Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note sur l'économie et le commerce de Cuba

Juillet 2017

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie cubaine

Cuba
Principaux indicateurs, macroéconomique, 2016
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), octobre 2017.
Population (en millions) 11,4
PIB (en G$ US courants) 91,5
PIB par habitant (en $ US courants) 8 026,0
Taux de croissance du PIB réel(%) 0,4
Taux d'inflation (%) 6,6
Taux de chomage (%) nd
Taux de change* nd
Exportations de marchandises et services (en G$ US courants) 14,1
Importations de marchandises et services (en G$ US courants) 12,4

Le contexte économique en abrégé

L'économie cubaine a souffert de l'embargo décrété et imposé unilatéralement par les États-Unis en 1962 contre Cuba. Dans ce contexte, qui a duré plus de cinquante ans (selon les rares données disponibles1), la croissance de l'économie cubaine a été faible, voire anémique. Cette situation politique limitait la marge de manœuvre économique, commerciale et financière du pays.

Après ces années d'embargo, des efforts ont été entrepris en vue d'un rapprochement entre les États-Unis et Cuba, et en vue également d'une normalisation des rapports entre les deux pays. En dépit de ces efforts, l'embargo sera maintenu jusqu'en 2018. 

En 2016, Cuba a connu une récession causée par le ralentissement de son commerce extérieur, notamment dû à la baisse des exportations de marchandises engendrée par la chute du prix des produits de base et des matières premières (sucre, pétrole et nickel). Les exportations de produits dérivés du pétrole ont été également touchées par la baisse du volume2 exporté et aussi par la baisse des prix.

En proportion du produit intérieur brut (PIB), les principaux secteurs d'activité de l'économie cubaine étaient ceux :

  • des services (74 %);
  • de l'industrie (17 %);
  • de l'agriculture (5 %).

Au cours de la même année, et selon les données disponibles, Cuba a enregistré les résultats économiques suivants :

  • une croissance du PIB réel de 0,4 %;
  • une inflation de 6,6 %.

Les perspectives économiques, autrefois optimistes, doivent être revues, car l'ampleur des dégâts causés par le passage de l'ouragan Irma et les efforts de reconstruction qui seront nécessaires semblent considérables. À court terme, la croissance économique devrait être moins forte que prévu et, à moyen terme, elle devrait amorcer une accélération. Toutefois, cela dépendra du plan de reconstruction mis en œuvre par les autorités cubaines.

Par ailleurs, les difficultés économiques persistantes que connaît actuellement le Venezuela, un partenaire important pour Cuba (en particulier pour les importations cubaines de pétrole), pourraient avoir un effet négatif sur la croissance de l'économie cubaine au cours des mois à venir.

Il faut souhaiter que les effets de l'ouragan Irma et la situation économique difficile du Venezuela ne compromettent pas, sur une longue période, la timide croissance économique du pays.

Les finances publiques

En 2016, le budget de l'État a continué de se dégrader à cause des fortes subventions injectées dans l'économie, en particulier celles accordées aux importations, mais aussi en raison de la diminution des recettes liées aux exportations.

La situation pourrait s'améliorer (baisse progressive du déficit budgétaire) si, d'une part, l'État subventionnait de moins en moins l'économie et se désengageait de plus en plus de celle-ci et si, d'autre part, les autorités cubaines profitaient des conditions favorables actuelles des marchés financiers (fin de l'embargo) pour procéder à une restructuration de la dette du pays (par l'entremise d'un rééchelonnement de celle-ci, par exemple).

Ces options d'amélioration des finances publiques du pays devraient être mises en œuvre rapidement.

Notons qu'avec les coûts de reconstruction des infrastructures à la suite des dégâts causés par l'ouragan Irma, on peut s'attendre à un effort financier additionnel plus important de la part de l'État au cours des prochains mois, ce qui devrait entraîner une légère détérioration conjoncturelle des finances publiques du pays.

Le commerce extérieur3

L'embargo qu'a subi Cuba pendant cinquante ans a été un handicap pour la croissance de son commerce extérieur.

En 2016, le commerce extérieur de Cuba4 (c'est-à-dire la valeur des exportations plus celle des importations de biens et services) s'élevait à 26,6 G$ US et représentait 29 % du PIB.

