Ouvrir ou fermer le menu de navigation

La page est en cours de chargement...  

obtenir du financement

s'améliorer

créer des liens

se conformer

exporter

s'informer

Économie et commerce

Note sur l'économie et le commerce de l'Afrique subsaharienne francophone

Juin 2017

Portrait de l'économie de la région et évolution des échanges commerciaux qu'elle entretient avec le Québec.

L'économie

Pays francophones de l'Afrique subsaharienne
Principaux indicateurs, 2016
* PPA : Parité des pouvoirs d'achat.
Sources : Données du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque africaine de développement (BAfD), Perspectives économiques en Afrique (PEA), et de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), 2017.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation (MESI), mai 2017.
Population (en millions) 301,6
PIB (en milliards de dollars américains, PPA*) 622,0
PIB par habitant (en dollars américains, PPA*) 5 219
Taux de croissance du PIB (%) 3,8
Taux d'inflation (%) 2,9
Exportation de biens et services (en pourcentage du PIB) 31,1
Importations de biens et services (en pourcentage du PIB) 43,3
Dette (en pourcentage du PIB) 48,3
Investissement (en pourcentage du PIB) 22,1
Soldes budgétaires (en pourcentage du PIB) 7,5

Le contexte économique

La croissance économique dans l'espace subsaharien francophone1 a été relativement forte au cours des dernières années. De 2008 à 2016, le taux de croissance moyen du produit intérieur brut (PIB) réel a été de 4 %. Plusieurs facteurs expliquent cette bonne performance, dont principalement les réformes économiques, l'amélioration du climat des affaires et l'entrée massive de l'investissement direct étranger (IDE), concentré surtout dans le secteur des ressources naturelles (pétrole et gaz, minerai, bois, etc.) et des produits d'exportation liés à l'agriculture (café, cacao, coton, arachide, etc.).

Toutefois, cette poussée s'est quelque peu ralentie au cours des deux dernières années, en raison principalement de la chute des cours mondiaux des hydrocarbures et ceux des produits de base. La baisse de performance s'explique aussi par la faible reprise en Europe, qui est le partenaire le plus important de cet espace économique.

Même si les économies des pays francophones d'Afrique subsaharienne continuent globalement d'enregistrer une croissance positive, celle-ci se fait à vitesse réduite.

En 2016, cet ensemble économique a enregistré, en moyenne, une croissance de 3,8 % comparativement à 4,4 % en 2015 et à 5,3 % en 2014.

Ce portrait global, relativement satisfaisant, cache néanmoins une hétérogénéité de la croissance entre les différents pays. Ainsi, certaines économies de cet espace économique ont affiché des taux de croissance frisant les +9 % tandis que d'autres ont enregistré des performances négatives à répétition. Plusieurs de ces pays sont également aux prises avec des déficits budgétaires récurrents qu'ils devront corriger afin de préserver la dynamique actuelle, qui reste fragile en dépit des bons résultats économiques.

Les perspectives économiques se sont quelque peu assombries par rapport à la forte croissance enregistrée au début du millénaire. Selon les données du FMI2, les pays de l'espace subsaharien francophone devraient enregistrer une croissance économique de 3,6 % en 2017 et de 4,1 % en 2018.

Malgré cet optimisme, il subsiste des risques importants quant aux perspectives économiques. Il y a, en particulier, des risques liés aux moteurs de la reprise mondiale (dont la demande de minerais et d'hydrocarbures) et à la situation du marché alimentaire mondial. Il y a également la gouvernance et les déficits récurrents, le ralentissement de l'économie mondiale, les conflits armés internes et l'instabilité politique, qui sont des éléments à considérer dans l'analyse des risques.

Les défis économiques et sociaux des pays de l'Afrique subsaharienne francophone au cours des prochaines périodes sont similaires à ceux de l'ensemble du continent :

  • une industrialisation et un entrepreneuriat dynamiques et responsables;
  • la création de réelles perspectives d'emplois (surtout pour les jeunes);
  • le comblement des déficits et des besoins en infrastructures3;
  • le dégagement des marges de manœuvre budgétaires pour le financement des besoins sociaux;
  • la poursuite de la diversification économique;
  • ainsi que l'amélioration de la gouvernance.

Cet espace économique francophone devra, à long terme, parvenir à une véritable transformation productive ainsi qu'à une véritable intégration économique pour favoriser les transferts d'expertises et assurer une croissance durable.

Le commerce de marchandises4 entre le Québec et les pays de l'Afrique subsaharienne5 francophone, 2012-2016

L'évolution des échanges

Les données sur les échanges commerciaux de biens du Québec avec les pays de l'Afrique subsaharienne francophone ont été agrégées et se rapportent à 21 pays6 et territoires composant cet espace économique.

