Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Guides et outils

Vous vivez de l’absentéisme au travail? Vous n’êtes pas seul

Cet article provient du Bulletin Espace Conseils PME. Abonnez-vous!

En effet, l’absentéisme représente un défi important pour les dirigeants et un défi quotidien pour les gestionnaires de premier niveau.

L’absentéisme en chiffres

Comme en témoigne une étude du Conférence Board du Canada.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., en 2012, l’absentéisme a représenté pour l’économie canadienne un coût direct de 16,6 milliards de dollars.

Ce n’est pas tout. À ces chiffres s’ajoutent des coûts indirects souvent sous-estimés associés, entre autres :

  • à la gestion administrative des invalidités;
  • à la désorganisation du travail;
  • au remplacement du personnel absent;
  • aux répercussions négatives sur:
    • la productivité,
    • le climat de travail,
    • les autres employés,
    • la clientèle.

Par ailleurs, l’Institut universitaire de la santé mentale de Montréal.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. affirme que chaque année, 20 % des travailleurs canadiens souffrent d’une maladie liée au stress. On fait référence notamment aux recherches de Chrysalis Performance inc., qui révèlent que le stress en entreprise représente : 

  • 19 % des coûts d’absentéisme;
  • 60 % des accidents de travail;
  • 10 % des coûts des régimes d’assurance-médicaments.

De plus, on y mentionne que des niveaux de stress élevés peuvent entraîner des problèmes de dépendance ainsi que des problèmes de santé physique et mentale, tels que : 

  • le risque de crise cardiaque;
  • les maux de dos;
  • l’anxiété;
  • l’épuisement professionnel.

Vous conviendrez avec nous que l’absentéisme au travail engendre des coûts humains et financiers importants. L’absence au travail fait mal. À moins que les entreprises ne le reconnaissent et adoptent une approche préventive, cette tendance risque de s’accentuer, notamment en raison du vieillissement des travailleurs.

Un premier pas : mesurer pour s’améliorer!

La première étape, si ce n’est déjà fait, est de prendre la mesure de l’absentéisme et des raisons justifiant les absences dans votre organisation. Par exemple, est-ce que plusieurs membres du personnel s’absentent régulièrement dans un service en particulier?

Au-delà de cette analyse, la recommandation principale préconisée par les études et les recherches sur le sujet est l’adoption d’une culture de santé et de mieux-être.

Cette approche implique entre autres que la direction de l’entreprise reconnaisse l’importance du capital humain dans son organisation et que l’intelligence des membres du personnel sous toutes ses formes est devenue un gage de succès, car elle est à la base de l’innovation et de la productivité dans le monde du travail actuel.

Pour réussir et pour faire face aux défis qui se présentent à elle, une entreprise a besoin d’employés compétents, engagés et présents de cœur, de corps et d’esprit.

« Dans les entreprises les plus efficaces, les leaders de tous les niveaux reconnaissent les liens incontournables entre la santé des employés, l’efficacité de la main-d’œuvre et la productivité. »

Source : Towers Watson : Résultats du sondage Au travail! 2011-2012.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

La démarche Entreprise en santé : une solution à privilégier!

Saviez-vous que la démarche Entreprise en santé est reconnue pour ses effets bénéfiques sur la réduction de l’absentéisme, la performance des entreprises et le climat de travail?

Parce qu’elle permet de développer une culture de santé et de mieux-être, elle constitue un des moyens de réaliser des gains de productivité et d’avoir une influence sur l’attraction et la fidélisation du personnel.

C’est également une façon d’offrir une expérience-employé permettant d’être une entreprise attirante et compétitive dans un marché où la main-d’œuvre qualifiée se raréfie. Les travailleurs d’aujourd’hui sont attirés par des organisations qui tiennent compte de leur réalité quotidienne. Leur offrir la possibilité d’avoir un meilleur équilibre de vie, c’est aussi une excellente façon de leur témoigner de la reconnaissance.

Cette pratique gagnante est inspirée de la norme Entreprise en santé. Elle s’adresse à tous les employeurs, quelle que soit la taille de l’organisation.

Cette démarche structurée peut conduire ou non à la certification du Bureau de normalisation du Québec.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. (BNQ) et invite les entreprises à intervenir dans les quatre sphères suivantes, qui permettent d’avoir une influence significative, entre autres sur l’absentéisme.

Adoptez des politiques de conciliation vie professionnelle/vie personnelle

Si c’est possible, offrez aux membres de votre personnel :

  • des horaires de travail variables;
  • des heures de travail réduites;
  • la possibilité de faire du télétravail.

Ces pratiques favorisent l’équilibre vie professionnelle-vie privée et sont appréciées des employés, car elles permettent de réduire le niveau de stress associé aux obligations familiales et personnelles qui entrent en conflit avec l’horaire de travail. À titre d’exemple :

  • les retards occasionnels hors de contrôle liés aux déplacements pour se rendre au travail ou pour aller chercher les enfants à la garderie;
  • les rendez-vous médicaux avec les parents âgés;
  • etc.

Bien balisées, ces politiques ont un effet incitatif sur la présence au travail ainsi que sur le lien d’appartenance avec l’employeur.

De plus, elles favorisent une meilleure planification de l’organisation du travail et une réduction des absences quotidiennes impromptues, qui sont souvent un casse-tête pour les gestionnaires et leurs équipes.