Du côté des exportations, les marchandises représentaient 20,6 % des exportations totales de biens et services et 10,9 % des échanges totaux, tandis que les services commerciaux (principalement le tourisme) représentaient respectivement 79,4 % et 42,1 %.

En ce qui concerne les importations, les marchandises représentaient 83,9 % des importations totales de biens et services et 39,1 % des échanges totaux, contre 16,9 % et 7,9 % respectivement pour les services commerciaux.

À l'échelle mondiale, Cuba se classait au 120e rang des exportateurs et au 91e rang des importateurs de marchandises5.

En ce qui a trait aux services commerciaux, Cuba occupait le 56e rang des exportateurs et le 103e rang des importateurs6 à l'échelle mondiale.

Structure des exportations par principaux groupes de produits exportés7

En 2016, les principaux groupes de produits exportés par Cuba étaient les suivants :

  • les produits alimentaires (49 %);
  • les minerais et les métaux (10 %);
  • les articles manufacturés (36 %);
  • les autres produits (5 %).

Les principaux partenaires

En 2016, les principaux clients de Cuba étaient :

  • le Venezuela;
  • l'Union européenne (UE-28);
  • la Russie;
  • la Bolivie;
  • le Mexique.

Cette même année, ses principaux fournisseurs étaient :

  • l'UE-28;
  • la Chine;
  • les États-Unis;
  • le Canada;
  • le Brésil.

Le commerce de marchandises8 entre le Québec et Cuba9

L'évolution des échanges

En 2016, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et Cuba se chiffraient à 76,5 M$, ce qui représentait une baisse de 10,6 % par rapport à l'année 2015. Cette baisse s'expliquait par la diminution à la fois des exportations (-8,3 M$) et des importations (-0,8 M$).

En 2016, la valeur de ces échanges représentait 9,6 % des échanges commerciaux de biens du Canada avec ce pays.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne10 de la valeur des échanges a été positive (+1,8 %).

Toujours en 2016, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et Cuba représentait 0,7 % des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et l'Amérique latine (11,1 G$).

Au cours des cinq dernières années (2012-2016), la valeur des échanges commerciaux entre les deux partenaires est passée de 67,8 M$ à 76,5 M$, ce qui représentait une augmentation de 13,8 %.

Durant cette même période (2012-2016), les exportations ont entièrement dominé les importations.

En 2016, le solde des échanges commerciaux était positif pour le Québec (+74,8 M$).

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et Cuba, 2012-2016
(En milliers de dollars)
2012 2013 2014 2015 2016
* Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Exportations 66,0 82,6 81,7 84,0 75,7
Importations 1,8 8,5 1,3 1,6 0,8
Commerce total* 67,8 91,1 83,0 85,6 76,5

Les exportations

En 2016, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de Cuba s'établissait à 75,7 M$ et représentait 18,5 % de la valeur totale des exportations canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une baisse de 9,9 % par rapport à l'année 2015. Ce recul était attribuable principalement à la diminution des exportations de fils de cuivre (-4,9 M$) et de viande de porc (-2,5 M$).

La même année, les exportations de marchandises du Québec vers Cuba représentaient 2,4 % des exportations québécoises de marchandises vers l'Amérique latine.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des exportations a été positive (3,3 %).

En 2016, les cinq produits en tête de liste des exportations étaient les suivants :

  • les chariots automobiles et leurs parties pour les usines et les gares (10,2 % du total);
  • la viande de porc fraîche, réfrigérée ou congelée (9,3 %);
  • le lait et la crème de lait, concentrés ou additionnés de sucre (6,5 %);
  • les parties et les accessoires de véhicules automobiles (5,7 %);
  • les parties destinées aux moteurs à pistons (4,2 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers Cuba représentait 53,1 % de la valeur de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2016, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés à destination de Cuba se répartissait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (45,9 %);
  • les produits de faible technologie (29,9 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (20,6 %);
  • les produits de haute technologie (3,6 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de moyenne-haute technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de Cuba, sauf en 2014 et en 2015, années au cours desquelles les produits de faible technologie ont surpassé ceux des autres catégories.