  • En 2016, les échanges commerciaux de biens entre le Québec et les pays de l'Afrique subsaharienne francophone se chiffraient à 455 M$, ce qui correspondait à 38,7 % des échanges entre le Canada et cet ensemble de pays et représentait une baisse de 13,7 % par rapport à l'année 2015. Cette baisse s'expliquait par la diminution des importations (-102 M$), principalement de cacao en fèves et de brisures de fèves brutes ou torréfiées ainsi que de minerais (zinc, cuivre, aluminium, titane, etc.).
  • Au cours de la période considérée (2012-2016), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges a été négative (-1,7 %).
  • En 2016, la valeur de ces échanges représentait 12,5 % de la valeur des échanges de biens du Québec avec l'Afrique et 0,3 % de ses échanges internationaux.
  • Ces échanges ont été dominés par les importations du Québec, en particulier celles de fèves de cacao et de minerais.
  • En 2016, 1 $ de valeur d'échanges entre le Québec et les pays de l'Afrique subsaharienne francophone se composait de 0,28 $ en valeur de produits exportés et de 0,72 $ en valeur de produits importés.
Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et l'Afrique subsaharienne francophones, 2012-2016
(en millions de dollars)
*Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mai 2017.
2012 2013 2014 2015 2016
Exportations 165,8 111,2 114,2 98,6 128,0
Importations 322,2 246,0 437,2 429,4 327,4
Commerce total 488,0 357,2 551,4 528,0 455,4

Les exportations

En 2016, la valeur agrégée des exportations du Québec à destination des pays de l'Afrique subsaharienne francophone était de 128 M$, ce qui correspondait à 31,2 % de la valeur totale des exportations canadiennes vers cet espace économique (comparativement à 20,5 % en 2015) et représentait une hausse de 29,9 % par rapport à l'année précédente.

Toujours en 2016, la valeur des exportations du Québec vers l'ensemble de ces pays correspondait à 21,5 % des exportations de marchandises du Québec à destination de l'Afrique et à 0,2 % du total de ses exportations internationales de marchandises.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la valeur globale des exportations du Québec vers l'ensemble de ces pays a enregistré une croissance annuelle moyenne négative (−6,3 %).

En 2016, les cinq produits en tête de liste des exportations québécoises à destination des pays de l'Afrique subsaharienne francophone étaient :

  • les voitures de tourisme et les autres types de véhicules (40,8 % du total);
  • les outils de forage ou de sondage (5,8 %);
  • les parties de machines de forage ou de sondage (4,7 %);
  • les réservoirs, les cuves et les récipients similaires (3,6 %);
  • les constructions préfabriquées (3,5 %).

La valeur des dix principaux produits québécois exportés vers les pays de l'Afrique subsaharienne francophone représentait 68,3 % du total des exportations du Québec à destination de ces pays.

Les importations

En 2016, la valeur des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance des pays de l'Afrique subsaharienne francophone était de 327,4 M$, ce qui représentait 42,7 % de la valeur des importations canadiennes provenant de ces pays. Elle correspondait également à une baisse de 23,8 % par rapport à l'année 2015.

Toujours en 2016, la valeur des importations de marchandises du Québec en provenance de cet ensemble de pays équivalait à 10,7 % des importations de marchandises du Québec issues de l'Afrique et à 0,4 % de ses importations internationales de marchandises.

Au cours de la période considérée (2012-2016), la valeur globale des importations du Québec provenant de cet ensemble de pays a enregistré une croissance annuelle moyenne positive (+0,4 %).

La même année, les cinq produits en tête de liste des importations de marchandises du Québec en provenance des pays de l'Afrique subsaharienne francophone étaient les suivants :

  • le cacao en fèves et les brisures de fèves, bruts ou torréfiés (23,7 % du total);
  • le minerai d'aluminium et ses concentrés (15,1 %);
  • le minerai de titane et ses concentrés (11,2 %);
  • le cuivre non affiné et les anodes en cuivre (7,3 %);
  • le minerai de zinc et ses concentrés (6,4 %).

La valeur des dix principaux produits importés au Québec des pays de l'Afrique subsaharienne francophone représentait 88,5 % de la valeur totale des importations québécoises en provenance de ces pays.

Annexe

Tableau 1

Commerce de marchandises entre le Québec et l'Afrique subsaharienne francophones, 2012-2016
(en millions de dollars)
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mai 2017.
2012 2013 2014 2015 2016
Exportations de biens 166 111 114 99 128
Importations de biens 322 246 437 429 327
Échanges totaux* 488 357 551 528 455

Tableau 2

Exportations de marchandises du Québec, par groupe de produits à destination de l'Afrique subsaharienne francophone, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mai 2017.

