Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

En entreprise

Mettre en place un système de gestion environnemental : une démarche payante!

Connaissez-vous une entreprise qui n’utilise pas d’eau, d’emballages, d’énergie, d’équipement informatique, de papier, de matières premières ni de service de transport, et qui ne produit pas de déchets?

La réponse à cette question force à constater que la gestion des impacts environnementaux concerne toutes les entreprises.

Une démarche payante

La gestion des impacts environnementaux de l’entreprise est directement liée à sa performance.

De plus en plus d’institutions financières et d’investisseurs tiennent compte des enjeux environnementaux dans leurs décisions d’investissement. Au-delà de la conformité environnementale, ils vont poser des questions à l’entreprise et faire des analyses de risques environnementaux.

Les grands donneurs d’ordres, souhaitant réduire l’impact environnemental et social de leurs activités et produits, préfèrent s’associer à des fournisseurs qui respectent leurs valeurs. Ils ne veulent pas être associés à des fournisseurs dont la gestion pourrait être considérée comme problématique, polluante ou non respectueuse des individus.

Consultez l’outil Se différencier sur les marchés en étant attentif aux exigences d’achat responsable des donneurs d’ordres pour en savoir plus.

Pour leur part, les clients sont de plus en plus sensibles aux impacts environnementaux des produits qu’ils consomment. Les initiatives de gestion environnementale contribuent donc à améliorer l’image de marque de l’entreprise.  

La gestion environnementale pourrait même être un facteur d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre. Les employés qui travaillent dans une entreprise soucieuse de l’environnement en sont fiers et deviendront ses ambassadeurs dans leur quotidien. Certains employés sont même prêts à accepter une baisse de salaire en échange d’un travail dans une entreprise qui se préoccupe de l’environnement, et qui est ainsi en accord avec leurs valeurs.

Une entreprise qui va au-delà de la simple conformité environnementale innove davantage, peut aller chercher de nouvelles parts de marché et réalise de grandes économies en éliminant le gaspillage.

La page Écoefficacité en entreprise présente des cas à succès de petites entreprises ayant réalisé des bénéfices économiques en lien avec la mise en place d’actions environnementales, avec un retour sur investissement en moins de deux ans.

La gestion environnementale : par où commencer ou comment bonifier sa démarche ?

Le plan ou système de management environnemental est un cadre élaboré par une organisation afin d'améliorer sa performance environnementale en tenant compte des aspects environnementaux dans la prise de décisions stratégiques et dans la gestion des risques. Les normes ISO 14001.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. et EMAS.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. sont de loin les plus reconnues dans le monde.

Les entreprises de toutes tailles peuvent répondre aux questions suivantes et se doter d'actions visant à réduire en continu l'impact de leurs opérations :

  • Quelles sont les principales activités de l'organisation ?
    • Transport
    • Fabrication ou production
    • Activités administratives
    • Utilisation des espaces d'entreposage
    • Opérations de laboratoire
  • Quels sont les principaux impacts environnementaux en lien avec ces activités ?
    • Génération de matières résiduelles
    • Consommation de carburant ou d'énergie
    • Émission de gaz à effet de serre (GES) ou rejet de polluants dans l'air
    • Consommation de ressources non renouvelables
    • Consommation ou pollution de l'eau

      Ces impacts doivent être évalués en fonction :
      • du volume;
      • de la durée et de la fréquence;
      • de la gravité du rejet ou de la consommation de ressources.
  • Quels sont les objectifs que l'entreprise peut se fixer pour réduire les impacts environnementaux les plus importants ?
    Voici un exemple de plan de gestion environnementale et les principaux points à aborder.
    • Objectif
      Réduire les émissions de GES liées aux activités de transport de l'entrepris
    • Cible
      Réduire de 20 % d'ici 2 ans
    • Principales activités à l'origine de l'impact environnemental
      • Livraison
      • Voyages d'affaires
      • Déplacement des clients
      • Transport lié à l'approvisionnement

Actions à réaliser pour atteindre l'objectif et la cible

Indicateur de suivi

Responsable

Mettre en place une méthode de calcul des émissions de GES de l'entreprise

Réalisation
(oui ou non)

Équipe de gestion

Compenser financièrement les émissions de GES liées aux déplacements dans le cadre du travail

Quantité d'émissions de GES compensées

Comptable

Optimiser le système de livraison de l'entreprise

Frais de consommation de carburant par unité de production

Directeur des opérations

Inciter les clients et les employés à se déplacer en transport en commun ou en transport actif

  • Nombre d'activités de sensibilisation réalisées
  • Montant du remboursement des déplacements en transport en commun

Directeur des ressources humaines et directeur du service à la clientèle

Les actions suivantes doivent être incluses dans le cadre de gestion environnementale :

  • Prévoir des actions de communication, de sensibilisation et de reconnaissance du personnel.
  • Intégrer à votre cadre de gestion environnementale les comités ou personnes responsables de son suivi et de sa mise en œuvre.
  • Consulter et informer vos principales parties prenantes dans le choix de vos actions et de vos objectifs, pour les inciter à y contribuer.

