Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note abrégée sur le commerce Québec-Colombie

Février 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie colombienne

Colombie
Principaux indicateurs, 2016
* Nombre d'unités de pesos par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2016.
Sources : Fonds monétaire international, Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), février 2018.
Population (en millions) 48,7
PIB en milliards de dollars US courants 282,4
PIB par habitant en $ US courants 5 792,2
Taux de croissance du PIB réel (%) 2,0
Taux d'inflation (%) 7,5
Taux de chômage (%) 9,2

Taux de change*

2 304,1475
Exportations de biens et services (en milliards de dollars US courants) 39,1
Importations de biens et services (en milliards de dollars US courants) 55,5

Le contexte économique en abrégé

Depuis le début des années 1990, l'économie colombienne croît à un rythme soutenu. Cette croissance s'est amorcée lorsque l'État a mis en place un vaste plan de politiques pour transformer son économie fermée en une économie ouverte aux marchés étrangers. Ces politiques expansionnistes se sont traduites, notamment, par :

  • la déréglementation des banques ;
  • la privatisation d'entreprises étatiques ;
  • l'adoption d'un taux de change plus flexible.

Au cours de la période 1990-1997, avec un taux de croissance économique moyen de 4,1 %, la Colombie occupait le onzième rang des pays de l'Amérique latine et des Caraïbes1. Cependant, en 1998, elle a connu sa première récession depuis les années 1930. En 1999, l'économie du pays s'est contractée de 4,2 %, ce qui le plaçait au troisième rang parmi les pays de l'Amérique latine et des Caraïbes ayant connu les plus basses croissances économiques. Selon le Fonds monétaire international (FMI), cette récession aurait été causée par des politiques fiscales non viables, par des chocs externes ainsi que par des problèmes de sécurité au pays. Afin de remédier à cette situation, en contrepartie d'une aide de quelques milliards de dollars du FMI, l'État s'est engagé à contrôler son budget ainsi qu'à mettre en place des réformes structurelles.

Selon le FMI, la période des années 2000 à 2015 a été caractérisée par une forte performance économique. Ces bons résultats seraient attribuables aux réformes structurelles et aux politiques macroéconomiques de l'État ainsi qu'à ses exportations élevées de produits agricoles et de pétrole. En 2008, la Colombie s'est notamment montrée relativement résiliente face à la crise économique mondiale, particulièrement en raison du cadre rigoureux de politiques publiques de l'État. De 2009 à 2015, le taux de croissance économique moyen de la Colombie a été de 4,1 %, malgré la chute du prix du pétrole en 2014. Elle se classait ainsi au huitième rang parmi les pays de l'Amérique latine et des Caraïbes.

En 2016, la Colombie a enregistré les résultats économiques suivants :

  • une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 2,0 %;
  • un taux de chômage de 9,2 %;
  • un solde budgétaire déficitaire correspondant à 3,0 % du PIB.

Cette même année, selon les données du FMI, la Colombie représentait 0,6 % du PIB mondial, ce qui en faisait la 31e économie mondiale et le 4e des pays de l'Amérique latine et des Caraïbes.

Les perspectives économiques du FMI sont modérées pour la Colombie. Le pays devrait connaître des résultats assez modestes, soit de 1,7 % en 2017 et de 2,8 % en 2018.

Le commerce de marchandises2 entre le Québec et la Colombie3

L'évolution des échanges

En 2016, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Colombie se chiffraient à 262,4, ce qui représentait une hausse de 6,8 % par rapport à l'année 2015. Cette  s'expliquait par l'augmentation des importations (+26,2  ou +28,2 %), puisque les exportations ont diminuées (−9,4  ou −6,2 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges était positive (+1,8 %).

En 2016, la valeur de ces échanges représentait 16,7 % des échanges commerciaux de biens entre le Canada et la Colombie.

Cette même année, la Colombie se classait au 4e rang des partenaires commerciaux du Québec en Amérique latine et dans les Caraïbes, devant l'Argentine, et au 43e rang des partenaires commerciaux internationaux du Québec.

Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et la Colombie, 2012-2016
En millions de dollars
* Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, février 2018.
2012 2013 2014 2015 2016
Exportations 167,3 152,2 146,2 152,7 143,2
Importations 72,7 93,4 89,9 93,0 119,2
Commerce total 240,0 245,6 236,1 245,7 262,4

Les exportations

En 2016, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la Colombie s'établissait à 143,2  et représentait 18,3 % de la valeur des exportations totales canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une baisse de 6,2 % par rapport à l'année précédente. Ce recul était principalement attribuable à la diminution des exportations de papier journal en rouleaux ou en feuilles (−7,6 ).

