Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Bulletins

Bulletin de l'Industrie du capital de risque

2014, Bilan

Avertissement

La banque de données utilisée pour l'extraction des données contenues dans le présent bulletin est celle de Thomson Reuters. Les données y sont mises à jour quotidiennement et sont donc sujettes à changement. Les résultats du présent bulletin reflètent les données du 9 février 2015.

Sommaire

  • Au Québec, les investissements en capital de risque sont demeurés relativement stables en 2014 par rapport à 2013, alors qu'ils se sont accrus dans l'ensemble du Canada.
  • Les montants investis ont atteint 605,7 M$ au Québec et se chiffrent à 2,37 G$ au Canada. Le Québec occupe le 2e rang parmi les provinces canadiennes (après l'Ontario), avec 26 % des investissements.
  • En 2014, Montréal occupait la 3e place parmi les villes canadiennes ayant reçu le plus d'investissements en capital de risque au pays, avec 19 % des sommes investies au Canada. Vancouver et Toronto la devançaient de peu, avec chacune 21 % du total canadien. À l'intérieur du Québec, Montréal occupe toujours une position dominante, avec 75 % des investissements en 2014.
  • Le secteur des technologies de l'information a attiré la plus grande part des investissements en capital de risque en 2014. Au Québec, ce secteur a accaparé 37 % des montants totaux investis, comparativement à 61 % au Canada. La part des investissements en sciences de la vie se situait légèrement sous les 20 % au Québec et au Canada.
  • Les montants alloués au secteur des technologies propres et énergétiques ont considérablement chuté en 2014, par rapport à ceux investis en 2013. La baisse s'est avérée de 57 % au Québec et de 47 % au Canada. Les sommes octroyées à ce secteur ne constituaient plus que 15 % des investissements au Québec et 7 % au Canada.
  • Au cours de l'année 2014, les entreprises qui ont atteint un stade avancé de développement ont reçu 56 % des investissements en capital de risque au Québec et 50 % au Canada. Les entreprises aux stades préliminaires de développement ont reçu 26 % des sommes investies, et ce, tant au Québec qu'au Canada.
  • Les capitaux d'origine canadienne ou québécoise représentaient 57 % de l'ensemble des investissements en capital de risque au Québec en 2014, comparativement à 20 % pour ceux de provenance étrangère. Une forte proportion des fonds investis s'avère cependant d'origine indéterminée (24 %). Sur le plan canadien, la part des capitaux provenant d'investisseurs locaux s'élevait à 48 %, soit 9 points de pourcentage de moins qu'au Québec. Les fonds étrangers représentaient 34 % du total (soit 1,7 fois plus qu'au Québec), alors que 19 % des sommes investies étaient d'origine indéterminée.
  • En 2014, les fonds amassés par le Québec en capital de risque représentaient 48 % du total canadien, soit une part plus élevée qu'en 2013 (44 %). Cependant, pour une 2e année consécutive, la province a enregistré une diminution des fonds recueillis. La baisse a été de 7 % en 2014 et de 32 % en 2013. Au Canada, les nouveaux approvisionnements ont également diminué (15 % en 2014 et 18 % en 2013).

Au Québec, les investissements en capital de risque sont demeurés relativement stables en 2014, comparativement à l'année précédente

Les sommes investies en capital de risque au cours de l'année 2014 ont atteint 605,7 M$ au Québec et 151 entreprises en ont bénéficié. Ce montant est légèrement inférieur à celui de 2013, qui s'élevait à 612,6 M$ pour 156 entreprises.

Pour une 2e année consécutive, le Canada a connu une croissance importante des investissements en capital de risque. Ils ont augmenté de 22 %, passant de 1,95 G$ en 2013 à 2,37 G$ en 2014. Le nombre d'entreprises ayant bénéficié de ces investissements s'est également accru, passant de 411 à 418 en 2014.

Avec des taux de croissance supérieurs à 20 % au cours de 4 des 5 dernières années, le Canada a ainsi retrouvé le niveau d'investissement qui prévalait en 2007, avant la crise financière. Au Québec, le rattrapage n'est pas encore tout à fait complété. En 2014, les sommes investies étaient inférieures de 8 % à celles de 2007.

Évolution des investissements en capital de risque au Québec et au Canada de 2004 à 2014 (M$)

Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Avec 26 % des investissements en capital de risque au Canada, le Québec occupe le 2e rang parmi les provinces canadiennes. Il n'est devancé que par l'Ontario, qui détient 38 % du total canadien (908,5 M$). La Colombie-Britannique se situe au 3e rang, avec 21 %, suivie par l'Alberta, avec 9 %. Parmi ces 4 provinces, l'Ontario et l'Alberta ont connu les taux de croissance les plus élevés par rapport à 2013, soit respectivement 33 % et 32 %.

