Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Guides et outils

Analyse de la dimension

Investissements et ressources financières

En 2013, la dépense intérieure brute de R-D (DIRD), en pourcentage du PIB, s’établissait à 2,32 % au Québec, soit une baisse de 0,02 point de pourcentage par rapport à 2012. Ce ratio a atteint son niveau le plus haut en 2006 (2,72 %) et a diminué par la suite.

Malgré les baisses récentes, le Québec occupait toujours en 2013 la première place au Canada en intensité de R-D. À l’échelle canadienne, ces dépenses se situaient alors à 1,71 % du PIB.

En 2013, en matière d’investissements en R-D, le Québec se classait sous la moyenne des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dont les investissements en R-D correspondaient à 2,37 % du PIB.

Graphique – Dépense intérieure brute de R-D (DIRD), en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 1996-2013

Graphique représentant les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD), en pourcentage du PIB, pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE.

Sources : Statistique Canada, OCDE : Statistiques OCDE. Compilation du MESI.

En 2014, le ratio DIRD/PIB s’est établi à 2,44 % au Québec, à 2,09 % en Ontario et à 1,74 % au Canada. Le Québec se classait au 1er rang au Canada.

Cette même année, le Québec se classait juste au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, dont les investissements en R-D correspondaient à 2,38 % du PIB. Le Québec se positionnait ainsi au 12e rang parmi les 35 pays de l’OCDE.

En 2014, les pays les plus dynamiques du point de vue de l’intensité de R-D étaient :

  • la Corée (4,29 %);
  • Israël (4,27 %);
  • la Suisse (3,42 % en 2015);
  • le Japon (3,40 %);
  • la Finlande (3,17 %);
  • la Suède (3,15 %);
  • l’Autriche (3,09 %);
  • le Danemark (2,92 %);
  • l’Allemagne (2,88 %);
  • les États-Unis (2,76 %).

Graphique – Dépense intérieure brute de R-D (DIRD), en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2014

Graphique représentant les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD), en pourcentage du PIB, pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE en 2014.

Sources : Statistique Canada, OCDE: Statistiques OCDE. Compilation du MESI.

Au Québec, comme dans les autres grandes provinces, c’est le secteur des entreprises commerciales qui finance la plus grande part des dépenses de R-D intra-muros.

En 2014, le pourcentage de la recherche (DIRD) financée par l’industrie était de 50,4 %, soit nettement moins que celui des pays les plus performants en matière d’intensité de R-D, par exemple :

  • le Japon (77,3 %);
  • la Corée (75,3 %);
  • la Suisse (63,5 % en 2015).

Pour cet indicateur, le Québec se classait 16e parmi les pays de l’OCDE en 2014.

Graphique – Pourcentage de la recherche (DIRD) financée par l'industrie, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2014

Graphique représentant le pourcentage de la recherche (DIRD) financée par l'industrie pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE en 2014.

Sources : Statistique Canada, OCDE : Statistiques OCDE.

On observe depuis 2006 une baisse de la dépense de R-D des entreprises (DIRDE), en pourcentage du PIB au Québec, cette dernière étant passée de 1,66 % du PIB en 2006 à 1,28 % en 2013. L’effort du Québec en matière de R-D industrielle était néanmoins supérieur à celui des autres provinces, y compris l’Ontario (1,01 %), et à la moyenne canadienne (0,84 %).

Graphique – Dépense intérieure brute de R-D des entreprises (DIRDE), en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 1996-2013

Graphique représentant les dépenses intérieures de R-D des entreprises (DIRDE), en pourcentage du PIB pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE.

Sources : Statistique Canada, OCDE : Statistiques OCDE. Compilation du MESI.

En 2014, le ratio DIRDE/PIB s’est établi à 1,44 % au Québec, à 1,12 % en Ontario et à 0,93 % au pays. Le Québec maintient le 1er rang au Canada depuis 1999.

Graphique – Dépense intérieure de R-D des entreprises (DIRDE), en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2014

Graphique représentant les dépenses intérieures de R-D des entreprises (DIRDE), en pourcentage du PIB pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE en 2014.

Sources : Statistique Canada, OCDE : Statistiques OCDE. Compilation du MESI.

En 2014, en matière de dépense intérieure de R-D de l’enseignement supérieur (DIRDES), le Québec se classait en 2e position avec 0,90 % de la DIRDES en pourcentage du PIB, juste derrière la Nouvelle‑Écosse (1,05 %), alors que la moyenne canadienne était de 0,65 %.