Toujours en 2016, les exportations de marchandises du Québec vers la Colombie représentaient 10,3 % des exportations québécoises vers l'Amérique latine et les Caraïbes et 0,2 % du total des exportations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Les exportations québécoises de marchandises vers l'Amérique latine et les Caraïbes équivalaient alors à 1,7 % des exportations internationales totales de marchandises du Québec.

La même année, la Colombie était le 2e client du Québec en Amérique latine et dans les Caraïbes, devant le Chili, et le 32e client international du Québec.

En 2016, les cinq produits en tête de liste des exportations étaient les suivants :

  • le papier journal en rouleaux ou en feuilles (14,4 % du total);
  • les médicaments présentés sous forme de doses (11,3 %);
  • les mèches de sûreté, les cordeaux détonants et les amorces (8,7 %);
  • les simulateurs de vol et leurs parties (6,3 %);
  • les turboréacteurs, les turbopropulseurs et les autres turbines à gaz (5,4 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers la Colombie représentait alors 62,0 % de la valeur de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2016, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés vers la Colombie se répartissait comme suit :

  • les produits de faible technologie (36,7 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (36,0 %);
  • les produits de haute technologie (21,8 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (5,5 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de faible technologie ont dominé les exportations du Québec à destination de la Colombie.

Les importations

En 2016, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Colombie s'élevait à 119,2 . Cela représentait 15,1 % de la valeur totale des importations canadiennes en provenance de ce pays et une hausse de 28,2 % par rapport à l'année 2015. Cette  était principalement attribuable à l'augmentation des importations d'huiles de pétrole raffinées (+16,0 ).

Toujours en 2016, les importations de marchandises du Québec en provenance de la Colombie représentaient 3,1 % des importations québécoises en provenance de l'Amérique latine et des Caraïbes et 0,1 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

La Colombie était alors le 7e fournisseur du Québec en Amérique latine et dans les Caraïbes et le 51e au monde.

Cette même année, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • le café, même torréfié ou décaféiné (21,8 % du total);
  • les bananes, y compris les plantains, fraîches ou sèches (20,7 %);
  • les huiles de pétrole raffinées (13,4 %);
  • les fleurs et boutons de fleurs, coupés, pour des bouquets ou des ornements (8,6 %);
  • les houilles, les briquettes, les boulets et les combustibles solides similaires (4,0 %).

La valeur des dix principaux produits colombiens importés au Québec représentait alors 82,8 % de la valeur de l'ensemble des importations québécoises en provenance de la Colombie.

En 2016, le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Colombie se présentait comme suit :

  • les produits de moyenne-faible technologie (45,4 %);
  • les produits de faible technologie (42,9 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (9,4 %);
  • les produits de haute technologie (2,3 %).

Au cours de la période considérée (2012-2016), les produits de faible technologie ont dominé les importations.

Annexe

Tableau 1

Commerce de marchandises entre le Québec et la Colombie, 2012-2016
(en millions de dollars canadiens)
  2012 2013 2014 2015 2016
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, février 2018.
Exportations de biens 167 152 146 153 143
Importations de biens 73 93 90 93 119
Échanges totaux* 240 246 236 246 262

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupe de produits à destination de la Colombie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, février 2018.
Papier journal en rouleaux ou en feuilles 29,6 17,7 27,9 18,3 31,9 21,8 28,2 18,5 20,6 14,4
Médicaments présentés sous forme de doses 2,6 1,5 2,6 1,7 8,9 6,1 9,4 6,2 16,2 11,3
Mèches de sûreté, cordeaux détonants et amorces 5,6 3,4 11,0 7,2 3,7 2,5 4,3 2,8 12,5 8,7
Simulateurs de vol et leurs parties 0,0 0,0 1,5 1,0 0,0 0,0 0,2 0,1 9,0 6,3
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 27,2 16,3 16,9 11,1 10,9 7,5 13,8 9,0 7,7 5,4
Papier et carton utilisés pour l'écriture et l'impression, non couchés 4,9 3,0 5,4 3,6 5,0 3,4 6,1 4,0 6,4 4,4
Préparations pour les soins corporels 4,0 2,4 2,8 1,9 6,2 4,2 6,6 4,3 6,0 4,2
Viande de porc fraîche, réfrigérée ou congelée 7,6 4,5 15,5 10,2 12,6 8,6 7,4 4,8 4,8 3,4
Froment et méteil 0,0 0,0 0,0 0,0 2,0 1,4 2,0 1,3 3,4 2,4
Chlorates et perchlorates 0,2 0,1 1,0 0,7 1,5 1,0 2,1 1,4 2,4 1,7
10 principaux produits ci-dessus* 81,7 48,8 84,6 55,6 82,6 56,5 80,1 52,5 88,9 62,0
Autres produits* 85,6 51,2 67,6 44,4 63,5 43,5 72,6 47,5 54,4 38,0
Total* 167,3 100,0 152,2 100,0 146,2 100,0 152,7 100,0 143,2 100,0
Québec/Canada   20,2   21,4   15,6   19,5   18,3

