Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Bulletins

Bulletin de l'Industrie du capital de risque

2012, Bilan

Principaux constats pour l’année 2012

Les investissements en capital de risque au Canada en 2012 ont totalisé 1,5 G$, soit le même montant qu'en 2011. Le nombre de compagnies profitant de ces investissements est resté stable, passant de 393 à 395 entre 2011 et 2012.

Au Québec, les investissements en capital de risque ont totalisé 409 M$ en 2012, répartis dans 147 entreprises. On constate que :  

  • Le secteur traditionnel domine les investissements en capital de risque avec 37 % des investissements, soit 151 M$ investis dans 78 entreprises.
  • Les stades avancés ont récolté 280 M$, soit 71 % des investissements réalisés.
  • Les fonds étrangers ont été les plus actifs avec 20 % des investissements, soit 119 M$.
  • Le Québec se classe au 11e rang dans le classement des États et des provinces ayant reçu le plus de capital de risque en Amérique du Nord, soit la même place qu'en 2011.
  • Les collectes de fonds en capital de risque se chiffrent à 924 M$ et représentent près du double du total recueilli en 2011 (552 M$) et 52 % du total canadien.

Le Québec connaît une augmentation marquée de ses investissements en capital de risque au 4e trimestre de 2012

Au Québec, pour le 4e trimestre de 2012, les investissements en capital de risque se chiffrent à 142 M$. Il s'agit d'une augmentation de 28 % par rapport au 3e trimestre de 2012 (111 M$).

  • Avec 142 M$ investis au cours du trimestre dans 52 entreprises, soit 44 % des investissements au pays, le Québec se place au 1er rang des provinces canadiennes.
  • Trois transactions importantes ont été effectuées dans la province au cours du 4e trimestre :
    • l'entreprise biopharmaceutique de Montréal, MethylGene inc., a reçu un financement de 26,1 M$;
    • l'entreprise du secteur des technologies de l'information, Coveo Solutions inc. Corporation, a reçu 18 M$;
    • l'entreprise du secteur des technologies de l'information, Vantrix Corporation, a reçu 13,5 M$.

Au cours du 4 trimestre de 2012, l'investissement en capital de risque au Canada s'est élevé à 321 M$, une légère diminution de 15 % par rapport au même trimestre de 2011. Ainsi, 120 entreprises ont bénéficié de ces fonds, comparativement à 127 au même trimestre en 2011.

Les investissements en capital de risque au Québec ont augmenté de trimestre en trimestre au cours de l'année 2012, passant de 54 M$ au 1er trimestre à 142 M$ au 4e trimestre. Cette augmentation marquée des investissements en capital de risque en cours d'année reflète les résultats positifs de la croissance des collectes de fonds au Québec.

Évolution des investissements en capital de risque au Québec par trimestre en 2012 (en M$)

Source : Thomson Reuters, 2013.

Plus de la moitié des collectes de fonds en capital de risque au Québec

Au Canada, les collectes de fonds en 2012 ont augmenté de 69 % par rapport à 2011, pour se chiffrer à 1,784 G$.

Au Québec, les collectes de fonds en capital de risque s'élèvent à 924 M$ pour 2012, soit 52 % du total des collectes de fonds au Canada. Elles représentent près du double du total annuel recueilli en 2011 dans la province (552 M$), ce qui permet d'envisager des investissements importants au cours de la prochaine année.

Évolution des collectes de fonds en capital de risque au Québec et au Canada entre 2011 et 2012 (M$)

Source : Thomson Reuters, 2013.

Liste des collectes de fonds en capital de risque annoncées en 2012 qui seront investis en totalité ou en partie au Québec
(Cette liste n'est pas exhaustive car la divulgation de certains fonds et des montants est confidentielle.)
Nom du fonds Montants divulgués
(en M$)
Source : Thomson Reuters, 2013.
TVM Life Science Ventures VII 150
Blackberry Partners II 150
Lumira Capital II 106
Rho Canada II 101
BDC IT 100
Cycle Capital III 85
Merck Lumira Biosciences 43
Anges Québec Capital 30
Iris Capital III 15
Autres 144
Total 924

Le Québec au 2e rang canadien en 2012

À l'échelle canadienne, les investissements se sont maintenus par rapport à l'an dernier.

Au cours de 2012, l'Ontario a reçu 41 % du total des investissements en capital de risque au Canada. Les 603 M$ investis placent cette province au 1er rang canadien. Ce résultat s'explique entre autres par des investissements importants, dont 80 M$ dans l'entreprise Desire2Learn.

Le Québec se place au 2e rang avec 28 % des investissements canadiens, soit 409 M$ investis dans 147 entreprises. Il s'agit d'une baisse de 16 % par rapport à 2011, où 486 M$ avaient été investis en capital de risque.

La Colombie-Britannique se place au 3e rang en 2012, après avoir reçu 222 M$.