Les importations

En 2016, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de Cuba était de 0,8 M$, ce qui représentait un recul de 52,1 % par rapport à l'année 2015. Cette baisse était principalement attribuable à la diminution des importations de café (-0,6 M$). La valeur des importations correspondait à 0,2 % du total des importations canadiennes en provenance de ce pays.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des importations a été nulle (0,0 %).

En 2016, les importations de marchandises du Québec en provenance de Cuba représentaient 0,1 % des importations québécoises en provenance de l'Amérique latine.

Cette même année, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • le café torréfié ou décaféiné (60,9 % du total);
  • les cigarettes, les cigares et les cigarillos (22,5 %);
  • les composés à fonction amine (12,1 %);
  • l'alcool éthylique (moins de 80 % par volume), eaux-de-vie et liqueurs (2,5 %);
  • les appareils pour la téléphonie (0,6 %).

La valeur des dix principaux produits cubains importés au Québec représentait la quasi-totalité de la valeur de l'ensemble des importations québécoises en provenance de ce pays.

Le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de Cuba se présentait comme suit :

  • les produits de faible technologie (86,0 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (12,8 %);
  • les produits de haute technologie (1,2 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (0,0 %).

Au cours de la période considérée, les produits de faible technologie ont dominé les importations en provenance de Cuba.

Annexe

Tableau 1

Commerce extérieur de Cuba, 2012-2016
(en milliards de dollars US)
  2012 2013 2014 2015 2016
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
E : Ces données sont des estimations de l'OMC.
Source : OMC, avril 2017.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Exportations de biens et services* 18,7 18,3 17,5 14,7 14,1
Marchandises 5,9 5,3 4,9 3,4E 2,9E
Services commerciaux 12,8E 13,0E 12,7E 11,4E 11,2E
Importations de marchandises et services* 16,3 17,0 15,1 13,7 12,4
Marchandises 13,9 14,7 13,0 11,7E 10,4E
Services commerciaux 2,4E 2,3E 2,1E 2,0E 2,1E
Commerce total 34,9 35,3 32,6 28,4 26,6
Balance commerciale (biens et services) 2,4 1,3 2,4 1,0 1,7

Tableau 2

Principaux partenaires commerciaux de Cuba, 2016
Clients % Fournisseurs %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : OMC, juillet 2017.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Venezuela 12,8 Union européenne (28) 21,8
Union européenne (28) 9,8 Chine 13,4
Russie 3,2 États-Unis 4,5
Bolivie 1,6 Canada 3,5
Mexique 1,2 Brésil 3,1
Autres partenaires* 71,4 Autres partenaires* 53,7
Monde* 100,0 Monde* 100,0

Tableau 3

Commerce de marchandises entre le Québec et Cuba, 2012-2016
(En millions de dollars canadiens)
2012 2013 2014 2015 2016
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017
Exportations 66 83 82 84 76
Importations 2 8 1 2 1
Commerce total 68 91 83 86 77

Tableau 4

Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de Cuba, 2012-2016
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Chariots automobiles et leurs parties pour les usines et les gares 1,1 1,7 0,8 1,0 1,4 1,7 7,8 9,3 7,7 10,2
Viande de porc fraîche, réfrigérée ou congelée 0,6 1,0 0,7 0,9 3,2 4,0 9,5 11,3 7,0 9,3
Lait et crème de lait concentrés ou additionnés de sucre 5,3 8,0 8,0 9,7 8,6 10,5 3,2 3,8 4,9 6,5
Parties et accessoires de véhicules automobiles 8,2 12,5 15,5 18,7 5,9 7,2 2,0 2,4 4,3 5,7
Parties destinées aux moteurs à pistons 2,4 3,7 4,0 4,8 2,0 2,5 4,4 5,3 3,2 4,2
Fils de cuivre 13,1 19,8 8,9 10,8 5,4 6,7 18,1 21,5 3,2 4,2
Fèves de soja, même concassées 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,9 3,8
Peintures et vernis à base de polymères 3,2 4,9 1,3 1,6 0,3 0,4 0,1 0,1 2,5 3,3
Tableaux, panneaux, consoles, pupitres et armoires 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,4 3,1
Papier journal en rouleaux ou en feuilles 0,1 0,2 9,4 11,3 2,2 2,7 0,6 0,7 2,2 2,9
10 principaux produits ci-dessus* 34,1 51,6 48,5 58,7 29,0 35,5 45,6 54,3 40,2 53,1
Autres produits* 31,9 48,4 34,1 41,3 52,7 64,5 38,4 45,7 35,5 46,9
Total* 66,6 100,0 82,6 100,0 81,7 100,0 84,0 100,0 75,7 100,0
Québec/Canada   15,6   17,7   18,2   17,0   18,5

