Logo du gouvernement du Québec

Ministère de l'Économie
et de l'Innovation

Ministère de l'Économie
et de l'Innovation

Vous avez des questions à propos des mesures économiques mises en place en soutien aux entreprises touchées par le coronavirus (COVID-19)? Consultez la page Québec.ca/coronavirus.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note abrégée sur le commerce Québec-Brésil

Juin 2018

Cette note dresse le portrait de l'économie du pays et de l'évolution des échanges commerciaux qu'il entretient avec le Québec.

L'économie brésilienne

Brésil
Principaux indicateurs, 2017
* Nombre d'unités de real par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en 2017.
Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC).
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), juin 2018.
Population (en millions) 207,7
PIB (en G$ US courants) 2 055,0
PIB par habitant (en $ US courants) 9 894,9
Taux de croissance du PIB réel (%) 0,7
Taux d'inflation (%) 3,6
Taux de chômage (%) 12,8
Taux de change* 2,4564
Exportations de biens et services (en G$ US courants) 251,4
Importations de biens et services (en G$ US courants) 233,8

Le contexte économique en abrégé

Au milieu des années 1990, le Brésil est devenu l'une des puissances économiques mondiales. Selon l'OCDE, cette prospérité économique est grandement attribuable aux nombreux changements apportés aux politiques économiques et administratives du pays. Avant ces transformations, le pays possédait une économie fermée qui se traduisait par un État agissant à titre de producteur de biens et services et par une inflation très élevée. Le Brésil est devenu l'un des principaux acteurs économiques mondiaux lorsque l'économie du pays s'est ouverte aux échanges de marchandises et de capitaux ainsi qu'au retrait de l'État comme producteur direct de biens et services. Cette ouverture aux marchés étrangers a permis au pays d'exporter massivement des produits de l'agriculture, des ressources naturelles et des biocarburants.

Le Brésil est sensible aux aléas de la conjoncture mondiale puisqu'il est fortement dépendant de l'exportation de pétrole, de soja et d'autres matières premières. Selon le FMI, cette dépendance est l'une des raisons pour lesquelles, entre 2014 et 2016, le pays a été durement touché par la pire récession économique de son histoire. Tant en 2015 qu'en 2016, l'économie brésilienne s'est contractée de 3,5 %, ce qui l'a classée au 10e rang mondial des pays ayant la plus faible croissance économique en 2015 et au 8e rang en 2016. Cette récession serait attribuable aux effets combinés de la baisse du prix du soya et des ressources naturelles depuis 2010, ainsi qu'à la chute du prix du pétrole à partir de 2014.

Du point de vue des finances publiques, l'État s'est doté d'un cadre de réformes structurelles ambitieuses, notamment sociales et fiscales, afin de pouvoir affronter la crise économique du pays, selon le FMI. De plus, la réduction du niveau des prix (déflation) a permis un assouplissement au niveau monétaire.

En 2017, le Brésil a enregistré les résultats économiques suivants :

  • une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 0,7 %;
  • un taux de chômage de 12,8 %;
  • un solde budgétaire déficitaire correspondant à 8,2 % du PIB.

Cette même année, le Brésil représentait 2,6 % du PIB mondial, ce qui en faisait la 8e économie mondiale et le 1er des pays d'Amérique latine et des Caraïbes1.

Les perspectives économiques de l'OCDE sont optimistes pour le Brésil. Le pays devrait retrouver les résultats économiques d'avant la récession, soit 1,9 % de croissance de son PIB en 2018 et 2,3 % en 2019.

Le commerce de marchandises2 entre le Québec et le Brésil3

L'évolution des échanges

  • En 2017, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et le Brésil se chiffraient à 2,9 G$, soit une hausse de 21,3 % par rapport à l'année 2016. Cette hausse s'explique par l'augmentation des importations (+510,3 M$ ou +24,9 %), alors que les exportations étaient en baisse (−8,9 M$ ou −2,9 %).
  • Au cours de la période 2013-2017, la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges entre les deux partenaires était positive (+11,1 %).
  • En 2017, la valeur de ces échanges représentait 44,5 % des échanges commerciaux de biens entre le Canada et le Brésil.
  • Cette même année, le Brésil se classait au 1er rang des partenaires commerciaux du Québec en Amérique latine et dans les Caraïbes, devant le Chili, et au 10e rang des partenaires commerciaux internationaux du Québec.
Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et le Brésil,
2013-2017
* Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspndre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
2013 2014 2015 2016 2017
Exportations 522,4 579,5 427,1 308,2 299,3
Importations 1283,0 1 493,3 1578,9 2049,4 2559,7
Commerce total 1805,4 2 072,8 2 006,1 2 357,6 2859,0

Les exportations

En 2017, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination du Brésil s'établissait à 299,3 M$ et représentait 17,5 % de la valeur des exportations totales canadiennes vers ce pays. Elle correspondait également à une baisse de 2,9 % par rapport à l'année précédente. Cette baisse est principalement attribuable à la diminution des exportations de parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens (−8,7 M$).

