 2012, la Turquie occupait le 17e rang mondial1 sur le plan économique, selon les données du FMI, avec 1,3 % du produit intérieur brut (PIB). Elle représentait 1,1 % de la population du globe. En 2011, la part relative des secteurs en pourcentage du PIB s'établissait comme suit :

  • les services (63,2 %);
  • les mines, la fabrication, la construction et les services publics (27,7 %);
  • l'agriculture (9,2 %).

L'activité économique de la Turquie a connu une faible croissance (2,2 %) en 2012, en raison du ralentissement de la consommation et de l'investissement, qui a fait contrepoids à l'accroissement des exportations. Le renforcement de la reprise mondiale devrait permettre une accélération de la croissance économique en 2013 et en 2014.

Le marché de l'emploi s'est amélioré en 2012, possiblement grâce à de nouvelles incitations en faveur de l'emploi (Système d'incitation à l'investissement de la Turquie) et à la création d'emplois dans les services sociaux. Le taux de chômage devrait remonter légèrement à 9,4 % en 2013.

L'inflation s'est accélérée pour s'établir à 8,9 %, soit nettement au-dessus de l'objectif établi. Elle devrait s'atténuer au cours de 2013 (6,7 %) et de 2014 (5,2 %). Toutefois, la politique monétaire vise des objectifs multiples2 qui peuvent n'être que partiellement conciliables.

La croissance économique devrait atteindre 3,1 % en 2013 et 4,6 % en 2014, selon l'OCDE. Les perspectives économiques turques demeurent liées en partie à la rapidité de la reprise économique dans la zone euro. Une reprise plus rapide pourrait rehausser le taux de croissance et, à l'inverse, de nouveaux problèmes dans la zone euro compliqueraient le financement d'un volumineux déficit courant et le refinancement de la lourde dette extérieure privée, entravant ainsi la croissance.

Turquie
Indicateurs économiques 2010-2014
(en pourcentage de variation)
  2010 2011 2012 2013P 2014P
P : prévision.
Sources : OCDE, Perspectives économiques de l'OCDE, no 93 (Flash Excel), mai 2013.
Direction de l'analyse économique, MFEQ, août 2013.
PIB aux prix du marché (en volume) 9,2 8,8 2,2 3,6 3,8
Exportations de biens et services (en volume) 3,4 7,9 16,7 2,4 5,1
Importations de biens et services (en volume) 20,7 10,7 -0,3 7,1 6,1
Taux de chômage 11,7 9,6 9,0 9,4 9,6
Indice des prix à la consommation 8,6 6,5 8,9 7,5 6,1
Balance des opérations courantes (en pourcentage du PIB) -6,2 -9,6 -6,0 -7,1 -7,2

Les finances publiques

La situation budgétaire de la Turquie s'est améliorée en 2012 (-6,0 %), après une forte détérioration en 2011 (-9,6 %).

Le déficit des opérations courantes s'est amélioré après un resserrement de la politique budgétaire sous l'effet d'une hausse des impôts et des prix administrés.

Selon l'OCDE, « le dernier Programme économique à moyen terme prévoit une orientation budgétaire restrictive pour 2013 et 2014, et les autorités ont l'intention de ramener le ratio dette publique/PIB aux alentours de 30 % d'ici à 2015, contre plus de 35 % en 2012 ».

La marge de manœuvre de la Turquie est suffisante pour laisser les stabilisateurs automatiques jouer librement et, si nécessaire, prendre des mesures de relance temporaires et ciblées.

Selon l'OCDE, les institutions budgétaires auraient avantage à adopter une politique, surtout au cours du cycle électoral qui débutera en 2014, qui contribuerait à préserver la crédibilité budgétaire par la publication de comptes des administrations publiques qui soient internationalement comparables, et ce, en temps utile.

Le commerce extérieur de la Turquie

Le commerce extérieur de la Turquie3, c'est-à-dire les exportations et les importations de biens et services, se chiffrait à 449,9 G$ US en 2012, ce qui représente une hausse de 3,8 % par rapport à 2011. Cette hausse résulte du bond des exportations (+12,2 %).

En 2011, la Turquie se classait au 32e rang mondial pour les exportations de marchandises (0,7 %) et au 20e rang en ce qui a trait à leur importation (1,3 %). Quant aux services commerciaux, la Turquie se classait 29e au monde en ce qui a trait à leur exportation (0,9 %), alors qu'elle occupait le 38e rang pour ce qui est de leur importation (0,5 %).

Les principaux produits exportés par la Turquie se ventilaient comme suit : les produits manufacturés (77,2 %), les produits agricoles (11,1 %) ainsi que le pétrole et les produits miniers (8,9 %).

Les principaux produits importés par la Turquie étaient composés de produits manufacturés (59,0 %), de pétrole et de produits miniers (30,8 %) ainsi que de produits agricoles (7,3 %).

Les principaux clients de la Turquie étaient l'Union européenne (UE-27), l'Irak, la Russie, les États-Unis et les Émirats arabes unis.

Les principaux fournisseurs de la Turquie étaient l'UE-27, la Russie, la Chine, les États-Unis et l'Iran.