Évolution globale des investissements en capital de risque au Canada en 2012
Province Montants investis en 2011
(en M$)
Montants investis en 2012
(en M$)
Variation
(en %)
Part dans les investissements canadiens
(en %)
*Saskatchewan, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard.
Source : Thomson Reuters, 2013.
Ontario 564 603 7 41
Québec 486 409 -16 28
Colombie-Britannique 228 222 -3 15
Autres* 116 151 30 10
Alberta 117 84 -28 6
Canada (total) 1,510 G$ 1,469 G$ -3 100

Évolution de la part des provinces dans les investissements de capital de risque au Canada de 2007 à 2012 (%)

Source : Thomson Reuters, 2013.

Aux États-Unis, ce sont 26,6 G$ US qui ont été investis en 2012, en légère diminution de 10 % par rapport aux 29,5 G$ US investis en 2011.

Augmentation de la taille moyenne des investissements en capital de risque au Québec

En 2012, la taille moyenne des investissements en capital de risque a augmenté au Québec, passant de 2,5 M$ en 2011 à 2,8 M$. À l’échelle canadienne, la taille moyenne des investissements canadiens est passée de 3,8 M$ à 3,7 M$. Cette légère baisse peut être expliquée par la diminution de la taille moyenne des investissements en Ontario, qui est passée de 5,2 M$ en 2011 à 4,4 M$ en 2012.  

Il est important de noter qu’un grand nombre d’investissements du secteur traditionnel ont été effectués au Québec au cours de l’année dernière (78 entreprises sur un total de 120 pour le Canada) et que la taille moyenne des investissements dans ce secteur au Canada est généralement plus faible (1,87 M$).

Le Québec maintient son 11e rang à l’échelle nord-américaine

À l’échelle nord-américaine, le Québec se classe toujours à la 11e position, soit le même rang qu’il occupait en 2011. L’Ontario a grimpé du 8e au 6e rang, tandis que la Colombie-Britannique, après avoir été exclue du palmarès en 2011, se retrouve en 19e place en 2012.

Classement à l'échelle nord-américaine en 2012 selon les montants investis en capital de risque (en M$ CA) par province/État

Source : Thomson Reuters, 2013.

Montréal occupe le 2e rang à l’échelle canadienne

La grande région de Montréal occupe le 2e rang des régions métropolitaines ayant reçu le plus d’investissements en capital de risque au pays, soit 254 M$, pour 76 entreprises, représentant 17 % de la valeur totale des investissements au pays. Elle se place derrière la région de Toronto, qui a reçu 363 M$ pour 85 entreprises, soit 25 % des investissements canadiens.

Les investissements dans le secteur traditionnel dominent le marché québécois en 2012

En 2012, le secteur traditionnel a dominé au Québec. En effet, 37 % des investissements ont été réalisés dans ce secteur d'activité, avec 151 M$ investis dans 78 entreprises. Les investissements sont en hausse de 60 % par rapport à 2011, alors que 100 entreprises avaient reçu 94 M$.

Au total, 68 % des investissements canadiens dans ce secteur ont été effectués au Québec. À l'échelle canadienne, ils ne représentent que 15 % du total des investissements.

À titre d'exemple, voici deux entreprises du secteur traditionnel ayant reçu des investissements de capital de risque en 2012 :

  • Maetta Sciences inc., entreprise de Boucherville fabriquant des pièces métalliques complexes, a reçu un investissement de 6,5 M$.
  • L'agro-entreprise de Saint-Romuald, Hortau Inc. qui conçoit et fabrique des technologies de gestion de l'irrigation d'avant-garde, a reçu un financement de 3 M$.

Le secteur des technologies de l'information arrive en 2e position au Québec, avec 30 % des investissements en capital de risque, soit 124 M$ dans 41 entreprises. Ce résultat est en baisse de 22 % par rapport à 2011, alors que 159 M$ avaient été investis dans 57 entreprises.

Pour illustrer, voici deux transactions importantes qui ont été réalisées dans ce secteur d'activité en 2012:

  • 30 M$ pour l'entreprise LightSpeed Retail de Montréal qui met au point des logiciels destinés aux détaillants.
  • 12 M$ pour Hopper, site de recherche pour les voyages, qui est également de Montréal.

En 2012, le secteur des sciences de la vie a maintenu le même rythme d'investissements qu'en 2011 avec 114 M$ investis dans 17 entreprises. Ce secteur représente 28 % des investissements québécois.

À titre d'exemple, voici deux importantes transactions du secteur des sciences de la vie en 2012:

  • 35 M$ dans l'entreprise biopharmaceutique Thrasos inc. de Montréal, qui conçoit des traitements et de la thérapie préventive contre les défaillances d'organes.  
  • 26 M$ pour l'entreprise biopharmaceutique MethylGene inc. de Montréal, qui met au point des médicaments pour le traitement du cancer et des maladies infectieuses.

Le secteur des autres technologies a connu une baisse de 83 % par rapport à 2011, avec des investissements de 20 M$ dans 11 entreprises.

