Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Stratégies et politiques

Le bioalimentaire

Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020 - Oser exporter - Moderniser notre économie

Le bioalimentaire : les principaux secteurs industriels concernés

  • Transformation alimentaire
  • Production agricole
  • Pêches et aquaculture


Le MAPAQ a procédé à la consultation de différentes entreprises de transformation alimentaire.

Le Québec compte sur une industrie de production et de transformation alimentaire forte, dont le développement repose en bonne partie sur l’exportation. En 2015, les entreprises québécoises exportaient à l’internationale pour 7,5 milliards de dollars de produits bioalimentaires. À ce montant s’ajoutent les exportations dans le reste du Canada. Ces dernières se chiffraient à 6 milliards de dollars en 2013.

Les produits transformés québécois

Près de 80 % des exportations bioalimentaires sont constituées de produits transformés. L’augmentation des exportations, particulièrement d’aliments transformés, a été un élément moteur de la croissance de l’industrie bioalimentaire au cours des 10 dernières années. Le Québec arrive à se démarquer en matière d’exportation grâce à la qualité des produits, à la diversité de son offre et à la réputation de sa gastronomie.

Les occasions d’affaires

La demande d’aliments et de boissons à l’échelle mondiale est en progression constante. D’ici 2050, la demande devrait croître de 70 %.

Les entreprises québécoises :

  • dirigent principalement leurs exportations sur les marchés canadien et américain puisque les occasions d’affaires y sont nombreuses;
  • se démarquent dans certaines niches de marché en croissance, notamment celui du détail;
  • sont présentes dans les circuits du service alimentaire et dans la vente en ligne;
  • montrent de plus en plus d’intérêt pour les marchés d'Europe, d’Amérique latine et d’Asie. Les entreprises pourront ainsi profiter des occasions d’affaires découlant des accords commerciaux signés par le Canada.

Le développement durable : un élément de différenciation et de positionnement

Le contexte actuel est favorable à une industrie québécoise dynamique qui doit demeurer à l’affût des tendances des marchés et de la concurrence mondiale.

Les entreprises bioalimentaires qui se dotent d’une démarche en matière de développement des marchés et qui cherchent à améliorer leur performance sont les plus susceptibles de se démarquer.

Malgré leur caractère distinctif et leur qualité, les produits québécois doivent s’appuyer sur une image de marque forte afin de se différencier de la concurrence.

À cet effet, de plus en plus d’entreprises du secteur bioalimentaire optent pour des stratégies en matière de bien-être animal et de développement durable, incluant les produits biologiques.

Les actions priorisées

La Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020 compte plusieurs mesures visant à faire croître les PME du secteur bioalimentaire sur les marchés extérieurs.

Tableau 5 — Actions et territoires prioritaires – secteur bioalimentaire
Actions prioritaires Mesures du deuxième volet de la stratégie

Mettre en place un service d'accompagnement personnalisé pour les exportateurs en processus de diversification des marchés.

1, 2

Soutenir la fonction de commercialisation des nouveaux exportateurs.

2, 6, 7, 8, 9, 10

Multiplier les occasions d'affaires entre les entreprises québécoises et les acheteurs par des formules innovantes.

15, 17, 19

Positionner l'offre bioalimentaire québécoise sur les marchés internationaux, notamment par la création d'une image de marque.

18

Fournir une plateforme technologique présentant les caractéristiques commerciales de l'offre bioalimentaire québécoise.

18

Territoires prioritaires
Canada (hors Québec), États-Unis, Union européenne, Japon, Chine, Mexique, Océanie.

Les actions priorisées pour le marché sectoriel du bioalimentaire seront mises en œuvre principalement par le MAPAQ.