Les investissements directs étrangers

Selon la CNUCED4, la Turquie occupait le 25e rang mondial des destinations de l'investissement direct étranger (IDE), derrière l'Argentine et devant le Pérou.

En 2012, le flux entrant d'IDE vers la Turquie représentait 12,4 G$ US, soit environ 0,9 % des flux entrants d'IDE mondiaux. Ce flux représente un recul de 22,6 % par rapport à l'année précédente.

Quant au flux d'IDE de la Turquie vers l'étranger (flux sortant), il s'est élevé à 4,1 G$ US en 2012, ce qui représente une très forte hausse par rapport à 2011.

Le commerce de biens entre le Québec et la Turquie 2008-2012

Évolution des échanges de biens entre le Québec et la Turquie
(en millions de dollars)
2008 2009 2010 2011 2012
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Exportations 477,4 369,6 261,4 460,1 279,0
Importations 209,7 231,5 191,4 288,9 420,8
Commerce total 687,1 601,1 452,7 749,1 699,8

L'évolution des échanges

En 2012, les échanges commerciaux de biens entre le Québec et la Turquie5 se chiffraient à 699,8 M$, ce qui représente une baisse de 6,6 % par rapport à l'année précédente. Cette baisse est le résultat du recul des exportations. La Turquie occupait le 23e rang mondial des partenaires commerciaux du Québec.

Les exportations

En 2012, la valeur des exportations internationales du Québec vers la Turquie s'établissait à 279,0 M$, en baisse de 39,4 % par rapport à l'année précédente. Cette baisse est liée au recul des exportations de déchets et de débris de fer ou d'aciers (-146,8 M$) et de papier journal, en rouleaux ou en feuilles (-33,8 M$).

Les exportations québécoises représentaient 32,8 % de la valeur des exportations canadiennes vers ce pays.

La Turquie occupait le 16e rang mondial des clients du Québec.

Les dix principaux produits québécois exportés vers la Turquie représentaient 81,3 % des exportations du Québec vers ce pays.

Les produits dominant les exportations du Québec vers la Turquie étaient les suivants :

  • les déchets et les débris de fer ou d'aciers (41,2 % du total);
  • le papier journal, en rouleaux ou en feuilles (17,8 %);
  • les simulateurs de vol (4,9 %);
  • les minerais de fer et leurs concentrés, agglomérés (4,5 %);
  • les papiers et cartons non couchés utilisés pour l'écriture (4,4 %).

Le contenu technologique des exportations de biens manufacturés du Québec vers ce pays se présentait comme suit : les produits de faible technologie (53,8 %), les produits de haute technologie (23,9 %), les produits de moyenne-haute technologie (14,0 %) et les produits de moyenne-faible technologie (8,3 %). Notons que les produits de faible technologie ont dominé les exportations vers ce pays au cours de la période 2008-2012.

Annexe

Tableau 1

Commerce extérieur de la Turquie, 2008-2012
(en milliards de dollars américains)
  2008 2009 2010 2011 2012
* Estimation.
Source : OMC, octobre 2011.
Exportations de marchandises et services 166,8 135,8 148,4 173,4 194,5*
- Marchandises 132,0 102,1 113,9 134,9 152,5
- Services commerciaux 34,8 33,7 34,5 38,5 42,0*
Importations de marchandises et service 218,7 156,4 203,7 260,3 255,5*
- Marchandises 202,0 140,9 185,5 240,8 236,5
- Services commerciaux 16,7 15,5 18,2 19,4 18,9*

Commerce total

385,5 292,2 352,1 433,6 449,9*
Balance commerciale (biens et services) -51,8 -20,6 -55,3 -86,9 -61,0*

Tableau 2

Principaux partenaires commerciaux de la Turquie, 2011
Clients % Fournisseurs %
Source : OMC, avril 2013.
Union européenne (27) 47,0 Union européenne (27) 37,9
Irak 6,2 Russie 9,9
Russie 4,4 Chine 9,0
États-Unis 3,4 États-Unis 6,7
Émirats arabes unis 2,7 Iran 5,2