L’analyse de cycle de vie comme outil d’aide à la décision

Ce schéma présente les étapes du cycle de vie d'un produit, soit extraction des matières premières, fabrication, distribution, utilisation, gestions du produit en fin de vie

L’analyse de cycle de vie (ACV) permet d’évaluer l’impact potentiel sur l’environnement, à partir de coefficients préétablis dans des bases de données.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Les résultats de l’ACV sont exprimés en « unités fonctionnelles », ce qui permet de comparer tous les types de conséquences environnementales.

L’ACV est basée sur une analyse dite « multicritère », qui évalue entre autres :

  • les répercussions sur la santé humaine;
  • les changements climatiques ou les émissions carbone;
  • l’épuisement des ressources naturelles;
  • l’impact sur les écosystèmes.

Cette analyse tient compte des caractéristiques propres du milieu dans lequel il y a des conséquences environnementales. À titre d’exemple, l’impact de l’utilisation de l’eau ne sera pas la même si elle est puisée dans un pays désertique ou au Québec.

L’ACV est un outil d’aide à la décision, puisqu’elle permet :

  • de cibler les actions qui sont les plus pertinentes à réaliser pour diminuer l’impact environnemental global de l’entreprise;
  • de comparer différentes options ou divers scénarios pour la diminution de ses impacts environnementaux;
  • de mesurer et de communiquer la progression de l’entreprise après la mise en place d’actions environnementales;
  • de cibler des occasions de réduction de coûts et d’accroissement de l’efficacité énergétique;
  • de se préparer aux exigences croissantes des grands donneurs d’ordres;
  • de gérer les risques économiques et environnementaux;
  • de stimuler l’innovation et l’écoconception de produits;
  • d’acquérir un avantage concurrentiel;
  • de se préparer à d’éventuelles réglementations sur les marchés locaux et internationaux;
  • d’améliorer son image.

L’approche The Natural Step

The Natural Step (TNS) .  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité.vise à ce que l’entreprise se positionne comme une entreprise du futur, c’est-à-dire qui est en mesure d’évoluer dans un monde où les ressources qu’offre la planète sont surexploitées et où plusieurs entreprises nuisent malheureusement à la capacité qu’ont plusieurs humains de répondre à leurs besoins essentiels.

Cette approche aide l’entreprise à structurer son développement autour de quatre grands principes de durabilité.

Principes de durabilité The Natural Step

L’entreprise s’engage à réduire, puis à éliminer sa participation à : 

  • l’extraction de substances de la croûte terrestre;
  • l’accumulation dans l’environnement de substances produites par la société humaine;
  • la dégradation de la nature par des moyens physiques;
  • la création de conditions qui empêchent les hommes de répondre à leurs besoins fondamentaux.

À partir de ces quatre principes de durabilité, l’entreprise doit, de façon collaborative entre les dirigeants et employés :

  • faire une analyse de sa situation actuelle :
    • Les activités de l’entreprise sont-elles alignées sur ces principes ?
    • Quelles sont celles qui devraient être modifiées pour améliorer sa contribution aux principes ? 
  • se demander ce qu’elle souhaite dans le futur :
    • À quoi pourrait ressembler l’entreprise si elle respectait ces principes de durabilité ?
    • Quelles sont les occasions d’innovation pour l’entreprise ?
    • Sur quoi souhaite-t-elle s’engager ?
  • déterminer les priorités d’action et les mettre en œuvre. À ce stade, l’entreprise doit sensibiliser, mobiliser et former les employés, de même que ses principales parties prenantes.

Cette approche demande des entreprises qu’elles revoient leurs modèles d’affaires, notamment en intégrant des éléments comme :

  • la logistique inversée;
  • l’économie de fonctionnalité;
  • l’écoconception de produits;
  • une révision des pratiques d’approvisionnement.