Toujours en 2017, les exportations de marchandises du Québec vers le Brésil représentaient 19,5 % des exportations québécoises vers l'Amérique latine et les Caraïbes et 0,4 % du total des exportations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Les exportations québécoises de marchandises vers l'Amérique latine et les Caraïbes représentaient alors 1,8 % des exportations internationales totales de marchandises du Québec.

La même année, le Brésil était le 1er client du Québec en Amérique latine et dans les Caraïbes, devant la Colombie, et le 21e client international du Québec.

En 2017, les cinq produits en tête de liste des exportations étaient les suivants :

  • le papier journal en rouleaux ou en feuilles (23,0 % du total);
  • les turboréacteurs, les turbopropulseurs et les autres turbines à gaz (14,2 %);
  • les avions, les hélicoptères et les autres véhicules aériens ou spatiaux (7,8 %);
  • les médicaments présentés sous forme de doses (4,7 %);
  • les parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens (3,7 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers le Brésil représentait alors 65,1 % de la valeur de l'ensemble des exportations du Québec vers ce pays.

En 2017, le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés à destination du Brésil se répartissait comme suit :

  • les produits de faible technologie (34,5 %);
  • les produits de haute technologie (31,3 %);
  • les produits de moyenne-haute technologie (26,3 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (8,0 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), les produits de faible technologie ont dominé les exportations du Québec à destination du Brésil.

Les importations

En 2017, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance du Brésil était de 2,6 G$, ce qui représente 54,3 % de la valeur totale des importations canadiennes en provenance de ce pays et correspond à une hausse de 24,9 % par rapport à l'année 2016. Cette hausse était principalement attribuable à l'augmentation des importations d'oxyde et d'hydroxyde d'aluminium (+616,6 M$).

Toujours en 2017, les importations québécoises de marchandises en provenance du Brésil représentaient 52,2 % des importations québécoises de marchandises en provenance d'Amérique latine et des Caraïbes et 2,8 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Les importations québécoises de marchandises en provenance d'Amérique latine et des Caraïbes représentaient 5,3 % du total des importations québécoises de marchandises à l'échelle internationale.

Le Brésil était alors le 1er fournisseur du Québec en Amérique latine et dans les Caraïbes et le 7e au monde.

Cette même année, les cinq produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants :

  • l'oxyde et l'hydroxyde d'aluminium (59,8 % du total);
  • les sucres de canne ou de betterave et la saccharose (15,3 %);
  • les avions, les hélicoptères et les autres véhicules aériens ou spatiaux (3,6 %);
  • le minerai d'aluminium et ses concentrés (3,2 %);
  • les jus de fruits ou de légumes (2,3 %).

La valeur des dix principaux produits brésiliens importés au Québec représentait alors 90,0 % de la valeur de l'ensemble des importations québécoises en provenance du Brésil.

En 2017, le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance du Brésil se présentait comme suit :

  • les produits de moyenne-haute technologie (67,7 %);
  • les produits de faible technologie (24,4 %);
  • les produits de haute technologie (4,3 %);
  • les produits de moyenne-faible technologie (3,6 %).

Au cours de la période considérée (2013-2017), les produits de moyenne-haute technologie ont dominé les importations.

Les sociétés et les investissements sous contrôle étranger4

En 2016, le nombre de filiales d'entreprises brésiliennes établies au Québec s'élevait à 2. Ce nombre représentait 6,3 % des filiales (32) brésiliennes établies au Canada. Le Brésil occupait le 30e rang en ce qui a trait au nombre de sociétés étrangères établies au Québec.

Les données touristiques5

Entre 2009 et 2014, l'évolution du nombre de touristes brésiliens au Québec a été caractérisée par une hausse continue, sauf en 2011 où il y a eu une baisse. Au cours de la même période, le nombre de touristes québécois au Brésil a, lui aussi, connu une hausse continue, sauf en 2010.