Tableau 3

Exportations de biens du Québec, par groupes de produits à destination de la Turquie, 2008-2012
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2008 2009 2010 2011 2012
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
N.B. : Les montants pour chaque produit excluent les réexportations attribuées au Québec; celles-ci sont, pour l'essentiel, des produits entrés au Canada et qui en ressortent dans le même état qu'au moment de leur importation.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Direction de l'analyse économique, MFEQ, août 2013.
Déchets et débris de fer ou d'aciers 209,8 44,4 108,5 32,9 23,0 9,0 254,0 55,9 107,2 41,2
Papier journal, en rouleaux ou en feuilles 85,4 18,1 62,9 19,1 76,0 29,8 80,2 17,6 46,3 17,8
Simulateurs de vol 25,2 5,3 0,9 0,3 10,8 4,2 70,0 1,5 12,9 4,9
Minerais de fer et leurs concentrés, agglomérés 0,0 0,0 31,0 9,4 0,0 0,0 0,0 0,0 11,8 4,5
Papiers et cartons non couchés utilisés pour l'écriture 31,9 6,8 9,0 2,7 17,5 6,9 12,8 2,8 11,6 4,4
Instruments ou appareils pour analyses physiques ou chimiques et appareils pour essais de viscosité 4,4 0,9 3,8 1,1 1,2 0,5 2,7 0,6 5,9 2,3
Alliages d'aluminium sous forme brute 3,3 0,7 2,2 0,7 3,0 1,2 3,3 0,7 4,6 1,8
Bois de chauffage et particules, sciures et déchets de bois 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 4,5 1,7
Papiers multicouches en rouleaux ou en feuilles, couchés au kaolin 1,5 0,3 2,5 0,8 4,1 1,6 2,1 0,5 3,9 1,5
Groupes électrogènes et convertisseurs rotatifs électriques 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,8 1,1
Autres produits 111,0 23,5 108,7 33,0 119,3 46,8 92,3 20,3 48,8 18,7
Total des exportations nationales 472,5 100,0 329,5 100,0 254,9 100,0 454,5 100,0 260,1 100,0
Réexportations 4,9   40,1   6,1   4,6   18,9  
Total 477,4   369,6   261,4   460,1   279,0  
Québec/Canada   38,6   41,5   31,0   26,2   32,8

Tableau 4

Importations de biens par le Québec, par groupes de produits en provenance de la Turquie, 2008-2012
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2008 2009 2010 2011 2012
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Direction de l'analyse économique, MFEQ, août 2013.
Noisettes sans coques, fraîches ou sèches 1,6 0,8 1,4 0,6 3,6 1,9 60,0 20,8 84,8 20,2
Carrions 0,0 0,0 5,9 2,6 14,5 7,6 21,0 7,3 37,0 8,8
Barres en fer ou en aciers non alliés, forgées, ayant subi une torsion 28,9 13,8 7,7 3,3 14,0 7,3 14,8 5,1 30,3 7,2
Barres en acier inoxydable 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 16,9 4,0
Profilés en fer ou en aciers non alliés 0,0 0,0 6,0 2,6 0,9 0,5 3,2 1,1 16,2 3,9
Carreaux vernissés en céramique 7,6 3,6 10,6 4,6 15,6 8,2 9,2 3,2 14,1 3,3
Médicaments présentés sous forme de doses 1,0 0,5 2,5 1,1 1,2 0,7 5,1 1,8 11,7 2,8
Composés hétérocycliques à hétéroatome d'azote et acides nucléiques 0,0 0,0 1,0 0,4 5,0 2,6 10,0 3,5 11,0 2,6
Produits laminés plats en fer ou en acier, non plaqués ni revêtus 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 3,4 1,2 10,9 2,6
Barres en fer ou en aciers non alliés 0,0 0,0 0,0 0,0 4,2 2,2 12,9 4,5 9,6 2,3
Autres produits 170,7 81,4 196,3 84,8 132,3 69,1 149,2 51,7 178,1 42,3
Total 209,7 100,0 231,5 100,0 191,4 100,0 288,9 100,0 420,8 100,0
Québec/Canada   29,8   366,6   26,8   25,7   28,5

Tableau 5

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de la Turquie, selon le niveau de technologie, 2008-2012
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2008 2009 2010 2011 2012
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
Source : Institut de la statistique du Québec.
Direction de l'analyse économique, MFEQ, août 2013.
Haute technologie 57,5 22,7 67,0 36,1 58,8 29,2 55,7 28,3 33,9 23,9
Moyenne-haute technologie 14,0 5,5 24,1 13,0 7,7 3,8 19,9 10,1 19,9 14,0
Moyenne-faible technologie 17,9 7,1 6,2 3,3 11,9 5,9 9,4 4,8 11,7 8,3
Faible technologie 163,7 64,7 88,4 47,6 123,0 61,0 111,6 56,8 76,3 53,8

Tableau 6

Importations de biens manufacturés dédouanés au Québec, par groupes de produits en provenance de la Turquie, selon le niveau de technologie, 2008-2012
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2008 2009 2010 2011 2012
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
Source : Institut de la statistique du Québec.
Direction de l'analyse économique, MFEQ, août 2013.
Haute technologie 1,9 1,0 6,1 2,7 2,5 1,4 7,0 3,2 17,5 5,4
Moyenne-haute technologie 43,5 21,6 79,5 35,9 44,4 24,7 62,4 28,3 84,7 26,1
Moyenne-faible technologie 93,2 46,2 82,0 37,0 74,3 41,4 86,9 39,4 152,2 46,9
Faible technologie 63,1 31,3 54,1 24,4 58,4 32,5 64,0 29,1 69,8 21,5

1. Rang établi selon le PIB aux prix courants (dollars américains).

2. Depuis 2010, elle « vise à réduire l'inflation sans alimenter les entrées de capitaux, tout en maintenant l'expansion du crédit sur une trajectoire cible ».

3. Les données proviennent de l'OMC, sauf indication contraire. Voir les tableaux 1 et 2 en annexe

4. Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), 2012.

5. Vous trouverez les données en annexe (tableaux 3 à 6).