Voitures de tourisme et autres types de véhicules

18,3 11,0 20,8 18,7 21,5 18,9 32,0 32,5 52,2 40,8
Outils de forage ou de sondage 6,2 3,8 2,2 1,9 2,2 2,0

4,1

4,2 7,5 5,8
Parties de machines de forage ou de sondage 12,9 7,8 4,9 4,4 4,2 3,6 4,3 4,4 6,0 4,7
Réservoirs, cuves et récipients similaires 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 1,9 1,9 4,6 3,6
Constructions préfabriquées 0,0 0,0 0,6 0,5 0,3 0,3 0,7 0,7 4,4 3,5
Machines et appareils à trier, à cribler, à séparer ou à laver 0,6 0,4 0,9 0,9 4,4 3,8 2,8 2,8 3,9 3,0
Appareils pour la téléphonie 0,3 0,2 0,5 0,4 0,2 0,2 0,7 0,7 2,4 1,9
Robinets, valves, clapets et soupapes de retenue 5,2 3,1 9,1 8,2 2,3 2,0 3,4 3,5 2,2 1,8
Bouteurs, bouteurs biais, niveleuses, décapeuses, tous autopropulsés 2,8 1,7 1,1 1,0 3,3 2,9 1,8 1,9 2,2 1,7
Instruments et appareils de navigation 0,8 0,5 0,3 0,3 3,1 2,7 0,3 0,3 2,0 1,6
10 principaux produits ci-dessus* 47,3 28,5 40,5 36,4 41,5 36,4 52,0 52,8 87,4 68,3
Autres produits 118,5 71,5 70,7 63,6 72,7 63,6 46,5 47,2 40,6 31,7
Total 165,8 100,0 111,2 100,0 114,2 100,0 98,6 100,0 128,0 100,0
Québec/Canada   37,3   29,6   23,2   20,5   31,2

Tableau 3

Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de l'Afrique subsaharienne francophones, 2012-2016
(en millions de dollars et en pourcentage)
Description des produits
Classification SH4
2012 2013 2014 2015 2016
M$ % M$ % M$ % M$ % M$ %
*Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis.
Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec.
Compilation : Direction des politiques et analyse économiques, MESI, mai 2017.
Cacao en fèves et brisures de fèves, bruts ou torréfiés 105,3 32,7 75,2 30,6 125,1 28,6 135,0 31,4 77,7 23,7
Minerai d'aluminium et ses concentrés 71,9 22,3 48,3 19,6 49,7 11,4 58,3 13,6 49,5 15,1
Minerai de titane et ses concentrés 73,1 22,7 77,5 31,5 54,3 12,4 39,2 9,1 36,6 11,2
Cuivre non affiné et anodes en cuivre 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 31,7 7,4 24,1 7,3
Minerai de zinc et ses concentrés 0,0 0,0 0,0 0,0 48,1 11,0 43,6 10,2 21,1 6,4
Vanille 3,7 1,2 8,7 3,5 23,4 5,3 21,4 5,0 20,8 6,3
Cendres et résidus contenant du métal ou des composés métalliques 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 10,9 2,5 19,4 5,9
Cuivre affiné et alliages de cuivre sous forme brute 0,0 0,0 0,0 0,0 3,9 0,9 31,8 7,4 16,1 4,9
Pâte de cacao, non dégraissée 2,4 0,8 4,5 1,8 4,2 1,0 12,2 2,8 14,0 4,3
Beurre, graisse et huile de cacao 7,3 2,3 5,7 2,3 10,1 2,3 3,1 0,7 10,4 3,2
10 principaux produits ci-dessus* 263,8 81,9 219,9 89,4 318,8 72,9 387,0 90,1 289,8 88,5
Autres produits 58,4 18,1 26,1 10,6 118,4 27,1 42,4 9,9 37,5 11,5
Total 322,2 100,0 246,0 100,0 437,2 100,0 429,4 100,0 327,4 100,0
Québec/Canada   41,8   36,7   49,3   65,1   42,7

Tableau 4 - Liste des pays de l'Afrique subsaharienne francophones (2017)

  1. Bénin
  2. Burkina Faso
  3. Burundi
  4. Cameroun
  5. Centrafricaine (République)
  6. Comores
  7. Congo
  8. Congo (République démocratique du)
  9. Côte d'Ivoire
  10. Djibouti
  11. Gabon
  12. Guinée
  13. Madagascar
  14. Mali
  15. Maurice
  16. Niger
  17. Rwanda
  18. Sénégal
  19. Seychelles
  20. Tchad
  21. Togo

1. Voir la liste des pays en 2017 au tableau IV.

2. FMI, Perspectives économiques régionales – Afrique subsaharienne, avril 2017, et BAfD, PEA 2017.

3. Selon une étude réalisée en 2011 par Ernst & Young sur l'attractivité de l'Afrique, il faudrait, d'ici 2020, près de 93 G$ US par année pour combler le déficit en infrastructures. Toutes proportions gardées, ces besoins sont valables pour cet espace économique francophone.

4. Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables.

5. Voir les tableaux I à III de l'annexe pour des données additionnelles.

6. Ces pays sont, à plusieurs égards, les plus pertinents pour le Québec en ce qui a trait à la présente analyse ou représentent ceux pour lesquels des données sont disponibles. Certains pays, comme la Mauritanie, ne figurent pas sur la liste du MESI, car ils ont fait l’objet d’un classement différent.