Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

stratégies

Réinventez l'horizon

2. Soutenir la croissance de l'industrie : Appuyer les projets et investir dans la main-d’œuvre

Le deuxième axe de la Stratégie québécoise de l’aérospatiale 2016-2026 consiste à soutenir la croissance de l’industrie en appuyant les projets et en investissant dans la main-d’œuvre.

Pour soutenir la croissance de l’industrie, le gouvernement formule deux objectifs, soit :

  • appuyer les projets, ces projets pouvant venir de grandes entreprises comme d’entreprises de plus petite taille;
  • investir dans la main-d’œuvre, première richesse de l’industrie aérospatiale québécoise.

2.1 Appuyer les projets

Le développement du secteur de l’aérospatiale se structure autour de la réalisation de projets d’investissement, liés notamment à la conception, à la réalisation et à la production de modèles d’aéronefs répondant aux besoins des différents marchés visés.

Globalement, les perspectives de croissance du marché de l’aérospatiale sont encourageantes. En 2015, selon l’IATA, la demande mondiale de transport aérien a augmenté de 6,5 %.

  • Au cours des vingt prochaines années, on estime que près de 38 000 avions commerciaux devraient être commandés dans le monde, toutes tailles confondues, pour satisfaire à cette demande.
  • Dans le segment des avions de 100 à 150 places, on s’attend à une croissance marquée de la demande, en raison à la fois de l’obsolescence des modèles encore utilisés et de l’arrivée sur le marché d’avions dotés de nouvelles technologies.
  • Pour ce qui est de l’aviation d’affaires, les perspectives de croissance sont également favorables. Selon les plus récentes prévisions de Bombardier et d’Embraer, près de 9 000 jets d’affaires devraient être livrés au cours de la période 2015-2024. Selon Bombardier, les avions d’affaires de taille intermédiaire et à large cabine devraient représenter 85 % de la valeur des  livraisons, à moyen terme.
  • Selon Honeywell Aerospace, la production mondiale d’hélicoptères civils devrait atteindre de 4 300 à 4 800 appareils entre 2016 et 2020, ce qui représente une augmentation de 12 % par rapport à la période quinquennale précédente.

Les prévisions de croissance du marché mondial de l’aérospatiale sont donc encourageantes, tout le défi consistant à concevoir puis à construire les aéronefs qui répondront à la demande de demain, sur les marchés visés.

Des initiatives pour susciter l’intérêt des jeunes

L’aérospatiale fait rêver, en raison de ses succès, de ses innovations et des défis technologiques qu’elle suscite. Il s’agit également d’un secteur créateur d’emplois  de qualité et bien rémunérés.

Pour assurer la relève de la main-d’œuvre nécessaire à la croissance à long terme de l’industrie, des initiatives seront soutenues ou engagées afin de sensibiliser les jeunes à l’aérospatiale et d’éveiller leur intérêt pour ce secteur d’activité. Ces initiatives se déploieront dès le primaire.

La Stratégie québécoise de l’aérospatiale prévoit des ressources de 600 000 $ au cours des cinq prochaines années à cette fin.

Passion pour l’aviation

Passion pour l’aviation est un projet mis sur pied par Bombardier, en collaboration avec Aéro Montréal, afin de susciter l’enthousiasme des jeunes à l’égard des sciences et de la technologie, et particulièrement de l’aérospatiale, tout en contribuant à la persévérance scolaire.

Passion pour l’aviation mise sur la grande notoriété de l’industrie québécoise pour inspirer les jeunes et les attirer plus tard dans ce secteur stratégique.

La promotion des métiers de l’aérospatiale et des programmes d’études qui y sont associés

La diversité et la qualité des métiers de l’aérospatiale sont peu connues du grand public. Dans le cadre de la Stratégie québécoise de l’aérospatiale, le gouvernement en fera une meilleure promotion, en favorisant les métiers les plus demandés par les entreprises.

La promotion visera le grand public, mais plus particulièrement les femmes, les adultes retournant aux études ainsi que les immigrants, afin d’augmenter leur participation à l’industrie aérospatiale.

La détermination des besoins des entreprises fait l’objet d’une démarche gouvernementale depuis 2011. La Commission des partenaires du marché du travail effectue un exercice de priorisation des besoins de formation professionnelle et technique, en collaboration avec Emploi-Québec et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Le but est d’assurer un meilleur lien entre l’offre de formation et les besoins du marché du travail.