Tant au Québec que dans l'ensemble du Canada, le 3e trimestre de l'année 2014 a donné lieu aux investissements les plus importants au cours des 10 dernières années. Au Québec, les transactions ont totalisé 310,9 M$, soit 51 % des investissements annuels. Au Canada, elles ont atteint 844,2 M$, soit 36 % du total annuel.

Répartition des investissements en capital de risque dans les provinces canadiennes

Province

Nombre d'entreprises financées en 2014

Investissements en 2013
(M $)

Investissements en 2014
(M $)

Part du total (%)

Variation 2014 par rapport à 2013 (%)

Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Ontario

143

681,3

908,5

38,4

33,4

Québec

151

612,6

605,7

25,6

-1,1

Colombie-Britannique

60

436,5

505,7

21,4

15,8

Alberta

27

161,4

212,9

9,0

31,9

Terre-Neuve-et-Labrador

2

0,4

60,0

2,5

15 088

Manitoba

2

15,2

31,0

1,3

104,2

Saskatchewan

4

11,7

17,3

0,7

48,4

Nouveau-Brunswick

19

6,1

14,1

0,6

129,1

Nouvelle-Écosse

9

21,3

11,1

0,5

-47,8

Île-du-Prince-Édouard

1

s. o.

0,2

0,0

s. o.

Canada

418

1 946,5

2 366,5

100,0

21,6

Montréal parmi les trois villes canadiennes ayant reçu le plus d'investissements en capital de risque

En 2014, Montréal occupait la 3e place parmi les villes canadiennes ayant reçu le plus d'investissements en capital de risque au pays, avec 19 % des sommes investies au Canada. Vancouver et Toronto la devançaient de peu, avec chacune 21 % du total canadien. Alors que ces deux dernières augmentaient leurs investissements en 2014, Montréal les réduisait, ceux-ci passant de 496,0 M$ en 2013 à 453,9 M$ (−9 %).

De 2010 à 2013, Montréal et Toronto se sont échangé le 1er rang au Canada en ce qui concerne l'importance des sommes investies. Montréal détenait la première position des régions métropolitaines en 2011 et 2013, alors que Toronto a occupé cette place en 2010 et 2012. Toutefois, depuis 2013, Vancouver s'est rapprochée des meneuses, en doublant ses investissements en capital de risque en 2013 et 2014, par rapport aux 3 années précédentes. Elle a ainsi ravi (de peu) la première place à Montréal et à Toronto en 2014.

À l'intérieur du Québec, Montréal continue d'occuper une position dominante, avec 75 % des investissements en 2014. La région métropolitaine de Québec se situe loin derrière, avec 7 % du total québécois.

Légère augmentation de la taille moyenne des investissements en capital de risque au Québec

En 2014, la taille moyenne des investissements en capital de risque par entreprise s'est accrue de 2 % au Québec, pour atteindre 4,0 M$, ce qui représente la taille moyenne la plus élevée depuis 2004. À l'échelle canadienne, la moyenne par entreprise a augmenté de 20 %. Elle atteint 5,7 M$, soit 1,4 fois celle observée au Québec en 2014. Depuis 2004, l'évolution de la taille moyenne des investissements en capital de risque au Québec et au Canada suivent des tendances à long terme relativement similaires.

Évolution de la taille moyenne des investissements en capital de risque au Québec et au Canada de 2004 à 2014 (M$)

Graphique de l'évolution de la taille moyenne des investissements en capital de risque au Québec et au Canada de 2004 à 2014. Cet hyperlien permet de consulter le tableau de données.

Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Les technologies de l'information attirent la plus grande part des investissements en capital de risque au Québec et au Canada

En 2014, les investissements dans le secteur des technologies de l'information sont revenus en force au Québec, accaparant 37 % des montants totaux investis en capital de risque, comparativement à 21 % en 2013. Ce secteur s'est ainsi approprié près de 225 M$, soit une hausse de 73 % par rapport à l'année précédente. Quarante-six entreprises ont bénéficié de ces investissements. La 2e place est occupée par le secteur « non technologique », avec 185,3 M$ dans 86 entreprises, soit 31 % des investissements totaux. Les sciences de la vie détiennent la 3e place, avec 105,3 M$ (17 % des investissements).

Les investissements dans le secteur des technologies propres et énergétiques au Québec se situent à 90,5 M$ en 2014, soit le niveau le plus élevé au cours des 10 dernières années, excluant l'année 2013 qui a été exceptionnelle (212,2 M$). Seulement 5 entreprises se sont partagé ce montant, qui ne représente que 15 % des investissements totaux.