Tableau 5

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de Cuba, 2012-2016
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %

* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.

Café même torréfié ou décaféiné 0,9 50,8 0,6 7,5 0,9 66,4 1,5 91,2 0,5 60,9
Cigarettes, cigares et cigarillos 0,7 41,6 0,8 9,3 0,4 30,6 0,1 5,4 0,2 22,5
Composés à fonction amine 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 12,1
Alcool éthylique (moins de 80 % par volume), eaux-de-vie et liqueurs 0,0 0,7 0,0 0,2 0,0 2,5 0,0 1,5 0,0 2,5
Appareils pour la téléponie 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1,2
Bois marquetés et incrustés ainsi qu'écrins et coffrets 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,6
Jouets, modèles réduits et puzzles 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1
Chaussures et semelles extérieures 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Appareillage pour circuits électriques d'une tension de moins de 1 000 volts 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Jus de fruits ou de légumes 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
10 principaux produits ci-dessus* 1,7 93,2 1,4 17,0 1,3 99,5 1,6 98,2 0,8 100,0
Autres produits* 0,1 6,8 7,0 83,0 0,0 0,5 0,0 1,8 0,0 0,0
Total* 1,8 100,0 8,5 100,0 1,3 100,0 1,6 100,0 0,8 100,0
Québec/Canada   0,3   1,7   0,2   0,3   0,2

Tableau 6

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de Cuba, selon le niveau de technologie, 2012-2016
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Haute technologie 3,9 6,0 1,3 1,6 1,5 2,7 3,4 4,2 2,6 3,7
Moyenne-haute technologie 25,4 39,5 37,3 46,5 21,2 37,7 23,5 28,6 32,6 45,9
Moyenne-faible technologie 19,7 30,6 17,3 21,6 11,0 19,5 27,2 33,0 14,6 20,6
Faible technologie 15,4 23,9 24,4 30,4 22,5 40,1 28,1 34,2 21,3 29,9
Total manufacturier* 64,4 100,0 80,2 100,0 56,2 100,0 82,2 100,0 71,2 100,0

Tableau 7

Importations de biens manufacturés au Québec par groupes de produits en provenance de Cuba selon le niveau de technologie, 2012-2016
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et de l'analyse économiques, MESI, octobre 2017.
Haute technologie 0,0 0,1 0,0 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 1,2
Moyenne-haute technologie 0,1 7,7 0,2 1,9 0,0 0,0 0,0 0,6 0,1 12,8
Moyenne-faible technologie 0,0 0,1 6,8 81,2 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0
Faible technologie 1,2 92,1 1,4 16,8 1,2 99,8 1,5 99,4 0,7 86,0
Total manufacturier* 1,3 100,0 8,4 100,0 1,2 100,0 1,5 100,0 0,8 100,0

1. Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), OMC et International Trade Service Providers.

2. Cuba raffine le pétrole brut importé du Venezuela à un prix défiant toute concurrence. Il réexporte ensuite une partie de ce pétrole raffiné, dont les produits de la vente servent de rentrées de devises.

3. Voir les tableaux I et II de l'annexe pour des données additionnelles.

4. Selon les données préliminaires de 2016.

5. Donnée pour l'année 2016.

6. Idem.

7. CNUCED, 2017. Les données pour les groupes de produits importés n'étant pas disponibles au moment de la rédaction du présent document, celles-ci seront intégrées lors de la prochaine mise à jour.

8. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

9. Voir les tableaux III à VII de l'annexe pour des données additionnelles.

10. Taux de croissance annuelle moyenne (TCAM).