Une liste de professions est transmise au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour qu’il en tienne compte dans l’élaboration des programmes de formation professionnelle et technique.

Deux métiers où des candidats sont demandés

Plusieurs métiers de l’aérospatiale manquent de candidats. Les besoins signalés concernent en particulier les deux spécialités suivantes pour lesquelles des programmes d’études sont disponibles.

Mécaniciens, techniciens et contrôleurs d’avionique et d’instruments et  d’appareillages électriques d’aéronefs (techniques d’avionique)

Ces travailleurs installent, règlent, réparent et révisent les systèmes avioniques ainsi que les instruments et les appareillages électriques d’aéronefs. Cette catégorie de travailleurs comprend également les inspecteurs en avionique, qui vérifient les instruments et les appareillages électriques et électroniques à la suite du montage, de modifications, de réparations ou de révisions.

L’ensemble de ces spécialistes travaillent dans des entreprises de fabrication, d’entretien, de réparation et de révision d’aéronefs, ainsi que pour des lignes  aériennes et d’autres exploitants d’aéronefs.

Mécaniciens et contrôleurs d’aéronefs (techniques de maintenance d’aéronefs)

Les mécaniciens d’aéronefs entretiennent, réparent, révisent, modifient et testent les systèmes structurels, mécaniques et hydrauliques des aéronefs.

Les contrôleurs d’aéronefs vérifient les aéronefs et leurs systèmes à la suite de travaux de fabrication, de modification, d’entretien, de réparation ou de révision.

Ces spécialistes travaillent dans des entreprises de fabrication, d’entretien,
de réparation ou de révision d’aéronefs, de même que pour des lignes aériennes ou d’autres exploitants d’aéronefs.

Les stages en milieu de travail

L’apprentissage en milieu de travail comporte de nombreux avantages.

  • Les étudiants ayant la possibilité d’effectuer un stage ou de réaliser une partie de leur formation en milieu de travail sont mieux préparés à répondre aux besoins des entreprises.
  • L’accueil d’un étudiant en milieu de travail permet aux entreprises d’avoir plus facilement accès à des candidats qualifiés répondant à leurs besoins.

Dans le cadre de la Stratégie québécoise de l’aérospatiale, le gouvernement s’appuiera sur deux programmes pour promouvoir les stages en milieu de travail au sein de l’industrie :

  • le Programme incitatif pour l’accueil de stagiaires en formation professionnelle et technique, dont l’objectif est de soutenir les entreprises en couvrant une partie des frais liés à la préparation de l’accueil des stagiaires;
  • les stages d’innovation en entreprise du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, dont le but est de permettre à des étudiants au collégial et à l’université d’acquérir une expérience en entreprise pendant leurs études et de favoriser ainsi le transfert du savoir.

Les ministères concernés sont responsables du financement de leurs programmes.

Le développement des compétences en entreprise

La formation liée aux projets d’envergure

La réalisation de projets économiques d’envergure suppose le plus souvent une adaptation de la main-d’œuvre afin de répondre aux défis soulevés par ces projets.

La Stratégie québécoise de l’aérospatiale prévoit un appui à cette adaptation, en finançant les formations en entreprise liées à la croissance, au développement de nouveaux marchés, à la modernisation des installations ou à la réingénierie des processus de gestion.

Cet appui est consenti dans le cadre du programme de formation pour les projets économiques d’envergure, administré par Emploi-Québec. Au cours des trois dernières années, neuf projets économiques d’envergure d’entreprises fabriquant des produits aérospatiaux et leurs pièces ont été approuvés par la Commission des partenaires du marché du travail.

Des subventions totales de 7,4 millions de dollars ont été accordées pour la réalisation de ces projets, menant à la création de 2 295 emplois et au maintien en emploi de 375 travailleurs.

Le développement continu des compétences

La Stratégie québécoise de l’aérospatiale s’appuiera sur différents outils gérés par Emploi-Québec, la Commission des partenaires du marché du travail et le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation pour développer le capital humain à l’intérieur de l’entreprise.