Toujours au cours de cette période (2009-2014), le nombre de touristes brésiliens au Québec était plus élevé que le nombre de touristes québécois au Brésil.

L'évolution des dépenses touristiques entre 2009 et 2014 montre que les dépenses des touristes brésiliens au Québec étaient, de façon systématique, nettement supérieures (sauf en 2009) aux dépenses des touristes québécois au Brésil. En 2014, les dépenses des touristes brésiliens au Québec étaient plus de deux fois supérieures à celles des touristes québécois au Brésil.

Entre 2009 et 2014, à l'exception de l'année 2010, les dépenses des touristes québécois au Brésil ont augmenté de façon régulière, passant de 13,1 M$ à 24,7 M$.

Au cours de la même période, les dépenses des touristes brésiliens au Québec ont plus que quintuplé, passant de 10,0 M$ à 53,6 M$.

Annexe

Tableau 1

Commerce extérieur du Brésil, 2013-2017
(en milliards de dollars américains)
  2013 2014 2015 2016 2017

* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.

Exportations de biens 522 580 427 308 299
Importations de biens 1 283 1 493 1 579 2 049 2 560
Échanges totaux* 1 805 2 073 2 006 2 358 2 859

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupe de produits à destination du Brésil, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Papier journal en rouleaux ou en feuilles 156,3 29,9 138,9 24,0 103,4 24,2 68,3 22,2 68,9 23,0
Turboréacteurs, turbopropulseurs et autres turbines à gaz 78,1 15,0 96,8 16,7 55,2 12,9 28,3 9,2 42,5 14,2
Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux 67,3 12,9 59,7 10,3 52,9 12,4 0,0 0,0 23,4 7,8
Médicaments présentés sous forme de doses 0,7 0,1 13,1 2,3 13,9 3,3 15,2 4,9 14,2 4,7
Parties d'avions, d'hélicoptères et d'autres véhicules aériens 3,7 0,7 4,9 0,8 14,4 3,4 19,9 6,4 11,2 3,7
Préparations pour l'alimentation des animaux 3,3 0,6 6,2 1,1 3,2 0,8 7,6 2,5 10,7 3,6
Mèches de sûreté, cordeaux détonants, amorces, etc. 4,8 0,9 1,7 0,3 1,2 0,3 4,4 1,4 7,9 2,6
Ferroalliages 2,0 0,4 0,5 0,1 1,3 0,3 3,0 1,0 6,7 2,2
Machines automatiques de vente de produits 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 4,8 1,6
Papiers et cartons non couchés utilisés pour l'écriture et l'impression 1,6 0,3 3,0 0,5 1,8 0,4 0,2 0,1 4,3 1,4
10 principaux produits ci-dessus* 317,8 60,8 324,9 56,1 247,5 58,0 146,9 47,6 194,7 65,1
Autres produits* 204,6 39,2 254,7 43,9 179,6 42,0 161,4 52,4 104,6 34,9
Total* 522,4 100,0 579,5 100,0 427,1 100,0 308,2 100,0 299,3 100,0
Québec/Canada   21,3   26,6   19,0   15,1   17,5

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec par groupes de produits en provenance du Brésil, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Oxyde et hydroxyde d'aluminium 693,2 54,0 680,9 45,6 787,6 49,9 914,0 44,6 1 530,6 59,8
Sucres de canne ou de betterave et saccharose 199,2 15,5 386,0 25,8 281,9 17,9 419,0 20,4 391,1 15,3
Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens ou spatiaux 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 91,7 3,6
Minerai d'aluminium et ses concentrés 67,8 5,3 70,1 4,7 84,5 5,4 80,5 3,9 82,2 3,2
Jus de fruits ou de légumes 42,8 3,3 50,5 3,4 60,3 3,8 67,1 3,3 58,0 2,3
Pâtes chimiques de bois à la soude ou au sulfate 30,9 2,4 37,6 2,5 56,8 3,6 38,1 1,9 38,2 1,5
Café même torréfié ou décaféiné 15,5 1,2 29,2 2,0 30,3 1,9 29,5 1,4 35,9 1,4
Hydrazine et hydroxylamine et leurs sels inorganiques 0,0 0,0 3,7 0,3 9,3 0,6 9,0 0,4 29,5 1,2
Coke et bitume de pétrole et autres résidus des huiles de pétrole 19,8 1,5 16,9 1,1 23,3 1,5 23,8 1,2 27,8 1,1
Demi-produits en fer ou en aciers non alliés 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 17,8 0,7
10 principaux produits ci-dessus* 1 069,3 83,3 1 274,9 85,4 1 334,0 84,5 1 581,0 77,1 2 302,7 90,0
Autres produits* 213,7 16,7 218,4 14,6 244,9 15,5 468,3 22,9 257,0 10,0
Total* 1 283,0 100,0 1 493,3 100,0 1 578,9 100,0 2 049,4 100,0 2 559,7 100,0
Québec/Canada   35,4   43,1   42,2   53,1   54,3