Répartition des investissements en capital de risque au Québec par secteurs en 2013 et 2014

Secteurs

Nombre d'entreprises financées en 2014

Investissements en 2013
(M $)

Investissements en 2014
(M $)

Part dans les investissements québécois (%)

Variation 2014 par rapport à 2013 (%)

Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Technologies de l'information

46

129,9

224,7

37,1

73,1

Secteur non technologique

86

190,6

185,3

30,6

-2,8

Sciences de la vie

14

79,9

105,2

17,4

31,7

Technologies propres et énergétiques

5

212,2

90,5

14,9

-57,4

Total

151

612,6

605,7

100,0

-1,1

Au Canada, les investissements dans le secteur des technologies de l'information ont également connu une forte progression en 2014, pour atteindre 1,45 G$ (+38 %). Ce secteur a accaparé 61 % des investissements totaux. C'est cependant celui des sciences de la vie qui a connu les gains les plus considérables, en hausse de 79 % par rapport à l'année précédente. Les investissements dans ce type d'industries sont passés de 253,3 M$ en 2013 à 452,2 M$ en 2014. Avec 19 % des investissements totaux en capital de risque au Canada, il occupe la 2e place en importance. Le secteur « non technologique » détient la 3e place, avec 12 % du total, alors que celui des technologies propres et énergétiques n'obtient que 7 %. Comme au Québec, ce dernier a subi une baisse des investissements en 2014, qui atteint près de 47 % par rapport à l'année précédente.

Répartition des investissements en capital de risque au Canada par secteurs en 2013 et 2014

Secteurs

Nombre d'entreprises financées en 2014

Investissements en 2013
(M $)

Investissements en 2014
(M $)

Part dans les investissements canadiens (%)

Variation 2014 par rapport à 2013 (%)

Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Technologies de l'information

227

1 047,6

1 445,6

61,1

38,0

Secteur non technologique

111

318,3

293,8

12,4

-7,7

Sciences de la vie

48

253,3

452,2

19,1

78,6

Technologies propres et énergétiques

32

327,3

174,9

7,4

-46,6

Total

418

1 946,5

2 366,5

100,0

21,6

Répartition des investissements en capital de risque au Québec et au Canada en 2014, selon les secteurs d'activité

Graphique de la répartition des investissements en capital de risque au Québec et au Canada en 2014, selon le secteur d'activité. Cet hyperlien permet de consulter le tableau de données.

Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Les entreprises au stade avancé de développement reçoivent la majorité des investissements au Québec et au Canada

Au cours de l'année 2014, les entreprises qui ont atteint un stade avancé de développement (ultérieur au stade d'expansion) ont reçu 56 % des investissements en capital de risque au Québec. Les montants investis ont atteint 336,2 M$ dans 83 entreprises. Malgré cette bonne performance, il s'agit toutefois d'une baisse de 24 % par rapport à l'année 2013, avec des investissements de 442,9 M$.

Les entreprises québécoises aux stades préliminaires de développement ont reçu 154,5 M$, soit presque le double des sommes investies l'année précédente (+92 %). Ce montant représente 26 % de l'ensemble des investissements en capital de risque effectués au Québec. Trente-cinq entreprises en ont bénéficié.

Les projets qui ont atteint l'étape de l'expansion ont reçu 13 % des investissements en 2014, soit 81,0 M$ dans 32 entreprises. L'an dernier, 71,2 M$ avaient été investis dans 31 entreprises.

Évolution des investissements en capital de risque au Québec par stades de développement, entre 2013 et 2014 (M$)

 

Nombre d'entreprises financées en 20141

Investissements en 2013
(M $)

Investissements en 2014
(M $)

Part dans les investissements québécois (%)

Variation 2014 par rapport à 2013 (%)

1. Certaines entreprises peuvent avoir effectué deux rondes de financement à deux stades différents au cours de la même année. Pour cette raison, le total des entreprises s'élève à 154 plutôt qu'à 151.
Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Stades préliminaires

35

80,5

154,5

25,5

91,9

Prédémarrage et démarrage

5

26,1

4,3

0,7

-83,7

Postdémarrage

30

54,4

150,2

24,8

176,2

Stades ultérieurs

119

532,1

451,2

74,5

-15,2

Expansion

32

71,2

81,0

13,4

13,8

Stades ultérieurs à l'expansion

83

442,9

336,2

55,5

-24,1

Acquisition et redressements

4

18,1

34,0

5,6

88,0

Total

154

612,6

605,7

100,0

-1,1

Au Canada, les investissements dans des entreprises ayant atteint un stade avancé de développement (ultérieur à l'expansion) ont augmenté de 11 % en 2014, pour atteindre 1,17 G$. Ils constituent 50 % de l'ensemble des investissements en capital de risque au pays et 150 entreprises en ont bénéficié.