  • La Commission des partenaires du marché du travail soutient financièrement les projets de formation liés à l’arrivée d’une nouvelle technologie dans l’entreprise. Pour qu’une subvention soit accordée, l’investissement de l’entreprise en formation doit :
    • permettre un accroissement de sa compétitivité;
    • représenter un avantage concurrentiel;
    • entraîner un changement significatif.
  • Emploi-Québec peut également financer les projets de formation liés à l’arrivée d’une nouvelle technologie en entreprise et ayant pour but de permettre à la main-d’œuvre de s’adapter, lorsque cette technologie risque d’entraîner une perte d’emplois et que les travailleurs concernés sont faiblement qualifiés.
  • Le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation met à la disposition des PME un programme de formation sur mesure pour répondre aux besoins de développement des compétences en gestion.

    Le programme MPA – les meilleures pratiques d’affaires offre plus de 30 formations, dispensées par des formateurs professionnels et portant sur des sujets tels que :
    • l’administration;
    • la gestion financière;
    • la gestion des ressources humaines.

2.2 Investir dans la main-d’œuvre

La Stratégie québécoise de l’aérospatiale prévoit des investissements dans la main-d’œuvre, première richesse de l’industrie, grâce une série d’initiatives touchant la relève et la formation des futurs travailleurs comme le développement du capital humain dans les entreprises.

L’appui aux projets d’investissement d’envergure

L’appui apporté par le gouvernement du Québec au développement de la Série C de Bombardier témoigne de la volonté du gouvernement de soutenir des projets d’investissement d’envergure, autour desquels se construiront la croissance et le développement futurs du secteur.

En s’engageant dans l’élaboration et la réalisation de la Série C, Bombardier a investi massivement dans une vision particulièrement prometteuse de l’aviation commerciale, en ciblant un créneau précis et en mobilisant à cette fin des moyens techniques et financiers importants. Les résultats techniques obtenus sont à la mesure des efforts consentis.

Les performances du nouvel avion dépassent les objectifs. Ce projet ambitieux vient de franchir des étapes essentielles, puisque le CS 100 a été homologué et que le CS 300 est en voie de l’être.

Une bonne partie de l’avenir du secteur québécois de l’aérospatiale est liée au succès de la Série C. L’appui du gouvernement du Québec allait donc de soi, et il a pris la forme d’une participation de 1 milliard de dollars US dans le projet.

Soutenir les projets

Cet appui s’inscrit directement dans la stratégie gouvernementale ayant pour but de soutenir les projets d’investissement d’envergure engagés par l’industrie aérospatiale québécoise.

Au cours des cinq prochaines années, la Stratégie québécoise de l’aérospatiale prévoit des interventions gouvernementales d’une valeur de 210 millions de dollars, dont l’impact budgétaire est estimé pour cette période à 68,6 millions de dollars.

Les interventions gouvernementales en faveur des projets d’investissement d’envergure seront effectuées par l’intermédiaire du Fonds du développement économique du Québec, Investissement Québec agissant à titre de mandataire du gouvernement du Québec.

Certaines de ces interventions seront liées au programme ESSOR du ministère  de l’Économie, de la Science et de l’Innovation. L’objectif du programme ESSOR est d’appuyer les projets d’investissement au Québec dans une perspective d’accroissement de la compétitivité, de création d’emplois et de développement durable.

Selon les estimations effectuées, le soutien de 210 millions de dollars réservé dans le cadre de la Stratégie aux projets d’investissement d’envergure devrait permettre la réalisation de projets d’investissement privé totalisant près de 1,2 milliard de dollars.

Le soutien aux projets de croissance des PME

L’appui aux projets ne se limite pas aux projets mis en œuvre par les grandes entreprises. La Stratégie québécoise de l’aérospatiale compte également  appuyer les projets engagés par les PME.

  • Les PME les plus dynamiques de l’industrie aérospatiale québécoise ont la possibilité d’obtenir un appui pour leurs projets dans le cadre de performe, la stratégie d’accélération des projets d’entreprises performantes.

    Le but est d’établir des partenariats d’affaires avec des organisations innovatrices et exportatrices, reconnues comme exceptionnellement performantes par leurs pairs.
  • Avec cinq partenaires investisseurs, le gouvernement a annoncé le 12 février 2015 la constitution d’un fonds de 50 millions de dollars permettant aux PME, dont les PME du secteur québécois de l’aérospatiale, d’avoir accès au capital requis pour financer leurs projets.

    Les cinq partenaires investisseurs sont :
    • la Caisse de dépôt et placement du Québec;
    • Capital régional et coopératif Desjardins;
    • Fondaction CSN;
    • le Fonds de solidarité FTQ;
    • Investissement Québec.