Tableau 4

Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination du Brésil, selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Haute technologie 165,4 32,9 179,4 32,1 150,0 36,3 83,6 27,5 92,3 31,3
Moyenne-haute technologie 105,2 20,9 127,2 22,7 108,6 26,3 113,8 37,4 77,5 26,3
Moyenne-faible technologie 41,7 8,3 86,0 15,4 22,5 5,4 20,3 6,7 23,5 8,0
Faible technologie 190,6 37,9 166,7 29,8 132,2 32,0 86,7 28,5 101,7 34,5
Total manufacturier* 503,0 100,0 559,3 100,0 413,3 100,0 304,4 100,0 295,1 100,0

Tableau 5

Importations de biens manufacturés dédouanés au Québec, par groupes de produits en provenance du Brésil, selon le niveau de technologie, 2013-2017
(en millions de dollars et en pourcentage)
Niveau de technologie 2013 2014 2015 2016 2017
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
* Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Source : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, juin 2018.
Haute technologie 6,0 0,5 13,0 1,0 5,3 0,4 7,0 0,4 104,0 4,3
Moyenne-haute technologie 749,2 64,6 737,7 54,6 863,0 60,6 988,0 52,6 1 628,5 67,7
Moyenne-faible technologie 61,4 5,3 53,7 4,0 72,7 5,1 254,2 13,5 86,8 3,6
Faible technologie 342,6 29,6 547,1 40,5 483,9 34,0 629,4 33,5 586,6 24,4
Total manufacturier* 1 159,3 100,0 1 351,5 100,0 1 424,9 100,0 1 878,7 100,0 2 405,9 100,0

Tableau 6

Données sur les échanges touristiques entre le Québec et le Brésil, 2009-2014

Nombre de touristes brésiliens au Québec et leurs dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
* Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes : Personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins de un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Tourisme Québec, Direction des connaissances stratégiques en tourisme, septembre 2017.
2009 10 000   9 848 800  
2010 28 100 181,0 34 967 900 255,0
2011 24 400 -13,2 37 379 100 6,9
2012 30 300 24,2 38 082 900 1,9
2013 32 200 6,3 43 460 600 14,1
2014 37 800 17,4 53 642 900 23,4

Nombre de touristes québécois au Brésil et leurs dépenses*
Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%)
* Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve.
Touristes : Personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins de un an, à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé.
Sources : Statistique Canada.
Compilation : Tourisme Québec, Direction des connaissances stratégiques en tourisme, septembre 2017.
2009 7 800   13 125 200  
2010 7 100 -9,0 12 087 500 -7,9
2011 9 300 31,0 15 846 900 31,1
2012 9 600 3,2 16 397 600 3,5
2013 15 000 56,3 24 273 100 48,0
2014 21 600 44,0 24 724 500 1,9

1. L'Amérique latine et les Caraïbes regroupent les pays suivants : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, l'Argentine, Aruba, les Bahamas, la Barbade, le Belize, les Bermudes, la Bolivie, Bonaire, le Brésil, les Îles Caïmans, le Chili, la Colombie, Costa Rica, Cuba, Curaçao, la Dominique, El Salvador, l'Équateur, les Îles Falkland (Malouines), la Grenade, le Guatemala, la Guyane, Haïti, le Honduras, la Jamaïque, Montserrat, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay, le Pérou, la République dominicaine, Saint-Eustache et Saba, Sainte-Lucie, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-Grenadines, Sint Maarten (partie néerlandaise), le Suriname, Trinité-et-Tobago, les Îles Turks-et-Caïcos, l'Uruguay, le Venezuela et les Îles Vierges britanniques.

2. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

3. Voir les tableaux 1 à 5 de l'annexe pour des données additionnelles.

4. Source : Statistique Canada, Liens de parenté entre sociétés [CD-ROM], 4e trimestre de 2016.

5. Voir le tableau 6 de l’annexe pour plus de détails.