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de la Colombie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, février 2018.
Café, même torréfié ou décaféiné 15,3 21,0 16,5 17,7 28,5 31,7 27,4 29,5 26,0 21,8
Bananes, y compris les plantains, fraîches ou sèches 21,0 28,9 25,5 27,3 25,6 28,5 26,6 28,7 24,6 20,7
Huiles de pétrole raffinées 0,0 0,0 13,3 14,2 0,0 0,0 0,0 0,0 16,0 13,4
Fleurs et boutons de fleurs, coupés, pour bouquets ou pour ornements 5,5 7,6 5,8 6,2 7,5 8,3 8,2 8,8 10,2 8,6
Houilles, briquettes, boulets et combustibles solides similaires 12,2 16,8 0,0 0,0 1,8 2,0 5,2 5,6 4,8 4,0
Cacao en fèves et brisures de fèves, bruts ou torréfiés 0,1 0,1 1,0 1,1 2,2 2,4 0,3 0,4 4,5 3,8
Filets de poisson et autre chair de poisson 1,0 1,4 1,4 1,5 3,1 3,4 5,9 6,4 4,2 3,5
Polymères de propylène ou d'autres oléfines, sous formes primaires 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,2 0,2 0,2 3,2 2,7
Coke et semi-coke de houille 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 3,1 2,6
Sucreries, y compris le chocolat blanc, sans cacao 1,0 1,3 0,9 0,9 0,5 0,6 1,6 1,7 2,0 1,7
10 principaux produits ci-dessus* 56,1 77,1 64,4 69,0 69,4 77,2 75,5 81,1 98,7 82,8
Autres produits* 16,6 22,9 29,0 31,0 20,5 22,8 17,5 18,9 20,5 17,2
Total* 72,7 100,0 93,4 100,0 89,9 100,0 93,0 100,0 119,2 100,0
Québec/Canada   10,9   13,5   10,1   11,2   15,1

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de la Colombie, selon le niveau de technologie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, février 2018.
Haute technologie 33,6 21,7 24,4 17,1 22,5 16,5 35,2 25,2 29,5 21,8
Moyenne-haute technologie 34,8 22,5 30,6 21,4 35,5 26,1 38,9 27,8 48,8 36,0
Moyenne-faible technologie 14,4 9,3 14,3 10,0 7,2 5,3 6,9 5,0 7,5 5,5
Faible technologie 72,0 46,5 73,4 51,4 70,7 52,0 58,9 42,1 49,7 36,7
Total manufacturier* 154,8 100,0 142,8 100,0 135,9 100,0 139,9 100,0 135,5 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés au Québec, par groupes de produits en provenance de la Colombie, selon le niveau de technologie, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, février 2018.
Haute technologie 0,2 1,0 3,6 8,2 5,2 22,5 1,6 7,0 1,1 2,3
Moyenne-haute technologie 0,5 3,4 1,6 3,6 0,9 4,0 1,0 4,3 4,4 9,4
Moyenne-faible technologie 2,1 13,3 15,6 35,1 1,8 7,8 1,7 7,2 21,3 45,4
Faible technologie 13,1 82,3 23,5 53,1 15,0 65,7 19,0 81,4 20,1 42,9
Total manufacturier* 15,9 100,0 44,3 100,0 22,9 100,0 23,4 100,0 46,9 100,0

1. L'Amérique latine et les Caraïbes regroupent les pays suivants : l'Anguilla, l'Antigua-et-Barbuda, l'Argentine, Aruba, les Bahamas, la Barbade, le Belize, les Bermudes, la Bolivie, Bonaire, le Brésil, les Îles Caïmans, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, Curaçao, la Dominique, l'El Salvador, l'Équateur, les Îles Falkland (Malouines), la Grenade, le Guatemala, la Guyane, Haïti, le Honduras, la Jamaïque, Montserrat, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay, le Pérou, la République dominicaine, Saint-Eustache et Saba, Sainte-Lucie, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-Grenadines, Sint Maarten (partie néerlandaise), le Suriname, Trinité-et-Tobago, les Îles Turks-et-Caïcos, l'Uruguay, le Venezuela et les Îles Vierges britanniques.

2. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

3. Voir les tableaux 1 à 5 de l'annexe pour des données additionnelles.