L’offre de service de performe

La stratégie performe du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation offre plusieurs moyens de soutenir la réalisation des projets des PME :

  • un Accompagnement-conseil stratégique, prenant la forme d’un prédiagnostic de sept fonctions de l’entreprise, dans le but d’établir les priorités d’intervention dans chacune de ces fonctions, à partir d’une détermination des défis et des besoins;
  • un montage financier sur mesure, en collaboration avec Investissement Québec;
  • des formations de pointe;
  • l’accès à un réseau d’experts reconnus.

Les entreprises bénéficiant de la stratégie performe peuvent compter sur l’appui d’une équipe d’accélération, composée notamment de représentants :

  • d’Investissement Québec;
  • d’Export Québec;
  • d’Emploi-Québec.

Impact financier de la Stratégie québécoise de l’aérospatiale – Axe 2 (Soutenir la croissance de l'industrie : Appuyer les projets et investir dans la main-d'oeuvre)

2.1. Appuyer les projets

[en millions de dollars]

L’appui aux projets d’investissement d’envergure

  • 2016-2017 : 8,0
  • 2017-2018 : 12,8
  • 2018-2019 : 16,0
  • 2019-2020 : 15,9
  • 2020-2021 : 15,9
  • TOTAL : 68,6

Le soutien aux projets de croissance des PME1

  • 2016-2017 : Ø
  • 2017-2018 : Ø
  • 2018-2019 : Ø
  • 2019-2020 : Ø
  • 2020-2021 : Ø
  • TOTAL : Ø
2.2. Investir dans la main-d’œuvre

[en millions de dollars]

Des initiatives pour susciter l’intérêt des jeunes

  • 2016-2017 : 0,2
  • 2017-2018 : 0,1
  • 2018-2019 : 0,1
  • 2019-2020 : 0,1
  • 2020-2021 : 0,1
  • TOTAL : 0,6

La promotion des métiers de l’aérospatiale et des programmes d’études qui y sont associés1, 2

  • 2016-2017 : Ø
  • 2017-2018 : Ø
  • 2018-2019 : Ø
  • 2019-2020 : Ø
  • 2020-2021 : Ø
  • TOTAL : Ø

Les stages en milieu de travail1, 3

  • 2016-2017 : Ø
  • 2017-2018 : Ø
  • 2018-2019 : Ø
  • 2019-2020 : Ø
  • 2020-2021 : Ø
  • TOTAL : Ø

Le développement des compétences en entreprise1, 3

  • 2016-2017 : Ø
  • 2017-2018 : Ø
  • 2018-2019 : Ø
  • 2019-2020 : Ø
  • 2020-2021 : Ø
  • TOTAL : Ø
TOTAL

[en millions de dollars]

Total – Axe 2

  • 2016-2017 : 8,2
    Dont crédits additionnels : 0,2
  • 2017-2018 : 12,9
    Dont crédits additionnels : 0,1
  • 2018-2019 : 16,1
    Dont crédits additionnels : 0,1
  • 2019-2020 : 16,0
    Dont crédits additionnels : 0,1
  • 2020-2021 : 16,0
    Dont crédits additionnels : 0,1
  • TOTAL1 : 69,2
    Dont crédits additionnels : 0,6

Note : Sauf avis contraire, le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation est responsable de la mise en œuvre des mesures.

  1. Comme cette mesure couvre plusieurs secteurs économiques, aucun budget particulier ne lui est alloué.
  2. Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur est responsable de la mise en œuvre.
  3. La Commission des partenaires du marché du travail et Emploi-Québec sont également responsables de la mise en œuvre.
Contactez
Direction des transports et de la mobilité durable

Où nous trouver?

Téléphone :
514 499-6535

Sans frais :
1 866 680-1884, poste 6535

Adresse postale :
380, rue Saint-Antoine Ouest, 04-NE
Montréal (Québec)
H2Y 3X7

Télécopieur :
514 864-3755

Voir plus d'informations
Précédent
Québécois, notre façon d'être canadien Stratégie numérique du QUébec - Bilan de la consultation Le Québec dans le monde : s'investir, agir, prospérer Budget 2017-2018 Ensemble on fait avancer le Québec Stratégie maritime du Québec Le plan économique du Québec Propulser le Québec par l'électricité Plan Nord
Suivant