Évolution sectorielle des investissements en capital de risque au Québec en 2012
Secteurs Montants investis en 2012
(M$)
Nombre de compagnies financées Taux de croissance par rapport à 2011
(en %)
Part des investissements au Québec
(en %)
Source : Thomson Reuters, 2013.
Traditionnel 151 78 60 37
Technologies de l'information et des communications 124 41 -22 30
Sciences de la vie 114 17 0 28
Autres technologies (incluent les technologies propres et énergétiques) 20 11 -83 5
Total 409 147 -16 100

À l'échelle canadienne, le secteur des technologies de l'information domine, avec 49 % des investissements, soit 719 M$ investis dans 180 entreprises. Le secteur des sciences de la vie arrive deuxième au Canada, avec 368 M$ investis dans 58 entreprises.

Part des investissements en capital de risque par secteur d'activité en 2012 pour le Canada et le Québec.

Source : Thomson Reuters, 2013.

Davantage d’investissements dans les stades avancés au Québec

En 2012, au Québec, plus d’investissements en capital de risque ont été réalisés dans les stades avancés (71 %) que dans les stades préliminaires (29 %).

Une fois de plus, avec 92 investissements, le stade de l’expansion a été le plus financé au Québec, avec 289 M$ investis en 2012, soit 71 % des investissements totaux. On observe une diminution des investissements à ce stade (- 19 %) par rapport à 2011, alors que 300 M$ y avaient été investis.

Les 55 entreprises aux stades préliminaires ont quant à elles reçu 120 M$, soit 29 % des investissements en capital de risque. L’année est marquée par une remontée des investissements destinés aux stades de prédémarrage et de démarrage, avec des hausses respectives de 35 % et de 55 % par rapport à 2011, ces entreprises ayant reçu 10 M$ et 88 M$ en 2012.

Évolution des investissements en capital de risque par stades de financement
au Québec en 2012

Stades

Montants investis en 2012
(en M$)

Nombre de compagnie financées

Taux de croissance par rapport à 2011
(en %)

Part des investissements au Québec
(en %)

Source : Thomson Reuters, 2013.

Stades préliminaires

120

55

0

29

- Prédémarrage

10

22

35

2

- Démarrage

88

24

55

21

- Début de croissance

22

13

-69

6

Stades avancés

289

92

-21

71

- Expansion

243

75

-19

60

- Acquisition/Rachat

-

-

-

-

- Redressement

-

-

-100

-

- Autres

46

17

-30

11

Total

409

147

-16

100

Les fonds étrangers dominent le marché québécois

Cette année, les fonds étrangers ont joué un rôle important au Québec, en réalisant 29 % des investissements. Avec 119 M$ investis, ils ont été les joueurs les plus actifs en capital de risque. Les fonds étrangers ont privilégié les stades avancés, y consacrant 67 % de leurs investissements (80 M$). Ils ont favorisé le secteur des sciences de la vie en y investissant 63 M$, soit 53 % de leurs investissements totaux. Le reste de leurs investissements, soit 56 M$ (47 %), a été fait dans le secteur des TIC.

En 2012, les fonds de type « Autres » ont réalisé 20 % des investissements au Québec, ce qui les classe au 2e rang avec des investissements de 81 M$. Ils ont privilégié le secteur traditionnel avec 70 % de leurs investissements dans ce secteur, soit 57 M$. Comme les fonds étrangers, la majorité de leurs investissements ont été réalisés aux stades avancés (68 M$, soit 84 % de leurs investissements).

En 3e position, on retrouve les fonds fiscalisés et les fonds privés indépendants, qui représentent chacun 19 % des investissements totaux réalisés au Québec. Les investissements des fonds fiscalisés totalisent 78 M$, alors que ceux des fonds privés indépendants totalisent 77 M$.  

Les fonds fiscalisés ont réalisé 67 % de leurs investissements dans le secteur traditionnel (52 M$) et 84 % dans les stades avancés (65 M$).

Les fonds privés indépendants ont, pour leur part, réalisé 46 % de leurs investissements dans le secteur des TIC (35 M$) et 32 % dans le secteur traditionnel (25 M$). Ces fonds ont investi 51 % (39 M$) dans les stades avancés et 49 % dans les stades préliminaires (37 M$).

Évolution des investissements en capital de risque selon le type d'investisseurs au Québec en 2012

Type de fonds

Montants investis en 2012
(en M$)

Nombre d'entreprises financées

Taux de croissance par rapport à 2011 (en %)

Part des investissements au Québec (en %)

Source : Thomson Reuters, 2013.

Étrangers

119

11

-15

29

Autres

81

57

105

20

Fiscalisés

78

91

-38

19

Privés indépendants

77

49

-38

19

Institutionnels

26

8

173

6

Gouvernementaux

18

19

-59

5

Corporatifs

9

2

247

2

Total

409

147

-16

100

Part des investissements en capital de risque par type d'investisseurs en 2012 pour le Canada et pour le Québec.

Source : Thomson Reuters, 2013.