Le ratio DIRDES/PIB du Québec était largement supérieur à celui de l’OCDE (0,42 %) en 2014. Le Québec se classait alors en 3e position parmi les pays de l’OCDE, en étant devancé par :

  • le Danemark (0,98 %);
  • la Suède (0,91 %).

Graphique – Dépense intérieure de R-D de l'enseignement supérieur (DIRDES), en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2012 à 2014

Graphique représentant les investissements en capital de risque, en pourcentage du PIB pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE de 2005 à 2014.

Sources : Statistique Canada, OCDE : Statistiques OCDE. Compilation du MESI.

En 2014, le pourcentage de la recherche universitaire (DIRDES) commanditée par l’industrie s’élevait à 8,5 %, une croissance de 0,8 point de pourcentage par rapport à 2013. Toutefois, la part du financement de la DIRDES issue des entreprises n’a pas rattrapé le niveau de 2008 (9,1 %).

Cette donnée situait alors le Québec au quatrième rang parmi les provinces canadiennes, derrière :

  • Terre-Neuve (18,6 %);
  • l’Alberta (8,9 %);
  • la Nouvelle-Écosse (8,9 %).

Avec ce ratio de 8,5 %, le Québec obtenait un bon résultat en regard des différents pays de l’OCDE (moyenne de 6,0 % en 2014), en se positionnant au 9e rang parmi ces derniers.

Lorsque l’on compare la dépense de R-D de l’État (DIRDET), en pourcentage du PIB, avec celle des autres provinces, le Québec faisait moins bonne figure en 2014 avec un ratio de 0,10 %, alors que le ratio canadien se chiffrait à 0,15 %.

L’importance relative des dépenses de R-D des administrations publiques, au Québec, restait modeste en comparaison de la moyenne des pays de l’OCDE (0,26 % en 2014).

Les investissements en capital de risque ont fortement augmenté au Québec en 2016, s’établissant à 797 M$ US. Il s’agit d’une hausse de 37 % par rapport à 2015 et de 61 % par rapport à la période entourant la crise financière (2008-2010). Parmi les provinces canadiennes, le Québec se classait deuxième pour cet indicateur derrière l'Ontario (1 287 M$ US).

Au Québec, de 2011 à 2013, les investissements en capital de risque en pourcentage du PIB étaient supérieurs à la plupart de ceux des autres pays de l’OCDE, à l'exception des États-Unis.

Graphique – Investissements en capital de risque, en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2005-2014

Graphique représentant les dépenses intérieures de R-D de l'enseignement supérieur (DIRDES), en pourcentage du PIB pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE.

Source : Conference Board of Canada, http://www.conferenceboard.ca/hcp/provincial-fr/innovation-fr/venture-capital-fr.aspx (page consultée le 9 mars 2017).

En 2015, au Québec, les investissements en machines et matériel représentaient 2,81 % du PIB, comparativement à 3,36 % en Ontario.

En 2013, toujours au Québec, les investissements dans les technologies de l’information et des communications (TIC) correspondaient quant à eux à 2,38 % du PIB.

Le Québec se classait au 4e rang des provinces canadiennes pour cet indicateur, derrière :

  • l’Île-du-Prince-Édouard (2,73 %);
  • l’Ontario (2,61 %);
  • Terre-Neuve (2,48 %).

Le Québec se situait derrière plusieurs pays industrialisés de l’OCDE tant pour les investissements en matériel et outillage que pour les investissements en TIC.

Parmi les possibles causes de ce retard, on peut citer la structure industrielle du Québec, composée d’une plus grande proportion de PME et de microentreprises, et le recul de l’industrie manufacturière.

Graphique – Investissements des entreprises en machines et matériel, en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2005-2015

Graphique représentant les investissements des entreprises en machines et matériel, en pourcentage du PIB pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE, de 2005 à 2013.

Sources : Statistique Canada, OCDE : Statistiques OCDE.

Graphique – Investissements dans les TIC, en pourcentage du PIB, Québec, Ontario, Canada et quelques pays de l'OCDE, 2005-2013

Graphique représentant les investissements dans les technologies de l'information et des communications (TIC), en pourcentage du PIB pour le Québec, l'Ontario, le Canada et quelques pays de l'OCDE, de 2005 à 2013.

Source : Conference Board of Canada, http://www.conferenceboard.ca/hcp/provincial-fr/innovation-fr/ict-fr.aspx (page consultée le 9 mars 2017).

Nous joindre
Direction de la coordination et des stratégies clients

Téléphone :
514 873-1767, poste 3223

Sans frais :
1 877 511-5889

Adresse postale :
393, rue Saint-Jacques, 4e étage
Montréal (Québec)
H2Y 1N9