Les entreprises canadiennes aux stades préliminaires de développement ont reçu 604,0 M$ en 2014, soit 26 % des sommes totales investies au pays. Ce résultat représente une hausse de près de 60 % par rapport à l'année 2013. Le nombre d'entreprises qui se sont partagé ces investissements s'élève à 173, contre 141 en 2013. En ce qui concerne les entreprises en expansion, elles ont connu une performance relativement similaire à celle de 2013. Elles ont accaparé 20 % des investissements en capital de risque au Canada, soit 466,5 M$, comparativement à 492,9 M$ l'année précédente.

Évolution des investissements en capital de risque au Canada par stades de développement, entre 2013 et 2014 (M$)

 

Nombre d'entreprises financées en 20141

Investissements en 2013
(M $)

Investissements en 2014
(M $)

Part dans les investissements canadiens (%)

Variation 2014 par rapport à 2013 (%)

1. Certaines entreprises peuvent avoir effectué deux rondes de financement à deux stades différents au cours de la même année. Pour cette raison, le total des entreprises s'élève à 431 plutôt qu'à 418.
Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

Stades préliminaires

173

378,7

604,0

25,5

59,5

Prédémarrage et démarrage

19

43,3

31,8

1,3

-26,7

Postdémarrage

154

335,4

572,3

24,2

70,6

Stades ultérieurs

258

1 567,9

1 762,5

74,5

12,4

Expansion

87

492,9

466,5

19,7

-5,4

Stades ultérieurs à l'expansion

150

1 052,9

1 171,4

49,5

11,3

Acquisition et redressements

21

22,1

124,5

5,3

463,9

Total

431

1 946,5

2 366,5

100,0

21,6

De 2010 à 2014, la répartition des investissements en capital de risque au Québec semble avoir évolué vers une plus grande proportion d'investissements dirigée vers les stades avancés de développement, à un niveau ultérieur à la phase d'expansion. Ainsi, en 2013 et 2014, plus de la moitié des sommes investies l'ont été à ces stades, alors que cette proportion était inférieure à 50 % au cours des 3 années précédentes.

Répartition des investissements en capital de risque au Québec de 2010 à 2014, selon les stades de développement de l'entreprise

Graphique de la répartition des investissements en capital de risque au Québec de 2010 à 2014, selon le stade de développement de l'entreprise. Cet hyperlien permet de consulter le tableau de données.

Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

La part des investissements provenant d'investisseurs étrangers demeure faible au Québec par rapport au Canada

Les investissements au Québec en provenance d'investisseurs étrangers se chiffrent à 118,7 M$ en 2014, soit 20 % de l'ensemble des investissements, comparativement à 344,4 M$ (57 %) provenant d'investisseurs canadiens ou québécois. On observe une baisse importante de 39 % des investissements de provenance étrangère par rapport à l'année 2013. Toutefois, une forte proportion des fonds investis en capital de risque étant d'origine indéterminée (24 %), la prudence s'impose dans l'interprétation des résultats.

En 2014, le secteur des technologies propres et énergétiques ainsi que celui des technologies de l'information sont ceux qui se sont le plus financés auprès d'investisseurs canadiens ou québécois. Ils ont recueilli localement 78 % et 64 % des investissements en capital de risque. Le secteur des sciences de la vie est celui qui a davantage bénéficié de capitaux étrangers, avec 47 % des investissements.

À l'échelle canadienne, les investissements provenant d'investisseurs étrangers représentent 34 % du total, soit 1,7 fois plus qu'au Québec. Toutefois, 19 % des sommes investies étaient d'origine indéterminée. La part des capitaux provenant d'investisseurs locaux s'élevait à 48 %, soit 9 points de pourcentage de moins qu'au Québec.

Évolution des investissements en capital de risque au Québec et au Canada selon la provenance, 2013 et 2014

Graphique de l'évolution des investissements en capital de risque au Québec et au Canada selon la provenance. 2013 et 2014. Cet hyperlien permet de consulter le tableau de données.

Note : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.
Source : Thomson Reuters, 9 février 2015.

La collecte de fonds en capital de risque au Québec et au Canada

Comme l'année précédente, le Québec a enregistré une diminution des capitaux recueillis en capital de risque en 2014. La baisse s'est cependant avérée moins importante (−7 %), alors qu'elle avait été de 32 % en 2013. Au total, 586,2 M$ ont été levés en 2014, comparativement à 629,6 M$ en 2013 et à 923,9 M$ en 2012. Au cours de ces 3 années, le Québec a toujours occupé la 1ère place parmi les provinces canadiennes, suivi par l'Ontario en 2e position. Les fonds amassés au Québec en 2014 représentent 48 % du total canadien, soit une part plus élevée qu'en 2013 (44 %), mais inférieure à celle de 2012 (53 %).

Au Canada, les nouveaux approvisionnements en capital de risque ont également diminué au cours des 2 dernières années. Les fonds recueillis ont ainsi chuté de 15 % en 2014 et de 18 % en 2013. La collecte de capitaux a atteint 1,22 G$ en 2014, comparativement à 1,43 G$ l'année précédente.