Encouragez l’adoption de saines habitudes de vie

Bien que les habitudes de vie soient associées à des choix individuels, ceux-ci sont conditionnés de façon importante par le milieu de vie.

Si l’on tient compte du fait qu’une personne passe près de la moitié de sa journée active au travail, on voit bien que le milieu de travail est des plus propices pour favoriser l’adoption de saines habitudes de vie.

Or, l’entreprise dispose de certains leviers pour encourager les travailleurs à changer leurs comportements et à prendre soin de leur santé.

Voici quelques exemples : 

  • des défis santé en milieu de travail;
  • le soutien aux activités sportives, comme le remboursement d’achat de souliers de course ou l’adhésion à un club d’entraînement physique; 
  • une activité de marche sur l’heure du dîner;
  • des places de stationnement pour les vélos;
  • des ateliers sur la nutrition et la gestion du stress;
  • un choix d’aliments sains pendant les rencontres d’équipe.

Nul doute qu’encourager la prise en charge de la santé physique et psychologique du personnel a des effets sur l’absentéisme, la vitalité au travail et la productivité des entreprises.

Misez sur de bonnes pratiques de gestion

Les pratiques de gestion sont les interventions les plus susceptibles de contribuer à la santé psychologique et à l’engagement des individus dans l’entreprise.

Le style de leadership des gestionnaires, ainsi que leur façon de communiquer et de prendre des décisions ont un effet sur la motivation et le stress au travail, et par conséquent sur l’absentéisme.

Outre les habiletés en la matière recherchées chez les gestionnaires, voici d’autres questions à se poser :

  • les orientations que veut prendre l’entreprise, les objectifs qu’elle se donne et sa capacité interne sont-ils cohérents et porteurs de sens pour les gens qui y travaillent?
  • les résultats attendus sont-ils clairement énoncés et compris par chacun des membres du personnel?
  • la surcharge de travail engendre-t-elle du stress?
  • les tâches sont-elles bien définies?
  • face à leurs responsabilités, les employés ont-ils le sentiment d’être compétents?
  • est-ce que les employés reçoivent un soutien de leurs supérieurs et de leurs collègues?
  • les employés ont-ils la possibilité d’exercer un certain contrôle sur le travail à réaliser et de développer leurs habiletés?
  • les pratiques de gestion sont-elles perçues comme justes et cohérentes?

Tous ces éléments, pour ne nommer que ceux-là, ainsi que le manque de reconnaissance des efforts peuvent influencer la confiance en l’organisation même, la motivation et la santé des équipes et des individus.

Outre les motifs personnels qui peuvent être liés à la santé, à l’âge ou à la situation familiale, des facteurs comme le stress au travail, la fatigue et le manque d’intérêt peuvent être des sources d’absentéisme.

Rappelons également que les situations de travail ou relationnelles qui demeurent sous-entendues peuvent parfois faire naître de la démotivation. Celle-ci peut amener les employés à commettre des erreurs ou à être moins vigilants dans l’exercice de leurs fonctions. Par conséquent, les risques d’accidents et d’absentéisme augmentent.

Lorsqu’il est question d’adopter de bonnes pratiques de gestion, les gestionnaires sont partie prenante de la solution et il convient de bien les former, de les soutenir et de les outiller.

Offrez un milieu de travail sain

La démarche Entreprise en santé ne s’intéresse pas seulement à l’environnement physique, mais également à l’environnement social. L’esprit d’équipe, le degré de cohésion dans le groupe, ainsi que le soutien des collègues peuvent avoir un effet important sur les employés qui ont établi des liens solides et de confiance avec leurs coéquipiers.

Dans un tel contexte, les membres du personnel ont tendance à y penser avant de s’absenter puisqu’ils ne veulent pas laisser tomber leurs collègues et les mettre dans l’embarras.

Voici quelques suggestions :

  • favoriser un climat social respectueux des personnes;
  • avoir un plan d’intervention en cas de situations conflictuelles et des politiques claires en ce sens;
  • établir des mesures visant à offrir une bonne qualité d’éclairage et d’air, ainsi qu’un niveau de bruit acceptable;
  • permettre une ergonomie appropriée des postes de travail;
  • voir au respect des mesures de prévention en matière de santé et de sécurité.

Devant les défis de la performance et de la compétitivité des entreprises québécoises dans un marché mondial, investir dans la santé physique et psychologique du personnel est l’un des moyens les plus sûrs non seulement de réduire l’absentéisme, mais également de réaliser des gains de productivité et d’avoir un effet positif sur l’attraction et la fidélisation des employés.

L’intégration de la démarche Entreprise en santé est sans aucun doute une action concrète et probante de développement durable au sein de notre société. Une action qui allie la santé de la population, la productivité de nos entreprises et la santé économique du Québec.

Investir dans la santé de vos employés, un choix qui rapporte!

Si vous désirez approfondir ce sujet, le Ministère offre une formation du programme MPA – les meilleures pratiques d’affaires intitulée Entreprise en santé : investir dans la santé de vos employés, un choix qui rapporte!.

Pour un accompagnement, des références ou un atelier sur ce sujet, communiquez avec votre conseiller régional.

Nous joindre
Direction du développement des entreprises

Téléphone :
1 866 463-6642

Adresse postale :
380, rue Saint-Antoine Ouest, tour sud, 4e étage
Montréal (Québec)
H2Y 3X7

Télécopieur :
514 873-9912